Que cherchent à faire les partisans de la PMA ?3 min de lecture

Alors même que  l’ouverture de la PMA à « toutes les femmes » vient d’être votée en
commission à l’Assemblée nationale, il est sans doute bon de s’arrêter pour réfléchir un peu
aux désirs et aux projets des propagateurs de cette mesure. Au fond, que cherchent-ils
réellement à faire en étendant la procréation médicalement assistée jusqu’ici réservée aux
couples infertiles, aux femmes seules et aux femmes qui vivent en « couple » ?
A les entendre, d’abord à combler une injustice ; cet argument revient très souvent
dans la bouche des militants et acteurs interrogés. Il faut leur faire crédit de leur sincérité :
sans doute ce sentiment est-il effectivement vécu comme tel par la majorité d’entre eux.
Bien sûr, cela ne suffit pas à le fonder en droit ; mais à l’heure où la parole des « victimes »
en tout genre est sacralisée, il paraît somme toute logique que les plaintes aient presque
valeur de raisons.
Ensuite, la PMA donnerait corps au désir d’enfant, qui est à la fois une réalité
biologique dans le cycle de vie féminin, et une injonction sociale encore très prégnante
(quoiqu’infiniment moindre que dans le passé, et selon des modalités très différentes). Les
opposants à la future loi remarquent à raison le passage insidieux ainsi opéré, d’un désir
d’enfant légitime à un droit à l’enfant opposable. Les plus éclairés des partisans de la PMA
paraissent eux aussi conscients du caractère injuste et scandaleux d’un tel « droit à
l’enfant », mais ils comptent justement sur la loi pour « encadrer » (c’est là un de leurs
maîtres mots) et prévenir les « dérives » de la « parentalité », dans ce qui est une sorte
d’autosuggestion rassurante. En réalité, « l’encadrement » d’une loi intrinsèquement
mauvaise n’a jamais supprimé sa nocivité.

Plus largement, nombre de partisans de la nouvelle loi sont convaincus d’aller
dans le sens du progrès, un progrès univoque et sans retour possible, qui lie les inventions
techniques aux pratiques sociales nouvelles, et leur assigne un sens, précisément celui
d’incarner l’amélioration de la condition humaine. Réfuter philosophiquement le présupposé
progressiste dépasse de loin notre propos ; résumons simplement en disant que cette erreur
consiste en bonne part à lier arbitrairement des phénomènes et des ordres différents, par
exemple à amalgamer, pour paraphraser Baudelaire, l’éclairage au gaz et la diminution des
traces du péché originel. Selon de tels modes de raisonnement, les faits précèdent toujours
le droit et conditionnent ses futures « avancées », puisque leur existence (celles de mères
célibataires, de femmes vivant en couple et élevant des enfants, etc.) doit mener au constat
que le droit est obsolète, inadapté aux pratiques sociales contemporaines : c’est toujours lui
qui est à la remorque des faits. Le regard sociologique habituel sur ces pratiques est
faussement neutre : il ne leur assigne pas de valeur explicite, mais, dans leur sélection et
leur présentation soigneuses, il les place arbitrairement dans un certain sens, qui montre la
voie à suivre. Et puisque le progrès est défini comme tel, les raisons de ceux qui s’opposent à
l’extension de la PMA et surtout à sa traduction juridique ne sont plus parées de ce beau
titre, elles deviennent simplement des préjugés à combattre.
Enfin, il existe des personnes favorables à cette loi qui sont tout à fait conscientes de
ce qu’elle opère : la dé-corrélation radicale de la procréation naturelle d’avec une
hypothétique « parentalité » sociale. Engendrement et enfantement (et même, dans le cas
de la GPA, grossesse) sont totalement disjoints de la filiation et de l’éducation. Pour ces
militants qui se voient eux-mêmes comme une minorité d’avant-garde au sein du
mouvement pour les droits LGBT, il faut déconstruire en toute connaissance de cause le

modèle familial traditionnel, afin de laisser s’épanouir la diversité des pratiques nouvelles.
Bon nombre d’arguments anti-PMA, qui font voir la tentation trans-humaniste à travers
cette négation des corps, restent ici sans effet, puisque c’est justement ce danger qui est
perçu par eux comme un but désirable ! Mais un tel principe de subversion ainsi assumé est
aussi une grande faiblesse, tant ces vues sont minoritaires et anxiogènes dans la société.
Même s’il faut être conscient des biais et des raccourcis qu’empruntent les militants
de la PMA « pour toutes », le terrain reste donc encore ouvert pour un débat de bonne foi,
où les arguments de leurs opposants peuvent produire tous leurs effets.

Petrus Aurelius.

Partenariat avec Le Rouge et le Noir

Article écrit par Paul Guerry

L'article vous a plu? Partagez-le! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.