Vivre ensemble… à en mourir ! Essai sur une imposture sémantiquelecture express

« Avant de vivre ensemble, il faut bien s’assortir. »

        Comte François de Neufchâteau

Quand les hommes ne se sentent plus protégés par ceux qu’ils ont eux-mêmes portés au pouvoir, quand la confiance a
déserté, il est fatal qu’ils songent à se défendre par leurs propres moyens. L’exaspération trop longtemps contenue est à même de se libérer au moindre incident choquant. Or la multiplication des attentats terroristes sous les formes les plus diverses, les sujets d’humiliation, les injustices légalisées créent un terreau favorable à ce phénomène. Le risque d’explosion de la violence en France est de plus en plus palpable au quotidien.

Hélas ! les hommes politiques, qui vivent dans un environnement préservé, ces « élites » que l’on protège comme il se doit, ne peuvent en prendre conscience. D’ailleurs, qu’ils soient de gauche ou de droite, ils vivent la plupart du temps dans des quartiers choisis, et placent leurs enfants dans des institutions privées afin de leur assurer un bon avenir et leur éviter ainsi de côtoyer une plèbe susceptible de poser des problèmes. Farouches partisans du « vivre ensemble » en théorie, ils n’en cherchent pas moins à se prémunir contre une mixité sociale qui leur paraît indésirable et qui, surtout, pourrait être préjudiciable à l’avenir de leur progéniture.

C’est donc en raison de ce déni de danger par les responsables politiques, voire de cette imposture dans la rhétorique officielle, que de plus en plus d’individus se disent prêts à organiser leur propre défense. S’ils en viennent un jour à constituer des forces armées parallèles, la guerre civile ne manquera pas de suivre, avec ses charrois d’horreurs, d’exactions et de malheurs qui l’accompagnent à chaque fois.

Comme personne ne souhaite que l’on en arrive à cette extrémité, il convient de mesurer le prix à consentir pour essayer de coexister, c’est-à-dire sans abdication ni soumission de quiconque, en toute liberté. Ce prix, c’est d’abord le retour au patriotisme qui s’appuie sur un amour partagé de la France. Ensuite, c’est la réhabilitation d’une éducation saine qui enseignera et cultivera les valeurs fondamentales en lesquelles nous croyons, et redonnera les repères que l’on s’est ingénié à supprimer. Enfin, c’est la fermeté sans concession dans cette exigence de respect, et une lutte ouverte contre nos ennemis déclarés.

O.O.

Éditions Osmose – 15. 00 euros – 192 pages

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu? Partagez-le! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.