L'Étudiant Libre

Le journalisme a-t-il des idées ? Les Corsaires posent la question

Les Corsaires est un collectif qui combat les opérations de censure menées par les Sleeping Giants envers les titres de presse. Fréquemment remarqués depuis septembre par leurs frappantes publications, Les Corsaires publient une gazette à destination du milieu journalistique. Leur objectif : rappeler à la presse ses grandes heures de liberté par un effet madeleine de Proust.

Le collectif Les Corsaires agit depuis septembre 2021 sur les réseaux sociaux. Leur ligne défend la liberté d’opinion et d’expression pour tous les titres de presse afin de garantir un vrai pluralisme des idées. Les Corsaires sont les trouble-fête des Sleeping Giants. Créé en 2016 aux États-Unis, ce collectif militant prétend vouloir agir « contre le financement des discours de haine ». Il s’agit surtout d’attaquer les marques qui placent leurs publicités dans les journaux qui ne leur plaisent pas, selon un agenda politique clair. CNEWS et Valeurs Actuelles, France inter et Le Figaro, pourtant essentiels à l’équilibre des opinions, sont les principales cibles de ces offensives. Par un concept efficace de contre-publications massives sur les réseaux, les Corsaires rassurent les marques et leur rappellent l’importance de la pluralité.

COMMENT SABORDER LES SLEEPING GIANTS ?
Ensemble, nous pouvons éradiquer ce fléau.
INSCRIVEZ VOUS sur le site https://t.co/22tnozafDe, et partagez cette vidéo autour de vous.
A l’abordage et pas de quartier ! #StopSleepingGiants #StopCensure pic.twitter.com/lmDWgskwRy

— Les Corsaires (@LesCorsairesFr) December 17, 2021

Les Sleeping Giants ne sont qu’un acteur d’un problème plus global. La liberté d’expression n’existe quasiment plus à cause des pressions subies par les journalistes. Le milieu de la presse, si truculent et plein de génie par le passé, subit un ponçage méthodique. Désormais, l’idéologie passe avant le fait. La menace du rabot a pour conséquence un autolissage consenti des positions, alors que les lecteurs recherchent justement le caractère. Que reste-t-il des papiers insolents, des analyses créatives, des déclarations explosives qu’on retrouvait dans l’Aurore, au Journal des débats, ou à l’Action française ?

Pour déclencher une prise de conscience chez les journalistes, les Corsaires publient La Gazette de la Liberté. Au format d’un quotidien traditionnel, la Gazette opère un superbe travail de comparaison entre le niveau de liberté et de style atteint par les journalistes du XXe siècle et aujourd’hui. Cinq grands thèmes sont comparés : l’opinion, l’Histoire, les enquêtes, le sport et la culture. Pour chacun d’eux, des extraits des « articles d’hier » sont opposés à des « articles d’aujourd’hui ». Nul besoin de longues analyses, tout est concret.

Premier constat : le style.

Lyrique, harmonieuse, positionnée, vivante, la plume du XXe siècle est personnelle. Le journaliste écrit avec ses fluides, il imprime son caractère en arrière-plan. Le lecteur réagit, en faveur ou en défaveur, qu’importe ! La franchise du message est reçue avec passion. Fade, rigide, fuyant, triste, le style du XXIe multiplie quant à lui les tournures communes.

Un thème cher à nos Parisiens, la salubrité, ne date pas d’hier. L’explosif Maurice Prax dans sa rubrique « Pour et contre » publiée par Le Petit Parisien, abordait le problème en ces mots :

« Nous avons besoin d’air et vraisemblablement d’air pur, de bon air tel qu’il a été composé au jour lointain de la naissance du monde. Nous avons besoin d’air NATUREL … C’est de l’air que nous devons respirer, sous peine de mort… Et l’air, l’air véritable, ce n’est ni de la suie, ni de la fumée, ni du résidu chimique et nauséabond […]. »

En 2019, Gérald Andrieu dans Marianne se plaint à son tour de l’épineux problème …

« […] Il est donc une ville, bien réelle, peuplée d’habitants, bien réels eux aussi, qui ont parfois le sentiment d’évoluer dans une émission de télé aux titres racoleurs, façon Bernard de la Villardière. Une ville dans laquelle se tiennent des marchés improvisés à même les trottoirs où l’on s’échange des produits alimentaires périmés. […] »

