L'Étudiant Libre

Rencontre entre Poutine et Macron en Russie : succès diplomatique ou humiliation politique ?

En visite au Kremlin, Macron a réussi un exploit diplomatique en restant plus de six heures. Cependant, aucun progrès évident dans la résolution du conflit entre la Russie et l’Ukraine n’a pu être constaté.

Pour rappel, Poutine est entré dans un bras de fer avec Washington qui, au nom de l’auto-détermination des peuples, revient sur les promesses faites à la Russie par Georges Bush père en son temps. De plus, cette auto-détermination n’est qu’à sens unique, les États-Unis refusant toujours de reconnaître la validité du referendum de Crimée qui légitime l’annexion de la péninsule par le géant russe. Enfin, les Ukrainiens et l’Europe se sont vus rappeler que le gouvernement actuel de Kiev pouvait voir sa légitimité remise en cause. En effet, Vladimir Poutine a rappelé que le vote de destitution du président Ianoukovytch par le parlement en 2014 s’est déroulé sous la menace de manifestants armés. L’ancien président ukrainien avait refusé l’entrée dans l’UE et dans l’OTAN conformément à la volonté du Kremlin, provoquant la révolution de 2014, la guerre du Donbass, l’annexion de la Crimée et le conflit qui nous occupe aujourd’hui.

On peut critiquer l’utilisation à des fins électorales de sa fonction présidentielle mais il faut aussi reconnaître une certaine prise de risque de la part d’Emmanuel Macron. En se rendant à Moscou, le chef de l’État a prêté le flanc à ce qui aurait pu être une cuisante défaite. La conférence de presse d’une heure qui a suivi l’entretien confidentiel des deux présidents, a révélé deux choses : une certaine politesse de la part de Poutine et un total statu quo des positions diplomatiques. Les deux chefs d’État n’ont fait qu’évoquer de manière évasive des évolutions sans les nommer avant de se raidir dans leurs positions initiales. Macron aura rappelé l’importance de l’auto-détermination des peuples et Poutine le non-respect, par les Américains, des promesses anciennes : il n’y a donc pas de progression sur le dossier central de cette rencontre. Le président français a aussi jugé bon de ramener sur la table le sujet du groupe Wagner au Mali. Le président russe y aura répondu avec un grand mépris de son homologue en ne reconnaissant aucun lien entre les mercenaires russes et le gouvernement de Moscou. Il y a donc un échec de Macron dans cette rencontre puisqu’il n’y a pas de solution au conflit et qu’il n’y a qu’une apparente connivence entre les deux hommes, qui aura vite fait de s’effacer devant la presse. Emmanuel Macron n’aura réussi qu’à redonner un peu de crédibilité et d’audience à l’aigle bicéphale.

À lire également : L’Ukraine, dindon de la farce de l’offensive américaine contre la Russie

Mais notre cher président n’a pas seulement été diplomate. Il a aussi soigné son image et c’est sa seule réussite. Cet entretien exclusif et personnel avec le dirigeant russe a imposé dans l’esprit des Français l’image de Macron comme seul médiateur des tensions. Et ça, à deux mois d’une présidentielle où les enjeux de souveraineté et de puissance sont centraux, c’est un atout pour la campagne d’un candidat qui ne dit pas son nom.

Thomas Custer

Thomas Custer

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Rencontre entre Poutine et Macron en Russie : succès diplomatique ou humiliation politique ?
Retour en haut