TPMP : le débat, mais à quel prix ?4 min de lecture

La caricature des débats chez TPMP.

S’il y a bien une chose que l’on peut concéder à Touche pas à mon poste, c’est qu’ils organisent souvent des débats avec des invités ou interlocuteurs de qualités. Le seul problème est qu’ils n’ont pas la même notion de débat qu’ailleurs. Il suffit de regarder les passages de certaines personnes qui ne font pas parti du camp du bien ; Thais Descufon, Geoffroy Lejeune, Jean Messiha etc. Le dernier en date étant symptomatique, celui d’Alice Cordier.

Ceux qui suivent suivent de près de ou de loin la présidente de Nemesis n’ont pas pu manquer son passage chez Cyril Hanouna.
Pour re-contextualiser, elle venait sur le plateau pour débattre sur le sujet « Banlieues : comprenez-vous que l’on reproche qu’il n’y est pas assez de blancs ? » suite à l’intervention à Montpellier de deux mères de familles sur le manque de mixité sociale en banlieue.
Face à elle, Brulux, un rappeur (clown ?), et David Guiraud de le France Insoumise.

Nous passerons évidemment outre son petit loupé sur l’équipe de France, promis Alice on ne t’en veux pas !

D’ailleurs, il suffit de se balader 5 minutes sur les réseaux pour voir que c’est le seul grief que les supporters de Brulux ont contre elle, pensant sincèrement que cette erreur décrédibilisait le reste de son discours. Lui, a d’ailleurs très bien rempli son rôle, ce qui nous a donné un déba… un cirque pardon de grande qualité. En effet, on peut résumer assez rapidement son passage par « cé vou les méchan, vou stigmatisé lé arabe et lé musulmans » puis par des logorrhées « sans pitax max » « je vois plein de choses que ça existe pas en France » etc.

Passons aussi très rapidement sur l’intervention de Guillaume Bigot sur le voile, à voir la tête du rappeur, on l’a perdu à ce moment-là !

Néanmoins, soyons objectifs, comme l’a dit un ami de Brulux, Sadek, sur les réseaux, le rappeur n’était là que pour faire rire.

C’est justement ce que je reproche à l’émission ; bâillonner un débat qui aurait pu être de qualité en le détournant par des frasques verbales sur lesquelles s’esclaffe Cyril Hanouna à longueur de temps.
Bien évidemment, mettre un peu de légèreté dans une joute télévisuelle n’est pas forcément une mauvaise chose, encore faut-il la tempérer et tenir compte du fait que certains sujets s’y prêtent moins.

Le mérite de David Guiraud a été de proposer des arguments. Le seul souci c’est qu’il s’agit des arguments de la France Insoumise… De fait, pour lui, le manque de mixité vient du fait que la France est raciste et qu’on ghettoïse toujours les mêmes personnes. D’ailleurs, pas de violence en banlieue, la criminalité explose dans la Creuse, c’est bien connu !

Ce cher David a visiblement pris la question à l’envers. Celle qu’on devrait se poser est ; Pourquoi les « blancs » quittent-ils la banlieue ?

Parce qu’ils en ont marre qu’on essaie de leur imposer des règles de vie ? Parce qu’ils ne se reconnaissent plus dans ces coins-là ? Parce qu’ils en ont marre de vivre dans l’insécurité ?
Evidemment non ! On vous a dit que l’insécurité c’était dans la Creuse, essayez de suivre !

L’intervention d’Alice n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de passages d’invités sur des sujets importants tués dans l’œuf à cause des chroniqueurs de l’émission.
Il suffit de se rappeler le passage de Thais Descufon qui s’était retrouvé face à Yassine Bellatar, un deuxième clown, revendiqué cette fois ci.
La seule force de ces personnes est d’avoir un plateau télé acquis à leur cause. Peu importe ce que vont dire Yassine Bellatar ou Brulux ; Cyril Hanouna et ses chroniqueurs seront là pour acquiescer et rigoler !

Mais ils seront aussi là pour contredire ceux qui ne vont pas dans leur sens. Avec des arguments ? Trop difficile. Non, contredire juste en dénigrant ce qui a été dit par le « camp » adverse.
Le meilleur exemple ayant été vécu par Jean Messiha qui attaquait le deux poids deux mesures médiatiques sur le fait que quand un immigré fait une bonne action, il est cité de partout et on met en avant l’immigration mais quand c’est le contraire, quand l’immigration tue, alors là il est hors de question de faire une généralité. Réponse de Cyril Hanouna à cet argument ? « Mais ça n’a rien à voir ». Et oui, ça n’a jamais rien à voir… Tout ce qui peut aller dans le sens du progressisme, du camp du bien, on peut en faire une généralité, pour le reste, ça n’a rien à voir.

Nous pourrions aussi évoquer toutes les interventions toujours limpides, tintées de respect, intelligentes et calmes de Geoffroy Lejeune qui pourtant ne cesse de se faire attaquer, étant invectivé sur sa prétendue haine des musulmans. Ce sont toujours les mêmes arguments éculés qui sont utilisés par le camp du bien pour éviter de répondre sur le fond.

Il est d’ailleurs intéressant de constater que ces personnes qui sont accusées d’intolérantes sont en vérité les plus calmes et les plus respectueuses de l’opinion des autres tandis que ceux qui se présentent comme les progressistes sont généralement les plus enragés.

Prenons le cas le plus criant (dans tous les sens du terme) de cette émission ; Gilles Verdez.
Il est tout simplement impossible de discuter avec cet énergumène qui passe son temps à s’énerver, à parler plus fort que les autres pour éviter d’avoir à débattre, qui se prend pour un chevalier vertueux alors qu’il est tout le contraire.

D’ailleurs, quand il en a marre de crier, il utilise la ruse des ennemis du réel depuis 50 ans ; traiter ses concurrents de « racistes », « fachos » etc.

N’ayez pas le malheur de dire « mon café était trop noir » devant lui, vous seriez accusé de tous les maux de la terre.

Il s’était d’ailleurs pris un retour de bâton intéressant mais pas assez appuyé de la part d’Amir suite à sa victoire pour « la chanson de l’année » sur laquelle avait tweeté Gilles Verdez en disant « j’ai mal à ma France », voulant que ce soit « Sapés comme jamais » qui remporte le titre.
Quelle aurait été la réaction de ce journaliste si quelqu’un avait fait la même chose ?
Il l’aurait évidemment accusé de racisme. Mais lui c’est le camp du bien, alors ça passe…

Avec tous ces exemples, légitimement on peut se demander s’il est utile de débattre dans cette émission. Certes, l’audience donne accès à un large public pour diffuser ses idées mais la caricature qu’ils en font n’amène rien de positif.

Pour autant, j’envoie mes plus sincères respects à Geoffroy Lejeune, Thais Descufon, Alice Cordier, Jean Messiha pour ne citer qu’eux pour le calme dont ils font preuve à chaque émission.
Je laisse le mot de la fin à Julien Rochedy « On dresse désormais le tapis rouge à des cancrelats, et moins t’as de valeurs, plus apparemment tu en as chez Hanouna ».

Ronan

Article écrit par Tribune

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.