L'Étudiant Libre

Pie XII : un cas typique de désinformation anti-chrétienne

La parution en 1963, du « Vicaire » - pièce de théâtre à charge présentant Pie XII comme indifférent au sort des juifs et complice du régime nazi - a largement contribué à la légende noire du pape de la Seconde Guerre mondiale. Diffusés et amplifiés par les communistes les plus virulents tout au long du XXème siècle, ces mensonges ressortent fréquemment dans la presse quand il s'agit de discréditer l'Église. L'Histoire, pourtant, réhabilite largement celui que certains ont voulu appeler « le pape d'Hitler ».
Pie XII - un cas typique de désinformation anti-chrétienne
Pie XII reçoit en audience le 22ème Régiment royal le 4 juillet 1944. (Crédits : Wikipédia)

Le cardinal Pacelli, grand connaisseur de l’Allemagne

Eugenio Pacelli est confronté, dès le début de sa carrière, à l’Allemagne et à la Guerre. Nonce apostolique en Bavière pendant la Première Guerre mondiale, Eugenio Pacelli commence sa carrière diplomatique en faisant l’âpre expérience de l’impuissance pontificale face à la guerre totale. L’effondrement de l’empire allemand le propulse, en 1919, nonce apostolique de la toute jeune République allemande. Il est donc aux premières loges, quatre ans plus tard, lorsqu’un certain Adolf Hitler tente vainement un putsch qui ne lui ouvrira rien d’autre que les portes de la prison où il rédige Mein Kampf. Pacelli alerte dès ce moment le pape Pie XI du danger que représente l’idéologie nazie (« peut-être la pire hérésie de notre époque »).

En 1929, le pape Pie XI décide de faire de Pacelli son bras droit en le nommant secrétaire d’État. Pacelli, qui ne retournera jamais en Allemagne, ne l’oublie pas pour autant, ni surtout les inquiétudes qui sont les siennes à propos du nazisme. En 1937, il participe avec plusieurs cardinaux allemands à la rédaction de Mit Brennender Sorge, dans laquelle Pie XI condamne l’idéologie nazie et le régime hitlérien.

Lue le dimanche suivant dans toutes les églises d’Allemagne, cette encyclique suscite la colère des journaux du régime, qui voueront dès lors une haine tenace à Pie XI et son secrétaire d’État (« le pape est à moitié juif et le cardinal Pacelli l’est complètement »).

En 1946, Israël Zolli, très profondément marqué par le courage du Pape et la résistance des catholiques, se convertit au catholicisme et choisit pour nom de baptême celui de son sauveur : Eugenio.

Pierre Beaumanoir

Pacelli, Vicaire du Christ

Eugenio Pacelli, élu pape sous le nom de Pie XII en 1939, décide de consacrer sa première encyclique (Summi Pontificatus) à la condamnation de l’invasion de la Pologne par Hitler, texte qui constitue alors une véritable « attaque directe contre le troisième Reich » selon l’ambassadeur allemand auprès du Saint-Siège. Pie XII multiplie les protestations – publiques ou officieuses – quant au traitement des juifs. Sans en faire la liste, citons seulement le message radiophonique de Noël 1942, où le pape dénonce les persécutions raciales et le massacre qui commence, en des termes qui font dire au New York Times que la voix du pape est « la voix solitaire qui brise le silence d’un continent ».

En 1943, la chute de Mussolini entraîne l’occupation par les Allemands des deux tiers de l’Italie. Le drapeau à croix gammée flotte sur la ville de Rome. Les nazis ne tardent pas à rançonner la communauté juive en exigeant 50kg d’or en échange de la vie sauve. Pie XII participe au paiement de cette rançon, même si les Allemands, ne tenant pas leur parole, déportent malgré tout les juifs. Pie XII parvient alors à en cacher 477 au sein du Vatican, et plus de 3 000 dans son palais de Castel Gandolfo. Parmi eux, le grand rabbin de Rome, Israël Zolli.

À l’issue de la guerre, nul ne songe donc à faire de Pie XII un homme silencieux ou complice face aux nazis. En 1946, Israël Zolli, très profondément marqué par le courage du pape et la résistance des catholiques, se convertit au catholicisme et choisit pour nom de baptême celui de son sauveur : Eugenio.

par Pierre Beaumanoir

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Pie XII : un cas typique de désinformation anti-chrétienne
Retour en haut