L'Étudiant Libre

Le Père Noël: figure d’une tradition, ou d’une anti-tradition?

Presque partout en Europe, la période de la nativité a pour figure récurrente le Père Noël. Initialement une fête religieuse traditionnelle et culturelle, Noël est devenu aujourd’hui un pur produit de consommation.

Le Père Noël est inspiré du personnage de saint Nicolas de Myre, un évêque martyr du IIIe et IVe siècles, qui avait l’habitude de distribuer des cadeaux et de la nourriture aux plus pauvres. Il est célébré traditionnellement le 6 décembre, où celui-ci est représenté comme distribuant des cadeaux à tous les enfants sages.

Au XVIe siècle, une réforme protestante supprime la fête de la saint Nicolas dans les pays européens. Mais les Hollandais conservent la tradition de saint Nicolas, nommé Sinter Klaas, et celui-ci fait l’objet d’inspiration de nombreux contes pour enfants. Au XIXe siècle, saint Nicolas est représenté sur un traîneau de rennes, avec en plus quelques détails fantastiques, qui viennent romancer son mythe, comme l’ajout de petits lutins.

Les récits se multiplient, notamment au début du XXe siècle, en ajoutant des caractéristiques fabuleuses, s’éloignant peu à peu du mythe religieux initial pour une histoire inventée pour les enfants : le traîneau qui vole dans le ciel ou le fait que saint Nicolas descende par la cheminée.

D’une récupération publicitaire américaine à une généralisation en Europe 

En 1931, la firme américaine Coca Cola demande à un illustrateur, Haddon Sundblom, de dessiner un vieil homme buvant du Coca pour reprendre des forces, lors de la distribution des jouets, afin d’inciter les enfants à en boire durant la saison hivernale.

Habillé aux couleurs de la célèbre bouteille, ce vieil homme inspiré des contes sur saint Nicolas, va devenir le maître planétaire de la nuit magique, le Père Noël. Il n’y a plus aucune notion de tradition religieuse : saint Nicolas a disparu pour donner place à un vieillard magicien. 

Le prestige et le succès de la publicité américaine va influencer toute l’Europe, traduisant l’américanisation, l’uniformisation et la déchristianisation. Noël n’est plus une occasion pour les familles de se retrouver autour de la naissance de Jésus Christ, mais une sollicitation à faire marcher le système capitaliste en achetant des cadeaux. 

Dans certains pays, la tradition perdure 

Il y a eu bien quelques mouvements de protestations de la part des catholiques contre cette envahissante popularité américaine, jusqu’à brûler l’effigie du Père Noël. Dans certains pays, où les traditions chrétiennes ont été conservées, le Père Noël est rejeté. En Espagne, ce sont les Rois Mages qui apportent les cadeaux le 6 janvier. En décembre 2007, une agence de publicité a même ridiculisé la figure du Père Noël pour dénoncer son caractère commercial au service des multinationales et réhabiliter les valeurs traditionnelles et réelles de Noël.

 

Ainsi le Père Noël est la représentation pure et réelle de la perte d’identité des pays européens, au profit de celle des États-Unis et du système capitaliste, en poussant aux achats au détriment des valeurs familiales et de générosité, de l’athéisme et du déracinement par la déchristianisation et l’oubli des traditions. Le Père Noël est faussement une tradition, car en réalité, il les a remplacées.

L. Delayance

L. Delayance

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Le Père Noël: figure d’une tradition, ou d’une anti-tradition?
Retour en haut