L'Étudiant Libre

La France et ses alliés au Sahel ont annoncé la semaine dernière, jeudi 17 février 2022, le retrait du Mali de la force française Barkhane et de la force européenne Task Force Takuba. Ils évoquent les multiples obstructions des autorités de transition maliennes, estimant que les conditions politiques, juridiques et opérationnelles ne sont désormais plus réunies pour poursuivre efficacement leur engagement militaire. Le communiqué de l’Elysée précise cependant que les troupes seront redéployées dans la région du Sahel.
Crédits : Pixabay

Cette annonce intervient alors que le pouvoir militaire du Mali, à la tête du pays depuis août 2020, se montre de plus en plus hostile à la présence militaire française et que des manifestations anti-France ont eu lieu à plusieurs reprises. Le front de la lutte française contre le terrorisme sera dorénavant concentré, comme c’est le cas depuis ces derniers mois, dans les pays voisins, au Burkina Faso mais aussi au Niger où interviendra une partie de la réorganisation de l’opération Barkhane. L’évacuation du Mali des quelques 2 400 soldats français encore sur place aura lieu dans les 4 à 6 prochains mois. Les forces armées alliées canadiennes et européennes évacueront leurs matériels et leurs personnels sur la même période.

Cela s’inscrit dans la démobilisation progressive des troupes présentes au Mali qui a lieu depuis juin 2021 et annonce probablement un départ progressif de la France du Sahel. Par ailleurs, le déploiement des troupes mercenaires Wagner dans le pays n’est peut-être pas étranger à cette annonce, même si la situation en Ukraine les a poussés à revoir leurs plans.

Benjamin Harter

Benjamin Harter

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Fin de l’opération Barkhane au Mali
Retour en haut