L'Étudiant Libre

Floride : Des employés de Disney demandent aux studios de respecter la « neutralité politique »

Tandis que les polémiques autour du projet de loi « Don’t Say Gay » se poursuivent en Floride, la compagnie Disney toujours plus encline à devenir le porte-parole des mouvances wokes ces derniers temps, a profité de la controverse pour annoncer son soutien aux LGBT. Devenant ainsi sujet à division, en particulier dans leurs enceintes.

Walt Disney doit se retourner dans sa tombe. Alors que le fondateur a toujours affiché des valeurs conservatrices et traditionnelles dans ses films (Mary Poppins, Pinocchio, Le Bossu de Notre Dame,…), son entreprise a depuis tourné sa veste en devenant le porte-bannière des dérives de nos sociétés modernes (féminisme, LGBTQ, Black Lives Matter). Exit donc les princes charmants venant sauver leurs bien-aimées. Ces dernières sont désormais devenues de « véritables guerrières » mais surtout de véritables icônes du féminisme, à l’instar de Jasmine dans le remake d’Aladdin en 2019 qui souhaite se « délivrer du diktat patriarcale » comme le confiait son interprète Noémie Scott lors de la promotion du film à Londres.

Il en va ainsi de même pour la question des LGBT. Si, les studios Disney n’ont jamais réellement caché leurs penchants, on se souvient notamment des polémiques autour du rôle de LeFou dans La Belle et la Bête, ou récemment d’un des personnages du nouveau West Side Story, ces derniers ont enfin décidé de rallier la communauté cette semaine après plusieurs années de suspense. En effet, tandis que les polémiques autour du projet de loi « Don’t Say Gay » – qui interdit l’enseignement de la sexualité et en particulier de la théorie du genre dans les établissements primaires de Floride – continuent de faire débat, une partie des employés pro-LGBT travaillant pour la firme ont demandé à leur actuel patron Bob Chapek dans une lettre que la compagnie se positionne sur le sujet.

Le très controversé PDG de la compagnie, Bob Chapek, a ainsi annoncé son opposition au projet de loi « Don’t Say Gay » et le soutien de la compagnie aux LGBT. Une décision en partie applaudie par les militants, qui reprochent toutefois à leur patron le positionnement tardif de la compagnie, au point de mettre en péril son avenir au sein de l’entreprise. Dans le but de mêler les paroles aux actes, Bob Chapek a affirmer lors de « Retromorrow » (l’événement annuel où les studios Disney dévoilent leur calendrier pour les prochaines années) que les prochaines « productions [films des studios ou filiales] incluraient plus de diversité » à savoir davantage de personnages ouvertement gay, lesbiennes, queers ou transsexuels.

Un positionnement qui n’est pas du goût de tous. Ainsi, dans une lettre anonyme passée quasi-inaperçue, plusieurs autres employés de l’entreprise ont demandé à Bob Chapek et aux actionnaires de revenir sur leurs paroles. Dans cette lettre, certains employés confient craindre pour leur avenir, et insistent sur l’importance pour la compagnie de savoir conserver une certaine neutralité, car « nos clients les plus conservateurs se sentiront également indésirables » et donc pourraient choisir de ne plus visionner les futurs films des studios. Ces derniers insistent dans leur texte sur le fait que ce n’est pas le but de l’entreprise que de faire de « l’activisme ».

Si pour le moment le PDG des studios Disney n’as pas souhaité répondre aux doléances de ces autres employés, la firme se dirige quoiqu’il en soit vers des jours houleux. En attendant, vous pourrez retrouver ci-dessous des extraits de cette fameuse lettre.

À lire également : Sciences Po Lyon organise sa « semaine genre et inclusion » obligatoire

Enjolras Valney

Enjolras Valney

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Floride : Des employés de Disney demandent aux studios de respecter la « neutralité politique »
Retour en haut