L'Étudiant Libre

12 candidats, 12 programmes : en voici un court résumé trois jours avant le premier tour des élections présidentielles. Car qui sait combien il est important de voter dans une démocratie en déficit, dirigée depuis bientôt cinq années par un président ayant été élu avec 25,44% d’abstention en 2017.

Les candidats de gauche étant plus nombreux, commençons par Nathalie Arthaud, candidate phare puisque représentant la Lutte Ouvrière, un parti politique trotskiste d’extrême gauche créé en 1968. Elle choisit dans son programme de 2022 d’abolir, tout d’abord, la fonction de président de la République afin de redonner le pouvoir aux classes ouvrières face à une classe capitaliste bourgeoise trop présente. De plus, elle veut réduire le temps de travail et interdire le licenciement en cas de baisse d’activité. La France étant un pays pacifique dans lequel tous les citoyens sont en sécurité, il faut désarmer la police. Face à cela, elle veut autoriser la liberté de circulation des migrants car ce sont « nos frères et sœurs ».

Au sujet du danger, Philippe Poutou se positionne également, en tant que candidat de gauche, membre de la CGT (Confédération Générale du Travail) et du NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste). Il veut le désarmement de la police et l’arrêt total d’export d’armes. De plus, dans une démarche féministe, il veut l’autorisation totale de la PMA et de l’IVG qu’il souhaite autoriser jusqu’à 24 semaines. Sur la politique étrangère, il souhaite sortir de l’OTAN et abolir la dette des pays du Sud, une dette qui s’élève aujourd’hui à 2 600 milliards de dollars. Enfin, comme Nathalie Arthaud, Poutou souhaite réduire la semaine de travail à 4 jours, avec 6 semaines de congés payés.

Fabien Roussel, lui, se positionne également comme candidat de gauche. Il est secrétaire général du Parti communiste depuis 2018, et a choisi de se présenter en tant que candidat aux élections présidentielles pour la première fois en 2022. Tout d’abord, comme Poutou, Roussel souhaite la sortie de la France de l’OTAN. Il veut en parallèle régulariser la venue des étrangers en France. Au sujet de la défense, il souhaite instaurer un contrôle de l’activité policière par une instance indépendante. Enfin, il souhaite investir 1 million d’euros dans la lutte contre les violences sexuelles et sexistes.

Passons au candidat principal de la gauche politique française de 2022 : Jean-Luc Mélenchon, homme politique depuis 1976, et aujourd’hui président de La France Insoumise. Il vacille entre 8 et 16% selon le scandale ou la crise du moment. La crise ukrainienne a d’ailleurs été favorable à sa candidature puisqu’il a été un des premiers candidats à se positionner contre Poutine et à condamner les actes de l’armée russe. En parlant de crise et de guerre, Mélenchon se considère pacifiste ; il veut donc contrôler l’activité policière par une instance indépendante, comme Fabien Roussel. Täsers, Flashballs et techniques d’immobilisation dangereuses doivent être interdits. Il veut également renationaliser la SNCF et les autoroutes, de même que créer 1 million d’emplois pour les services publics. Au sujet de l’immigration, Jean-Luc Mélenchon souhaite abroger la loi d’Asile et d’immigration, et rétablir le droit du sol pour tous ceux qui sont nés en France. Enfin, il veut rendre tous les soins gratuits pour les Français.

Une autre candidate de gauche, elle, membre du Parti socialiste, un des plus vieux partis de France : Anne Hidalgo. Elle est maire de Paris depuis 2014 et se fait connaître par ses décisions sur l’écologie et le bien-être de la capitale, notamment en matière de circulation dans les rues de Paris. Contre 1 million d’euros prévus par F. Roussel, la candidate prévoit un budget de 1 milliard d’euros pour la lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Elle veut également améliorer les conditions de travail de la police et des gendarmes. Pour la santé des Français, elle prévoit de rétablir l’accès légal aux soins partout en France. Enfin, elle souhaite supprimer la plateforme Parcoursup et fournir à tous les jeunes de 18 ans une somme de 5000€ pour financer un projet personnel.

Yannick Jadot, président d’Europe Écologie les Verts, est le candidat qui a été choisi par les électeurs du parti écologiste pour les représenter cette année. Il est, comme l’indique le nom de son parti, le candidat le plus concerné par l’écologie. Il propose ainsi plusieurs mesures à ce sujet. Il veut tout d’abord instaurer un impôt de solidarité sur la fortune (ISF) qu’il appellerait « l’ISF climatique », ainsi que passer à une VIème République afin d’intégrer davantage la question du climat dans la Constitution. Il souhaite également, dans le domaine de la santé, instaurer la prise en charge totale des personnes intersexes et trans : tous leurs soins seront remboursés par la sécurité sociale. Enfin sur la politique étrangère, il refuse les accords de libre-échange, et prévoit un budget européen, écologique et solidaire.

