Nous enterrerons Mai 68 !lecture express

A quelque temps d’intervalle, nous avons pu observer deux campagnes d’affichage très différentes dans les transports publics parisiens.

D’un côté : « Être fidèle à deux hommes, c’est être deux fois plus fidèle »

De l’autre : « La société progressera à condition de respecter la paternité. »

Et posons-nous la question : lequel de ces deux slogans a provoqué l’hystérie du camp progressiste ? D’un côté, les affiches de Gleeden, qui poussent ouvertement à l’infidélité ne leur posent aucun problème. De l’autre, les affiches Alliance Vita, qui rappellent très simplement que le progrès, le véritable progrès, c’est savoir accepter la paternité, la diversité, la différence, la vie ; provoquent leur indignation généralisée, et les appels à la censure du maire de Paris. Nous ne vivons plus un affaiblissement des valeurs. Nous vivons – et c’est bien plus grave – un retournement des valeurs.

Dans 1984 de Georges Orwell : « la guerre, c’est la paix » «la liberté, c’est l’esclavage » « l’ignorance, c’est la force ».

Dans la France en Marche : « Une grand-mère peut être un père » « un enfant n’a pas besoin de connaître ses deux parents » « un bébé peut être fabriqué en laboratoire et acheté sur internet ».

Et je suis fatigué.

Fatigué de devoir répéter inlassablement « qu’un enfant naît d’un homme et d’une femme, et a besoin des deux pour grandir. »

Fatigué de voir le couple et la famille, piliers fondamentaux de toute société humaine, méticuleusement déconstruits par une idéologie soixante-huitarde ringarde et moribonde.

Fatigué de devoir me battre pour défendre des choses aussi évidentes pour tous, parce qu’une petite poignée d’excités a déclaré la guerre au réel et au bon sens. Les uns par idéologie, les autres par appât du gain. Et je ne sais pas quel est le pire des deux.

Nous sommes tous fatigués par cette absurdité, par cette lutte interminable. Mais nous ne lâcherons rien.

Nous ne lâcherons rien par fidélité à ce que nous sommes, à ce en quoi nous croyons. Et nous ne lâcherons rien parce que notre cause est juste.
Nous sommes une génération qui se lève, qui se soulève, qui s’engage.

Nous deviendrons des pères, des mères, nous construirons des familles solides.

Nous deviendrons des enseignants, des officiers, des politiques, des journalistes, des chefs d’entreprise…

Nous serons les piliers de notre société.

Et nous enterrerons Mai 68.

Rémi d’Antoigné

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.