… après s’être excusé d’aborder le sujet :

« On aurait pu titrer “Paris, capitale tiers-mondisée”. On aurait peut-être dû. Mais on imagine déjà les soupçons. “Marianne a salement viré Valeur depuis l’arrivée de Natacha Polony, tu ne trouves pas ?” – Et on entend même les critiques. Pour certaines légitimes. Paris n’est ni Calcutta, ni Phnom Penh, ni Kinshasa. Mais tout de même, voilà la capitale d’une des premières puissances du monde confrontée à des problématiques que l’on croyait réservées à des pays en développement. »

Deuxième constat : l’excuse.

Les articles d’hier sont assumés. Journaliste est un métier de tempérament. Sans peur de choquer, sans crainte d’être critiqué, assumant l’idée, le journaliste de toujours ne s’excuse pas d’écrire. La Gazette montre bien la recherche de confort intellectuel permanent de nos plumes contemporainesApeurées de voir fondre sur elles tous les inquisiteurs de la bien-pensance, elles baisent préalablement leurs sandales. Le constat se retrouve au fil de la lecture.

En 1934, Staline accorde un entretien au Correspondant International. L’article rédigé est respectueux envers le chef d’État et aborde les visions politiques profondes de Moscou. L’entretien avec un bourreau des peuples reste tout de même franc et assumé.

« Je vous suis très reconnaissant, M. Staline, d’avoir bien voulu me recevoir. J’ai eu un long entretien avec le président Roosevelt […]. 

Je vais quelquefois par le monde et comme un homme ordinaire et je regarde ce qui se passe autour de moi […] Vous et Roosevelt, vous partez de deux points de vue différents. Mais n’y a-t-il pas un lien, une parenté intellectuelle entre Washington et Moscou ? »

Troisième constat : la mollesse.

Cette posture est la marque d’engagement du style et du courage. Un journaliste vivant, lyrique, assumant tout, ne peut pas être un ventre mou. Sa faculté de penser et de développer ce qu’il pense montre un homme libre. Le journaliste passionné est par nature déchaîné. Le bœuf contemporain qui traîne ses atouts rabotés dans les couloirs des rédactions ne peut pas prendre position. La peur des critiques lui noue le ventre.

Le dopage est un problème qui touche le sport depuis bien longtemps, scandalisant légitimement les amateurs du beau jeu.

Le Populaire de Paris publie en 1923 un article ravageur.

« Le doping. […] Son résultat est immédiat, il fait passer la défaillance, agit sur le système nerveux, donne le coup de fouet qui assure la victoire. Mais à quel prix ?

L’organisme se ressent vite de l’usage de ces poisons nocifs, et pour un éphémère succès, le moteur est vite détraqué. »

Libération préfère ne pas prendre position, voire excuser l’usage. Dans une publication de 2004, le journal défend que finalement, combattre le dopage est une histoire de jalousie. Sans plaider pour le dopage, dépasser les limites physiques, n’est-ce pas la condition du sportif ? L’auteur conclut ainsi :

« Ce n’est qu’en gardant cela à l’esprit que l’on peut éventuellement juger le dopage. Et, le cas échéant, le condamner. Très sévèrement. Peut-être. »

Par cette Gazette de la Liberté, les Corsaires irriguent d’une source claire le marécage stagnant du journalisme. Le militantisme journalistique se justifie. Il pense, suscite des passions, il se critique. Mais le militantisme contemporain se transforme en une idéologie uniforme. Seul un petit groupe bat la mesure pour le grand nombre et rabote les caractères. Une presse libre est nécessairement équilibrée dans la diversité. La Gazette de la Liberté nous invite à faire le vrai constat. Le journalisme n’a surtout pas d’idée. La bien-pensance est un marais confortable. Une terre qui n’est pas une terre, une eau qui n’est pas une eau, un mélange malade et mortel. Sans appeler au boycott des médias, les Corsaires font mouche : « là où est l’esprit, là est la liberté ». Le journalisme ne pense pas. Il faut le déchaîner.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Le journalisme a-t-il des idées ? Les Corsaires posent la question
Retour en haut