On s’en fout !2 min de lecture

Plus soporifique que l’hypnose, plus discret que la matraque, le buzz médiatique de basse-cour se réinvite à votre table. Du grand oral parlementaire de Greta aux exploits alpins d’Éric Woerth, du lifting de Brigitte à la pizza azuréenne de Manu, du homard de Rugy à la canicule sahélienne, BFM LCI and Co se seraient-ils transformés en fast food du débat public ? Frites grasses d’information ad nominem et sorbets de procès médiatiques vous seront servis entre deux siestes à la terrasse d’une plage de sable fin. Endormis mais étonnés, il convient de questionner le patron sur la présence de ces friandises politiques au sein du débat public. Ces repas d’informations inintéressantes sont-ils la simple transparence du réel ou marquent-ils une volonté de détourner l’esprit des enjeux actuels ?

Dossiers croustillants, deux affaires soulignent le goût de nos faiseurs d’opinion pour l’info inutile et les scandales puériles. Que la venue d’une gamine de 16 ans fasse jouir une flopée d’écolos bobos enragés est une chose, que son apparition participe à élever en apparence le débat public est un symptôme. Aucunes connaissances, un engagement médiatico-politique ancré à l’extrême gauche et la sainte fillette se voit érigée en Jeanne d’Arc de l’écologie. Bien que son rôle de mascotte du courant vert et rouge ne fasse aucun doute, micros et caméras s’empressèrent tout même de lui accorder une planche de scène pour qu’est lieu son one-man-show partisan. A part surfer sur la vague idéologique à la mode, quel intérêt moral et intellectuel ce navet apporte-t-il à la guerre des idées ? Avant ce jeu de scène mémorable eut lieu le rugissant procès de François. Pour deux ou trois pyjamas parties un peu trop bling-bling, Médiapart, devenu partie civile, en fit la nouvelle bête immonde à abattre. Que les hommes à responsabilités se gavent des deniers du peuple n’est pas chose nouvelle, mais étaler ce faux scandale en aumône à la plèbe semble devenir le nouveau jeu des stagiaires journalistes en mal d’adrénaline. Pourtant, pieds sur terres et coude au comptoir, le gaulois jase sur le nouveau pris-au-piège, mais le rire est de courte durée. Ce n’est pas la presse people qui se chargera de boucler les fins de mois. Excusez du peu mais l’humour public de petits bourgeois pomponnés se révèle être d’une inutilité chronique et d’une impunité sans nom face aux enjeux civilisationnels de notre temps.

Les insistances névrosées du journalisme sur ces scoops stériles doivent au contraire nous alarmer sur la fâcheuse tendance qu’est en train de prendre le traitement de l’information. A vocation originelle d’instruire et d’informer, télévisions journaux et radios se transforment en vaste fête foraine où articles et reportages font office d’attraction à sensations fortes. Distrayant pour certains, abrutissant pour d’autres, ce genre de pratique ne joue qu’un rôle de cache misère. RIEN sur le Mercosur et les tensions iraniennes, RIEN sur l’adoption du projet de loi PMA en conseil des ministres, la stratégie semble assumée : mieux vaut noyer la grogne populaire dans du scandale de bas étage que d’étaler enjeux et problématiques actuelles pour participer à la construction de notre destinée. Buzz et scoop permanents ne seraient que de simples somnifères intellectuels anesthésiant l’esprit critique du peuple face à la dureté du réel.

Avant panem et circenses, maintenant scoop et buzz de bas étage sont jetés à la plèbe par nos patriciens médiatiques. Poison somnolent et jeu récréatif des médias, faux scandales et faits stériles demeurent tant inutiles que nuisibles. Coup poing d’Alexandre, vol de rab à la cantine de François, sornettes d’Éric et Brigitte relèvent plus du mot dans le carnet de liaison que de l’information nationale. Nous, dissidents réfractaires, moquons ces farces et attrapes bourgeoises et n’avons que faire de leur règle du jeu.

 

Arthur Perrier / Charles Le Goff

Article écrit par Arthur Perrier

L'article vous a plu? Partagez-le! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.