L'Étudiant Libre

« Réveillez-vous ! » – Retour sur le déplacement de Nicolas Dupont-Aignan à Lille le 30 mars 2022

Fondateur du Parti Debout la France et candidat pour la troisième fois à l’élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan s’est rendu à Lille ce mercredi 30 mars. Avec pour slogan “ Choisir la liberté ”, le candidat se veut être le défenseur de la liberté, de la dignité et de l’indépendance.

Après la visite d’une entreprise de textile « qui produit français » située non loin de Lille, Nicolas Dupont-Aignan a organisé une conférence de presse dans une brasserie non loin de la gare Lille Flandres. Les journalistes ont pu interroger le candidat sur les thèmes de la production et de l’emploi, sur la culture ainsi que sur ses mesures pour les étudiants.

Le candidat Debout la France part d’un constat : il y a un réel problème dans les domaines du recrutement et de la formation. Il souhaite ainsi relocaliser un million d’emplois et en finir avec le financement de ceux qui prennent nos emplois. Il veut porter l’accent sur l’apprentissage et augmenter les salaires de 8%.

Au sujet de la culture, le candidat se revendique être le seul à en parler dans cette campagne. Sa mesure phare : la gratuité des musées et monuments nationaux tous les dimanches pour tous les Français et résidents en France. L’argent ne doit pas demeurer un frein à l’accès à la culture, héritage de la tradition gaulliste.

Interrogé sur ses résultats dans les sondages, le candidat rétorque qu’il n’y croit pas, que ces derniers sont biaisés. En effet, les intentions de vote ne portent que sur les personnes certaines d’aller voter et ne tiennent pas compte des abstentions. Ainsi, le candidat incite tous les Français à aller voter ! « Il n’y a aucune excuse à ne pas aller voter, si les 20 millions d’abstentionnistes ou de votants blancs ou nuls vont voter pour un candidat, moi si possible, le père Macron n’est pas au second tour. »

Nous avons eu la possibilité d’interroger le député de Debout la France sur les mesures qu’il compte mettre en place pour les étudiants. En premier lieu, il souhaite rendre les concours gratuits, de même pour les études supérieures (rappelons que la gratuité des études serait menacée si réélection d’Emmanuel Macron). Le candidat souhaite augmenter en nombre les bourses, d’un tiers. De plus, il souhaite renforcer le nombre de logements étudiants : conscient qu’il n’est pas possible de construire des logements universitaires partout, il propose le développement d’une application « J’héberge un étudiant ». Un système de travail universel verra également le jour afin d’aider au financement du permis par exemple, en échange de 15 jours de travail pour la commune.

Pour finir, Nicolas Dupont-Aignan dénonce un milieu politique très hypocrite, ainsi que la langue de bois qui y règne. Il se revendique être « le miroir de leur mauvaise conscience », de toujours dire ce qu’il pense malgré le fait que « les médias du microcosme parisien » souhaitent faire taire la voix libre… Enfin, il conclut la conférence de presse en appelant les Français à aller voter et à ne pas laisser tomber leur patrimoine.

Réveillez-vous ! [...] Éteignez la télé, allumez vos cerveaux !

Nicolas Dupont-Aignan

L’après-midi se poursuit par une rencontre avec des soignants : infirmière, aide-soignante, secrétaire médicale, kinésithérapeute, médecin, orthophoniste, dentiste pédiatrique,… – tous exclus du système de santé car non vaccinés. Suspendus sans indemnité, ils sont pour la plupart au RSA pour avoir refusé un produit expérimental.

Au cours de cet échange, chaque soignant, à son tour, expose sa situation, ses revendications. Beaucoup sont en voie de reconversion et il en ressort une dénonciation de la politique « du patient guéri, patient perdu » : la médecine aujourd’hui tendrait à rester superficielle car plus rentable. Une infirmière libérale a montré un mail, reçu de la DGS (Direction Générale de la Santé) à 15 jours des élections, disant que les commandes de vaccins reprenaient. Alors doit-on s’attendre au retour du pass vaccinal dès l’élection finie dans le cas d’une réélection d’Emmanuel Macron ?

Dans un système de santé déjà moribond, comment peut-on exclure 15 mille personnes compétentes, voire les « harceler » ? C’est une sorte de « chasse aux sorcières », on a perdu toute raison, un médecin a été traduit devant le tribunal de l’Ordre des Médecins pour avoir partagé à ses patients des études sur la situation de la vaccination des enfants. On en vient à se demander si l’objectif n’est pas de briser l’hôpital public et ses membres. Ces soignants ont un sentiment d’abandon, ils sont les représentants d’une minorité qui n’en vaut plus la peine et que l’on veut voir disparaître. Quand bien même ils sont réaffectés à leur poste (une fois qu’ils ont contracté le Covid), ils n’en demeurent pas moins rabaissés par des « de toute façon tu n’es là que pour quatre mois ».

Le candidat s’engage ainsi à réintégrer les soignants, à les indemniser et à entamer des poursuites contre ceux qui ont humilié, détruit des vies et qui ont bafoué les libertés individuelles.

À lire également : Le rôle important de l’Essonne dans la politique nationale

Béatrice Sion

Béatrice Sion

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
« Réveillez-vous ! » – Retour sur le déplacement de Nicolas Dupont-Aignan à Lille le 30 mars 2022
Retour en haut