« L’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau »2 min de lecture

À la veille de l’entrée en Avent, l’Eglise catholique en France jette un pavé dans la mare. 

Consécutivement à la déclaration du Premier ministre Jean Castex ce jeudi 26 novembre, les évêques se sentent insultés et négligés. Et ils le font savoir. En effet, le gouvernement a annoncé le maintien d’une jauge de trente personnes pour les célébrations religieuses, et ce quelle que soit la taille de l’édifice cultuel. Pour la Conférence des Evêques de France (CEF), « cette jauge n’est ni compréhensible ni acceptable ». 

Dès jeudi, de nombreux successeurs des apôtres avaient fait savoir leur étonnement et leur souffrance, promettant même d’outrepasser cette règle abjecte.

 

 

 

 

 

 

Les petits ruisseaux font les grandes rivières. D’initiatives diocésaines, la vague s’est convertie en prise de position nationale. Ce vendredi matin, les évêques en appellent au Conseil d’Etat en déposant un référé liberté, « estimant qu’ils ont le devoir de veiller à la liberté de culte dans notre pays » (communiqué de la CEF).

Monseigneur Aupetit, dans un communiqué publié ce matin a estimé qu’ « imposer une jauge en valeur absolue (30 personnes) est une décision qui relève de l’absurde ». Il a donc incité « tous les curés des églises de Paris à célébrer dans le strict respect des distances et des gestes barrière, comme ils l’ont toujours fait. Chacun veillera à limiter le remplissage de son église sans pour autant laisser qui que ce soit à la porte. »

Parmi les évêques, mais aussi chez les prêtres et les fidèles laïcs, la colère monte – jusqu’à ce que certains politiques se dressent eux aussi vent debout. Ce jeudi matin, le réseau social Twitter s’est enflammé de réactions diverses dont L’Etudiant Libre vous propose un florilège :

 

 

 

Certains sont même allés jusqu’à rappeler le Président de la République à sa parole prononcée à l’occasion de son discours au collège des Bernardins :

 

De Rome, le Cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrement, s’est lui aussi exprimé :

 

Comme le précise ensuite le communiqué, « un rendez-vous est prévu dimanche 29 novembre à 18h avec le Premier ministre » dont les évêques espèrent qu’il sera « enfin un vrai moment de concertation » !

Plus que jamais, le torchon brûle entre les catholiques de France et leurs gouvernants, ces derniers adoptant à l’égard des premiers une attitude condescendante sinon insupportable. Charge aux fidèles de continuer à rappeler qu’en France aussi, « l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison » (Mt 5, 15).

 

Grégoire Deren

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.