L'Étudiant Libre

La Complainte du poilu, d’Alban de Bécourt

La "Complainte du Poilu" rend hommage aux soldats morts pour la France. Publiée sur le compte YouTube de “Résistance historique”, retour sur cette contribution d’Alban de Bécourt, et sur la beauté de sa plume.

Ils sont des millions à être morts pour un idéal français entre 1914 et 1918. Derrière le bruit, le froid, les tirs, les bombes allemandes, nous décelons des visages de poilus fatigués dans les tranchées mystérieuses : « Voilà déjà trois années que je suis parti (..) Pour aider ma Partie, j’ai quitté ma famille » chante la chorale dans l’église Notre-Dame de Bordeaux. Plus d’un siècle après la terrible guerre, Alban de Bécourt rend hommage à ses aïeux et à tous les anonymes qui ont versé leur sang pour notre liberté, sur le compte YouTube, Résistance historique. Il y a deux ans, Paul crée la chaîne : « dans le but d’honorer les soldats et les inventeurs de la France », le chant trouve sa place ainsi. « Mon ami qui tient le compte Résistance historique m’a demandé d’écrire un texte sur la grandeur de la France », s’enthousiasme Alban, la Complainte du poilu naît donc cet été.

C’est la première fois que le jeune marié de 25 ans écrit un chant : «  Un jour, je suis tombée sur la Complainte des Templiers, et j’ai voulu faire une suite ». Évoquer la vie tragique et héroïque d’un poilu est un choix de taille, une grandeur absolue : « O très Sainte Marie, intercédez pour nous, Mes compagnons et moi, avons besoin de vous » résonne dans le clip. Cette mélodie militaire à du sens et retentit bien : « Les deux chants vont dans le même sens, des personnes qui se sont battues pour un idéal » pour notre France. 

La mémoire comme temps de l’existence 

La Complainte, s’inscrit dans un devoir de mémoire important, à l’heure où la culture destructrice woke prend du terrain : « C’est la mémoire et le devoir de mémoire qui nous rappelle que chaque personne n’est pas sa propre origine et sa propre finalité. On vient tous de quelqu’un, on a tous une histoire que nous devons accepter » constate l’écrivain. Commémorer pour se souvenir du sacrifice enduré par les poilus, l’étudiant en médecine souligne le double enjeu : « se souvenir et avoir la volonté de transmettre à ceux qu’il y aura après nous ». Le message est clair : plus que jamais les Français ont besoin de repères fixes et forts pour contrer la décadence sur le monde, le devoir de mémoire est une étape clé de l’enracinement. Alban souhaite la mise en lumière du chant : « Pourquoi pas le chanter en camp scout si le thème est la Première Guerre mondiale » et chaque 11 novembre devant les monuments aux morts.

« On n’a pas d’orgue sur le champ de bataille »

En mars 2022, le futur directeur d’établissement de santé a publié dans l’Étudiant Libre une lettre ouverte aux catholiques de France, en les appelant à revenir à l’essentiel : Dieu. « La beauté sauvera le monde » et c’est pourquoi de plus en plus de jeunes se tournent vers le Beau, à travers l’art, la musique, la poésie, le chant. Alban est aussi actif sur la page Instagram des Prohibés : « C’est un compte d’artistes français qui ont un seul mot d’ordre : faire du Beau et créer du Beau » c’est agréable de voir des œuvres sensées sur un réseau social américain. Le Beau est partout, il suffit d’ouvrir les yeux, de lâcher son écran et d’apprendre à admirer les choses simples : « La beauté se trouve partout et elle est simple ». Simple, comme La Complainte du Poilu, ce chant a capella, n’a pas besoin de fioritures : « Avec un orgue, ça serait beau, mais on n’a pas d’orgue sur le champ de bataille » affirme-t-il. 

A lire également : Lettre ouverte aux catholiques de France

Le chant se termine avec une phrase évocatrice : « Sauvez mes camarades et la France de la mort ». C’est une phrase qui trouve écho pour beaucoup de Français : « elle est intemporelle. Chaque époque a eu ses heures sombres, comme dirait l’autre » – « on a eu le rhume-19, tout le monde a eu peur, on a été enfermé chez nous contre nos libertés » s’amuse le jeune écrivain.

Alban de Bécourt vit au service du Beau. Après la sortie de son premier livre Contre-nature de certaines dérives contemporaines, il souhaite écrire son deuxième livre sur l’exemplarité dans la vie quotidienne. Il est guidé par l’Eternel : « Crux sacra sit mihi lux » (Sainte croix soit ma lumière).

Marthe Reullier

Marthe Reullier

Rédactrice en chef adjointe du site de l'Etudiant libre
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
La Complainte du poilu, d’Alban de Bécourt
Retour en haut