Quand la laïcité n’est plus démocratique mais totalitaire…lecture express

Après le débat sur le voile, nos élites ont encore trouvé le moyen de fédérer. En effet, après les musulmans, revenons aux catholiques. Une pétition mise en ligne ce matin a déjà reçu plus de 4000 signatures. Il faut dire que l’enjeu est important. Cette pétition est adressée au président du Sénat, M. Gérard Larcher, pour que le secret de la confession des ministres du culte catholique ne soit pas mis en cause. Cette idée, apparue dans les rapports du 28 mai 2019 (proposition n° 9 in Rapport d’information No 529 de Mmes Marie MERCIER, Michelle MEUNIER et Dominique VÉRIEN ), va être débattue sous peu au Sénat. Elle constitue une violation de l’exercice de la religion catholique garanti dans l’Article 1 de la loi 1905. De plus, les sénateurs républicains et socialistes responsables de la commission souhaitent renforcer les prochaines peines de non-dénonciation attribuées aux clercs récalcitrants à violer le secret de la confession. Obliger les prêtres à dénoncer leurs pénitents, c’est empêcher la perspective du salut à des âmes qui sont dans le besoin. Car ainsi, qui voudra aller se confesser si l’abbé n’est autre qu’un indic ? Il suffira de lire Tocqueville pour s’en convaincre, quand l’État cherche à régir jusqu’à la conscience des citoyens, il s’agit bien d’une dérive totalitariste nuisible à la dignité propre de chaque homme et femme. Enfin, aux vues de toutes les mesures éthiques, religieuses ou sociales prises dernièrement, on se doute que la dignité du citoyen ne pèse pas lourd devant sa faculté à faire du profit.

Quelques points à noter :

• Le droit canonique (droit de l’Église) requiert l’excommunication de tout ministre manquant à son devoir du secret de la confession.

• Le code pénal reconnaît jusqu’alors le secret de la confession comme un secret professionnel.

• L’Ancien Régime, le régime nazi et le régime communiste en URSS ne remettaient pas en cause le secret de la confession.

• Les affaires de viol sur mineur par des clercs représentent 6 % des viols sur jeune garçon et 0,5 % sur jeune fille, autrement dit une très grande minorité. (source : Sénat)

• Le Saint- Siège a rappelé le 1er juillet 2019 qu’au moment où le prêtre entend les péchés et absout, il n’agit pas en tant qu’homme mais en tant que ministre de Dieu.

 

Chilpéric d’Albret

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu? Partagez-le! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.