L'Étudiant Libre

Après les nombreux mensonges et revirements du gouvernement sur le sujet de la crise sanitaire, avec par exemple les masques, ou le Passe Sanitaire puis Vaccinal, tout est bon pour tenter de disqualifier les opposants au Passe Vaccinal, réunis encore une fois ce samedi pour manifester.

Après les nombreux mensonges et revirements du gouvernement sur le sujet de la crise sanitaire, avec par exemple les masques, ou le Passe Sanitaire puis Vaccinal, tout est bon pour tenter de disqualifier les opposants au Passe Vaccinal, réunis encore une fois ce samedi pour manifester.

C’est au cortège des Patriotes, dirigés par Florian Philippot, que le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin s’en est pris. Sur Twitter, il affirme avoir fait faire un signalement à la Justice par la Préfecture de Police, sur une photo où des manifestants semblent faire des saluts nazis. Ces images ont également été reprises par des journalistes, comme Edwy Plenel, président et co-fondateur de Médiapart, qui ont accusé le gouvernement d’inaction, au motif qu’il ne s’agissait pas de musulmans ou de la gauche, sous-entendant un acharnement contre ces derniers.

https://twitter.com/gdarmanin/status/1482746950256635906?s=21

https://twitter.com/edwyplenel/status/1482436467460870144?s=21

Normalement, la photo, floue, devrait indigner. Les manifestants sont disqualifiés, leur nombre grandissant sera mis sous silence par les débordements de certains. Sauf que si l’on regarde bien, les manifestants lèvent les deux bras. Problématique pour une accusation de saluts néo-nazis. Et en effet, il s’avère que la vidéo d’où est tirée la photo montre très clairement que les manifestants effectuaient un clapping à ce moment, d’où leurs deux bras levés. D’autres vidéos prises de l’intérieur du cortège confirment cette version. Contactés par l’Etudiant Libre, des manifestants présents sur place nous ont confirmés qu’à aucun moment des saluts nazis n’ont été réalisés, contrairement à ce que le ministre de l’intérieur tente de faire croire. L’ambiance y était au contraire bon-enfant et la Marseillaise a été chantée à plusieurs reprises selon les témoignages. La diffamation du ministre n’étonne pas non plus les témoins que nous avons contactés. Ils se sont tous dit exaspérés de voir le ministre traquer les groupes d’extrême droite sur des motifs parfois flous, plutôt que de s’occuper des réels problèmes de sécurité en France, et des menaces qui pèsent réellement sur la démocratie, qui ne sont pas à l’extrême droite selon eux.

Quoi qu’il en soit, l’information du ministre est objectivement fausse.

Acte délibéré ou erreur fortuite? Le tweet n’a pour le moment pas été supprimé, et le ministre n’est pas revenu dessus, malgré de très nombreuses réponses lui montrant la vidéo originale.

Florian Philippot a annoncé qu’il allait porter plainte contre Gérald Darmanin ainsi que les médias ayant relayé cette information sans vérifier ni corriger ensuite. 

Rappelons que la loi du 29 juillet 1881 sur la presse stipule que « La publication, la diffusion ou la reproduction, par quelque moyen que ce soit, de nouvelles fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers lorsque, faite de mauvaise foi, elle aura troublé la paix publique, ou aura été susceptible de la troubler, sera punie d’une amende de 45 000 euros. »

Sur Tweeter, le hashtag #Darmanin était en tendance en France ce lundi matin, et les internautes se sont moqués de cette méthode consistant à sortir une image de son contexte, avec une photo d’Emmanuel Macron, probablement en train de saluer des Français, qui semble faire un salut nazi, et le hashtag #tweetcommedarmanin. 

https://twitter.com/rene_chiche/status/1483040313275039744?s=21

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Quand une Fake News devient outil d’Etat
Retour en haut