L'Étudiant Libre

En route pour défendre la liberté : les convois arrivent en France

Ces derniers jours, des manifestations et des convois s'organisent en France et dans toute l'Europe, à l'initiative des camionneurs canadiens qui depuis plusieurs semaines manifestent contre les restrictions sanitaires dans leur pays et contre l'obligation vaccinale. Quels sont les horizons et l'ampleur réelle de ce mouvement ?
Crédits : Pixabay

Cette initiative citoyenne n’est pas sans rappeler celle du mouvement des « truckers » au Canada, qui quant à eux bloquent l’accès à la capitale du pays pour dénoncer les mesures sanitaires imposées par le gouvernement canadien visant à interdire les entrées sur le territoire américain pour ceux ne respectant pas la mesure du schéma vaccinal complet.

En France, le mouvement des convois de la liberté s’en est inspiré mais ne s’articule pas de la même façon. Les participants de ce mouvement sont des routiers mais également des parents, des retraités, des professionnels, des chômeurs ainsi que plusieurs autres catégories socioprofessionnelles ayant en commun le fait d’être citoyens, et de s’opposer  aux mesures gouvernementales dites liberticides de la politique sanitaire actuelle et de ses dérives futures.

Ce convoi nous rappelle l’insurrection des Gilets Jaunes, ce mouvement contestataire qui en 2017 s’est opposé fièrement au gouvernement du président Macron, revendiquant l’application de la taxe carbone sur le carburant ainsi que celle de la limitation de vitesse à 80 km/h. Des citoyens se rejoignent dans différentes localités françaises sous forme de
convois routiers qui ont un but précis, faire valoir leur droit individuel concernant le choix de la vaccination, qui est désormais obligatoire si nous voulons jouir pleinement de nos libertés et qui a été imposée par le gouvernement. Ce mouvement se revendique apolitique tout comme les Gilets Jaunes, car citoyen avant tout. Différents organisateurs à travers la France ont prévu un plan de route menant environ 2 600 véhicules à la même destination finale : Paris.

Des mesures spéciales ont été prises par le préfet de police de Paris, Didier Lallement, qui entend bien éviter tout blocage de la capitale par ces convois citoyens. 7 000 forces de l’ordre sont prévues pour accueillir les participants des convois de la liberté. En prime, des forces mobiles et véhicules blindés ont été mis en service par le préfet de Paris. Cette nouvelle mobilisation citoyenne est significative d’une réelle opposition populaire qui effraie le gouvernement actuel, étant encore assez méfiant suite aux revendications des Gilets Jaunes de 2017. La stratégie de l’Elysée est claire, contrôler le cortège sans se confronter politiquement aux revendicateurs. Liberté annihilée ? Déni de classes ? Mépris de l’opposition populaire ? Le scénario actuel et son déroulement laissent à penser que le gouvernement ne souhaite en aucun cas se confronter aux citoyens mobilisés, qui quant à eux n’espèrent qu’une chose : aller à Paris pacifiquement et faire valoir leurs droits, idées et réalités.

En espérant que ce mouvement grandissant saura se structurer via des portes-paroles afin que leurs revendications soient entendues, claires et précises afin d’éviter les tactiques politiques de l’Elysée qui fera tout pour ne pas entacher d’une nouvelle insurrection citoyenne la campagne présidentielle de leur candidat.

Paul-Lionel Quiviger

Paul-Lionel Quiviger

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
En route pour défendre la liberté : les convois arrivent en France
Retour en haut