L'Étudiant Libre

Le jeudi 17 mars dernier, Emmanuel Macron présentait son programme de campagne autour de trois grandes « convictions philosophiques » : le « retour de la souveraineté populaire », la « confiance dans le progrès » et « l'humanisme ». Retour sur les principaux objectifs fixés par le président-candidat lors d’une conférence de presse aux Docks de Paris, à Aubervilliers, devant près de 300 journalistes français et étrangers.

Armée

Emmanuel Macron souhaite demander au chef d’état-major des Armées de réévaluer nos besoins militaires « à la lumière de la guerre que nous sommes en train de vivre », de manière à être prêts si la guerre devait revenir sur notre continent. Il promet notamment 2500€ par an aux étudiants qui s’engageraient comme réservistes.

Sécurité

Dans le but de mieux protéger – ou de tenter de protéger tout court – les Français, Emmanuel Macron propose la création de 200 brigades de gendarmerie, de tripler les amendes forfaitaires, de rendre possible le dépôt de plainte en ligne et de recruter 1500 cyber-patrouilleurs. Il souhaite aussi recruter 8500 magistrats, pour réduire notamment le délai d’effectivité des peines. En parallèle, le président-candidat souhaite « réduire la lourdeur des procédures » des demandes d’asile et s’engage à ce qu’un refus d’asile soit assorti d’une obligation de quitter le territoire français.

Santé

Pour tenter de pallier au problème des déserts médicaux, Emmanuel Macron propose de développer la téléconsultation et de créer des pharmaciens et des infirmiers dits « référents » qui auraient la possibilité de renouveler eux-mêmes des ordonnances.

Éducation

Emmanuel Macron propose une réforme en trois étapes pour réformer, selon ses propres termes, « le chantier » de l’école : une meilleure rémunération des enseignants, donner une plus grande liberté aux équipes pédagogiques et mettre à disposition des parents et des élèves les résultats des évaluations au niveau d’une classe ou d’un établissement. Cette dernière proposition figurait d’ailleurs déjà dans son programme de 2017.

Bioéthique

Sur la question de la fin de vie, Emmanuel Macron, qui se dit très sensible à ce débat, envisage de faire une convention citoyenne, ce qui permettrait à des « citoyens de pouvoir cristalliser une décision instruite, connue et toujours aussi difficile sur le plan éthique ».

Fiscalité

Sur le plan de la fiscalité, le candidat d’En Marche propose notamment d’alléger les droits de succession en augmentant l’abattement des successions en ligne directe et indirecte, de supprimer la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises, de supprimer le redevance audiovisuelle et de réduire les impôts de 15 milliards par an.

Un programme sous le feu des critiques

Si Marine Le Pen dénonce une promesse de retour à la démocratie alors qu’Emmanuel Macron a méprisé l’Assemblée nationale pendant cinq ans, Jérôme Rivière, porte-parole du parti Reconquête d’Éric Zemmour, considère que le programme du président-candidat propose « cinq ans de plus de néant ». Du côté des Républicains, on dénonce un pillage et un copier-coller du programme de Valérie Pécresse. Cette dernière affirme qu’elle mettra « en œuvre son programme dans les 100 premiers jours », contrairement à Emmanuel Macron qui prendrait « des mesures dans les 100 derniers ».

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Retour sur le programme d’Emmanuel Macron
Retour en haut