Emmanuel Macron, McFly et Carlito : les bouffons du roi

La modernité vient d’accoucher d’une rencontre improbable. Jupiter, en son infinie mansuétude, a décidé de s’abaisser au niveau des nouvelles stars de « la jeunesse ». Publiée hier, dimanche 23 mai à 10h, la vidéo des Youtubeurs McFly & Carlito mettant en scène Emmanuel Macron atteint déjà 8,5 millions de vues. Tout est prodigieusement agaçant, dans cette vidéo d’un peu plus de 35 minutes. Tout a déjà été dit, sans doute, et il n’est peut-être pas nécessaire de revenir trop longuement sur la question. Ne serait-ce que pour le plaisir, tirons tout de même sur l’ambulance.

Le triomphe de la médiocrité

Quelle attitude faut-il adopter face à un ennemi politique ? Les plus téméraires choisiront le panache d’une poignée de mains refusée – à tout le moins, le regard amusé du mépris. D’autres, peut-être plus avisés, feront le choix de la franche discussion, en maintenant le respect dû à la fonction du président de la République. Après tout, l’usage autorise à « détester cordialement », et ce serait sans doute là le meilleur hommage à rendre à une conception française de la courtoisie. Une troisième voie aurait le mérite de mettre tout le monde d’accord, contre elle. C’est, évidemment, celle qu’ont choisi d’adopter McFly et Carlito, se comportant devant « le directeur de la Gaule » – la blague est d’origine – comme ils le feraient avec le dernier des Youtubeurs gaming. Style vestimentaire d’adulescents attardés – ils sont « cools », grimaces d’enfants et blagues potaches : tout est fait pour rappeler au spectateur à quel point ses guignols du jour sont restés « naturels et spontanés ». McFly et Carlito ne sont nullement impressionnés par le président et les ors de l’Elysée, et ils tiennent à le montrer. Voilà pour le décor.

Plan à trois

Tout au long de leur vidéo, les deux vidéastes s’épuisent à rappeler que « tout est vrai ». Personne ne les croit, évidemment, tant il apparaît clairement que l’intégralité du programme a été planifié à la minute près. Rien d’étonnant, au reste, et c’est d’ailleurs heureux. La grosse demi-heure de vidéo est déjà éprouvante, on a peine à imaginer ce qu’aurait donné une plus grande liberté. Tout le monde le sait, sauf bien sur l’audience habituelle de McFly et Carlito, qui découvre avec joie un président « cool » et « super marrant ». Et c’est vrai. Emmanuel Macron paraît effectivement sympathique, avenant, et la relative complicité du trio fonctionne. En moins de 48h, plus d’un million de personnes ont déjà liké la vidéo. Tout a été minutieusement calibré pour plaire : les anecdotes présidentielles, qui mêlent réalité du pouvoir et punchlines convenues sur Donald Trump, l’intervention particulièrement gênante de Kylian MBappé, le comportement faussement irrévérencieux – mais véritablement servile – des Youtubeurs, qui remplissent à la perfection leur nouveau rôle de bouffons du roi.

Ce qu’il ressort de cette daube convenue, c’est un cynisme à toute épreuve. Cynique, Emmanuel Macron l’est évidemment, usant à volonté de la fausse naïveté de ses interlocuteurs pour séduire un électorat – actuel ou futur – de toute façon idiot, et tout prêt à avaler les couleuvres présidentielles, pourvues qu’elles soient cautionnées par leurs nouveaux héros. Cyniques, McFly et Carlito le sont encore plus, en faisant semblant de croire que leur production peut être interprétée en dehors de toute considération politique. C’est tout le sens d’un des sketchs de McFly, qui se fait fort d’affirmer qu’il n’a pas voté pour le candidat Macron en 2017. « Promis, juré, craché, on ne fait pas de politique ». Le fait est, pourtant, que les deux compères sont les ambassadeurs de la jeunesse progressiste  et qu’ils ne s’en sont jamais cachés. En 2017, ils avaient même publié une chanson pour s’opposer à Marine Le Pen – élégamment intitulée « On est tous du sperme ». D’ailleurs, si McFly confie qu’il n’a pas voté Macron en 2017, il croit immédiatement nécessaire d’ajouter « au premier tour évidemment », tant il est naturel pour eux de faire barrage.

Tout un programme

Quatre années ont passé depuis l’élection d’Emmanuel Macron. Quatre années qui en paraissent quarante, tant ce quinquennat s’éternise, et au cours desquelles le banquier devenu roi s’est attaqué, avec une vigoureuse précision, à tout ce qui pouvait encore attacher les Français à leur pays. Passée la bouffonnerie des vidéastes, et l’abaissement inédit de la fonction présidentielle, reste le mépris. Quel autre sens peut-avoir cette hallucinante décision d’afficher le portrait de McFly et Carlito pendant le discours présidentiel du 14 Juillet ? Comment le président de la République peut-il s’amuser de la consommation de drogue passée de Carlito – demandant même une adresse en Corse où il pourrait prendre « des substances » – alors que la police vient d’enterrer Eric Masson, abattu sur un point de deal à Avignon ?

En acceptant de participer à cette mascarade, Emmanuel Macron est parfaitement cohérent avec sa véritable identité politique. Celle qui triomphe des oripeaux du « en même temps ». Celle qui lui avait fait dire que la culture française n’existe pas, que la France est coupable de crimes contre l’humanité, qu’il faut déconstruire son Histoire. En s’abaissant au niveau de McFly et Carlito, Emmanuel Macron poursuit son œuvre. Il déconstruit, pierre par pierre. Avec, comme meilleur et éternel allié, le bouclier de la « sympathie ». Tout est acceptable, de nos jours, tant que c’est « sympa », même la plus insupportable médiocrité. Vivement la fin.

Article écrit par Étienne de Solages

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.