L'Étudiant Libre

Un EPHAD LGBT à Lyon : une maison pour les sauver tous

Centre_LGBT,_Lyon_1er_arrondissement

En Septembre dernier, l’association «Les audacieuses et les audacieux», regroupant de nombreux bénévoles LGBT+ ,senior ou non, ont présenté leur projet de maison pour Senior LGBT+ dans le quartier de Croix Rousse à Lyon. Ce projet verra le jour en 2024 et a pour objectif d’accueillir des personnes âgées dont l’orientation sexuelle est LGBT+.

Un projet qui a déjà vu le jour à l’étranger

En janvier 2022, une maison pour senior LGBT+ similaire à celle prévue pour 2024 à Lyon, avait vu le jour à Madrid. Le but du projet était, selon l’association nommée la Fundación 26 de Diciembre, de « redonner toute leur dignité aux personnes âgées LGBTQI, une génération qui a souffert de la pénalisation de l’homosexualité ». Ainsi 66 personnes sont installées dans un bâtiment de 3300 m² et interagissent entre eux à travers des activités équivalentes à celles mises en place dans les EPHAD…

Le projet d’un ancien directeur d’EPHAD

Le projet français de maison pour seniors LGBT+ a été pensé par Stéphane Sauvé , ancien directeur d’EPHAD et actuellement président de l’association « les Audacieuses et les Audacieux ». Ce jeune entrepreneur avait comme projet d’implanter cette établissement qu’il nomme « Maison de la Diversité » dans la Capitale, élue la ville la plus « gay friendly » en 2018, ou encore dans la ville de Nice. Mais pour une raison inconnue, la Ville de Lyon a été choisie – ce qui ne manque pas d’alimenter les débats. 

Un lieu d’exclusion

 Néanmoins les LGBT+ s’organisent comme partout ailleurs en une communauté dont le mot d’ordre est l’inclusion. En effet, se sentant exclues de la population, ces associations cherchent à créer des lieux « safe » où régentaient amour, paix et charité. Cependant ce projet de maison pour seniors soulève en réalité un paradoxe qui fait entorse à ces valeurs, car ici on se coupe d’une partie de la population en mettant dans un même lieu des personnes âgés LGBT+ plutôt que de les inclure dans des structures où la diversité de genre et d’orientation sexuelle est présente. Ainsi attendons nous de la voir se développer pour prouver ce que nous avançons : un projet paradoxal qui sous le masque de son verbiage exclut plus qu’il n’inclut. .

Anselin Gibert

Anselin Gibert

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Un EPHAD LGBT à Lyon : une maison pour les sauver tous
Retour en haut