L'Étudiant Libre

Tribune de la Cocarde Étudiante – « Cinq ans de plus ? Non merci ! »

Cette fin de règne est interminable, insupportable, invivable. Il faut remonter à loin pour retrouver de telles restrictions de nos libertés, que plus rien pourtant ne justifie et dont l’efficacité sanitaire n’a jamais été prouvée. Nous le regrettons mais, non seulement depuis le début de la pandémie mais depuis 2017, aucune mobilisation populaire n’aura permis d’affaiblir suffisamment ce pouvoir au point de le faire renoncer. Il reste cependant une carte à jouer : infliger à Emmanuel Macron une défaite dans les urnes.
La Cocarde Étudiante tracte sur les campus, ici en Lorraine.

En finir avant qu’il ne soit trop tard

Le quinquennat de Sarkozy devait prendre fin à force de trahisons. Celui de Hollande à cause de l’humiliation infligée à la France. Celui de Macron pour que la France reste la France. Nous refusons de laisser libre cours au Grand remplacement cinq années supplémentaires. Nous refusons que l’ensauvagement pourrisse toujours plus notre quotidien. Nous refusons d’avoir à subir cinq années de plus d’une dérive libérale-autoritaire. Nous refusons que le cri du peuple continue d’être étouffé par le gaz lacrymogène. Nous refusons que les intérêts de Bruxelles, Washington et Berlin passent systématiquement avant ceux de la France. Nous refusons enfin la fuite en avant sociétale qui sape nos fondements anthropologiques.

La droite nationale, seul espoir pour dégager Macron

La gauche est dans l’incapacité la plus totale de sortir Macron de son fauteuil. Non pas tellement en raison de sa division sur la ligne de départ, mais parce que, comme lui, elle est incapable de comprendre qu’à côté des besoins matériels des hommes, il existe les droits de l’âme. Elle partage avec le macronisme la foi dans la déconstruction de l’identité, sauf bien sûr s’il est question d’une identité étrangère, a fortiori islamique.

Quant à la droite qu’incarne Valérie Pécresse, elle nous dégoûte, elle transpire l’insincérité et pue la compromission. Rien ne la sépare d’Emmanuel Macron, lequel a appliqué ou tenté d’appliquer ce que la droite « républicaine » rêvait de mettre en œuvre, à savoir une politique libérale, européiste, atlantiste et antisociale.

Aujourd’hui, seuls les candidats de la droite nationale se proposent de répondre aux besoins intégraux du peuple et se soucient de la grandeur de la France. C’est donc vers Marine Le Pen ou Éric Zemmour que nous invitons les étudiants français à se tourner le 10 avril prochain, afin que l’un d’eux puisse affronter et surtout battre Macron au second tour.

Il nous faut dire que la jeunesse française ne consent pas unanimement à disparaître. Il nous faut tourner la page de Macron et de son monde.

Hier Macron, demain la France !

Cocarde Étudiante

Cocarde Étudiante

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Tribune de la Cocarde Étudiante – « Cinq ans de plus ? Non merci ! »
Retour en haut