Peut-on être libéral et catholique ? 2 min de lecture

En  pensant instinctivement que les catholiques sont plutôt de droite et que celle-ci est nécessairement libérale, beaucoup croient que libéralisme et catholicisme font très bon ménage, a contrario du socialisme par exemple. Pourtant, l’Église a longtemps condamné le libéralisme et le regarde encore aujourd’hui avec méfiance. 

Il faut commencer par savoir à quoi correspond vraiment le libéralisme. Cette notion recouvre différents aspects. Certains se prétendent libéraux d’un point de vue économique mais pas d’un point de vue sociétal. En ce sens, il apparaît possible de concilier un certain libéralisme avec la religion catholique. D’ailleurs, François Fillon, qui avait opté pour un positionnement libéral en matière d’économie mais non de moeurs, avait recueilli en 2017 55% des suffrages des catholiques pratiquants réguliers. Plus de la moitié des catholiques pratiquants ont donc pensé en 2017 que l’on pouvait soutenir une politique libérale sur le plan économique. 

Peu après l’apparition du libéralisme, des penseurs catholiques ont cherché à concilier les deux doctrines. Par exemple, Lamennais, Lacordaire ou encore Montalembert dans le journal l’Avenir, défendant un libéralisme politique tout en condamnant un libéralisme économique. 

Aussitôt, cette pensée du catholicisme libéral a été condamnée à travers l’encyclique Mirari vos en 1832. En effet, toute mesure libérale induit une pensée globale. Ainsi, Grégoire XIII, en condamnant le libéralisme politique, condamne par exemple la liberté de conscience ou la liberté de culte car elles mènent à un relativisme, un subjectivisme et un indifférentialisme religieux. En effet, les valeurs même du libéralisme sont « inconciliables avec l’anthropologie catholique » selon Patrice de Plunkett.

La place de l’homme est radicalement différente dans les deux pensées. L’Église s’inscrit dans une pensée classique, qui consacre un ordre naturel des choses voulues par Dieu dans lequel l’homme a sa place. Le libéralisme, au contraire, part d’un point de vue moderne donc contractualiste : tout n’existe que parce que les hommes le veulent, que ce soit un contrat, un modèle de famille, le sexe de quelqu’un, etc. Dans cette société moderne, les libéraux cherchent un État (qui n’existe que parce que les hommes le veulent selon eux), auquel ils délèguent certains de leurs droits afin que les autres soient garantis.  

Le bien est remplacé par l’accord de volonté, le Bien Commun par l’individu, la vérité par le relativisme. 

Puisqu’elle a toujours considéré l’idéologie libérale dans son ensemble, l’Église l’a toujours condamnée, depuis le syllabus de Pie IX en 1864, jusqu’à Octogesima adveniens de Paul VI en 1971 qui rappelle qu’« un chrétien ne peut adhérer ni à l’idéologie marxiste […], ni à l’idéologie libérale qui croit exalter la liberté individuelle en la soustrayant à toute limitation ». 

En un mot, puisqu’elle est bâtie sur une conception moderne de la société, l’idéologie libérale est erronée. 

Néanmoins, si elle condamne fermement l’idéologie libérale, l’Église tolère le libéralisme comme mouvement historique. Il faut en effet composer avec les sociétés libérales, d’autant que dans celles-ci l’Église peut exister, contrairement aux sociétés communistes par exemple. Dès le début du XX° siècle, et plus encore au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’Église a peu à peu  fait évoluer certains points, tout en conservant l’essentiel. 

Aujourd’hui, alors que le libéralisme est de plus en plus critiqué, il revient à l’Église de proposer des alternatives aux deux erreurs modernes : le socialisme et le libéralisme. 

 

*Image : http://www.renepoujol.fr/la-grande-peur-des-catholiques-de-france-disparaitre/

 

Article écrit par Paul Guerry

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.