Livre

De la Chine, Henry Kissinger

Publié en 2011, c’est avec un peu de retard certes que nous nous penchons sur un ouvrage important de la géopolitique et un pilier des études sur la Chine. Connu des étudiants en Relations internationales – ne serait-ce que par l’éminence de son auteur – ce livre pourrait bien s’avérer salvateur pour ceux qui commencent à angoisser de devoir manger avec des baguettes ou de faire une indigestion de canard laqué dans les décennies à venir. Si vous voulez comprendre l’histoire de la Chine, appréhender les bases de la pensée stratégique chinoise et visualiser les tenants des relations sino-américaines, alors lisez ce livre.

Saint-Exupéry : petit prince du ciel !

Si Antoine de Saint-Exupéry est bien connu pour avoir donné naissance au Petit Prince, ses différentes réussites littéraires nous font presque oublier qu’il fut, avant toute chose, un grand pilote passionné. Il est impossible d’imaginer cet écrivain du ciel sans l’aviation, passion qu’il a largement décrite dans différentes œuvres : de Pilote de guerre, œuvre dans laquelle il retrace cette mission suicide effectuée dans les années 40, à Terre des hommes où il livre le récit de son crash dans le désert, sans oublier Le Petit Prince, où l’auteur nous fait découvrir les plus beaux mystères de l’amitié.

Progressisme, François Vimard

L’avènement du progressisme, nouvelle religion occidentale, régit désormais les pensées
d’une civilisation agonisant dans un bain de sang déconstructeur. Aucun thème n’est épargné
par les principes presque dogmatiques de cette morale qui rejette la grandeur, l’honneur, les
traditions, l’identité et la stabilité.

Comment s’y retrouver dans ce brouhaha inclusif et ce pseudo-intellectualisme ravageur ?

Cartel des Fraudes 2, Charles Prats

Un an après la parution de son premier livre avec le premier tome du Cartel des Fraudes, Charles Prats remet le couvert dans cette seconde enquête qui vient dynamiter tout ce que l’on sait – ou que l’on ne sait pas justement – sur les fraudes qui gangrènent notre économie, et met une partie de la classe politique et de l’administration française face à leur silence complice.

Retour en haut