L'Étudiant Libre

L’Académie des Jeux floraux fête son septième centenaire

Cette année, l’Académie des Jeux floraux fête le septième centenaire de son existence et ouvre le concours de poésie à l’international, à condition bien-sûr que celle-ci soit écrite en français uniquement. Les vainqueurs auront le mérite d’être « maîtres des jeux » en 2023 et se verront attribuer la fleur mystère.
Crédits : Marie Dousseau
Fondée par des troubadours et implantée à Toulouse depuis 1323, elle est la plus ancienne des sociétés savantes d’Europe. Son nom est tiré des jeux floraux de Rome représentés par la déesse Flore et aux cinq fleurs d’or et d’argent : la violette, l’églantine, le souci, l’amarante et le lys qui récompensent chaque 3 mai les auteurs des meilleures poésies en langue française et en occitan. Le chant lyrique a également une catégorie dédiée. Celui qui reçoit trois de ces fleurs porte le titre de « maître des Jeux », tandis que les membres de l’Académie sont appelés « mainteneurs ».

Cette année, ils ont donc voulu marquer le coup pour ce septième centenaire et offrent un trophée exceptionnel composé d’un Grand Prix d’un montant de 15.000 € et d’une fleur mystère symbolisant l’histoire de l’Académie. Ce Grand Prix couronnera une œuvre complète de recueils de poèmes édités et publiés.

Peu connue du grand public, elle évoque pourtant la tradition littéraire de notre pays et fait éclore chaque année de nouveaux prodiges. Nous verrons donc d’ici quelques mois si le langage inclusif s’accorde à la subtilité poétique.

Alors à vos plumes…
Marie Dousseau

Marie Dousseau

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
L’Académie des Jeux floraux fête son septième centenaire
Retour en haut