Passons à un bord politique plutôt de centre, vacillant de gauche à droite selon les avis et les décisions prises. Emmanuel Macron, actuel président français depuis bientôt 5 ans, est de nouveau candidat aux élections présidentielles de 2022. Président du parti de La République en Marche, il se dit « au-delà des clivages », ne se caractérisant ni de droite, ni de gauche, afin de rassembler le plus de Français autour de lui. Il veut tout d’abord fusionner le RSA et les APL pour créer le RUA, le Revenu Universel d’Activités. Il a également lancé fin 2021 le « plan France 2030 » : investir 8 milliards d’euros dans l’énergie (construire des réacteurs nucléaires de petite taille, construction de deux « gigafactories ou électrolyseurs »,…). Un sujet qui a beaucoup été discuté durant son mandat : la retraite. Il prévoit de repousser l’âge de départ à la retraite à 65 ans, de supprimer le régime des retraites, et de cantonner cette retraite à 1100€ par mois. Enfin, il souhaite doubler l’effectif de policiers sur le terrain, et alléger les tâches administratives au sein de l’administration française.

La candidate élue le 1er décembre 2021 au congrès des Républicains est Valérie Pécresse, membre du RPR depuis 2002 et membre du parti LR depuis 2015, en passant par l’UMP. Elle représente la droite modérée, et s’en revendique à travers ses discours et son programme. Voici quelques éléments de ce dernier. Elle se positionne tout d’abord contre l’euthanasie et le suicide assisté : elle est de tradition catholique et cela semble lui tenir à cœur. En ce qui concerne l’immigration elle prévoit la mise en place de quotas d’accueil, la suppression des minimas sociaux pour les étrangers ayant moins de 5 ans de résidence en France, ainsi que la suppression des aides aux clandestins. Elle veut de plus fermer les mosquées hostiles au pays. Enfin, elle prévoit d’instaurer un examen d’entrée pour les élèves qui passent en 6ème. Et elle prévoit de plus une structure de réinsertion pour les élèves perturbateurs.

Avec son parti « Debout la France », Nicolas Dupont-Aignan se présente une seconde fois aux élections présidentielles cette année, en tant que candidat de droite dans le champ politique français. Il veut tout d’abord maintenir le nucléaire à 70% de la production de l’électricité jusqu’en 2030 minimum. De plus, il a le projet de baisser de 50% les impôts sur les sociétés pour que leurs bénéfices soient réinvestis en France. Pour la sécurité du pays, il souhaite créer de nouveaux postes dans les forces de l’ordre, ainsi que créer de nouvelles places dans les prisons. Enfin, en tant que conservateur attaché aux traditions et à la grandeur de la France, Nicolas Dupont-Aignan souhaite sortir de l’OTAN et transformer l’Union européenne ou bien même en sortir.

Elle succède à son père, et conserve son parti du Rassemblement National fondé en 1972 : Marine Le Pen incarne une droite plus forte, voire « extrême » pour certains. Elle a échoué à obtenir la présidence en 2017, mais revient avec un programme encore plus complet cette année, qu’elle a pu modifier durant 5 ans. Tout d’abord, elle souhaite supprimer l’impôt sur l’héritage direct. S’adressant à un électorat plus populaire, elle veut de plus garantir aux paysans un prix respectueux de leur travail : hausse des salaires de 10% en exonérant l’augmentation des cotisations patronales, ainsi que baisse de la TVA de 5,5%. Pour la jeunesse, elle souhaite rendre obligatoire le port de l’uniforme en primaire et au collège. Et elle veut augmenter les salaires des étudiants. Enfin, en matière de justice, Marine Le Pen prévoit de rétablir les peines planchers (une peine minimale quel que soit le délit/crime), supprimer les réductions de peines automatiques, et instaurer une vraie perpétuité.

Dans la lignée de la candidate, Éric Zemmour, nouveau candidat, et même nouvelle personnalité dans le champ politique, se présente cette année avec son parti « Reconquête ». Connu pour ses mesures sur l’immigration et sa vision des étrangers, voici certaines de ses propositions concrètes. Il veut tout d’abord interdire le port du voile islamique dans l’espace public, la construction de minarets et de mosquées, et le financement du culte musulman. Il veut de plus fermer les lieux faisant la promotion du djihad, supprimer le droit du sol et expulser les étrangers sans emploi depuis six mois. En matière d’écologie, il prévoit l’interdiction totale de la construction d’éoliennes, et prévoit également de construire 14 nouveaux réacteurs nucléaires. Enfin, il souhaite revaloriser les professeurs, tout en interdisant la diffusion idéologique à l’école.

Un douzième et dernier candidat, connu pour son humour, son rire et son Béarn : Jean Lassalle, avec le parti « Résistons ». Il ne se positionne ni de droite, ni de gauche, mais tente tout de même de se faire une place parmi les 11 autres candidats. Tout d’abord, le candidat prévoit de former et d’engager plus de gendarmes et de policiers, et de construire davantage de prisons. Il veut également renforcer les douanes et instaurer des forces aux frontières pour sécuriser le pays. Il veut, comme plusieurs candidats, sortir de l’OTAN, ainsi que débattre et voter au Parlement toute législation européenne. Enfin, il souhaite alléger les programmes scolaires et insister sur les savoirs fondamentaux : la culture, le français, les mathématiques. Il semble nostalgique de son enfance, des traditions, en tant que « fils de berger », attaché à une France belle et préservée.

À lire également : Tribune Zemmour/Le Pen : la victoire avant tout

Olive André et Capucine Gidoin

Olive André et Capucine Gidoin

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
12 candidats, 12 programmes
Retour en haut