[L’édito #1] Jean-Pierre Pernaut, le salon de l’Agriculture et nous2 min de lecture

Ce vendredi 18 décembre 2020 marquera sans doute de son empreinte, sinon l’histoire de France, au moins celle de la télévision française. Comme il l’avait lui-même annoncé en septembre dernier, l’insubmersible Jean-Pierre Pernaut présentera aujourd’hui son dernier journal de 13 heures.

À 14 heures, le plateau de TF1 verra Jean-Pierre Pernaut quitter son siège de présentateur pour la dernière fois, dans une atmosphère qu’on imagine déjà chargée d’émotions. La fin d’un règne de 33 ans, sans partage sur les audiences… et le cœur des français. Ce serait trop peu dire que d’affirmer simplement que « JPP » a gagné sa place dans la plupart des foyers français. Bien plus que cela, il est progressivement devenu l’une des figures tutélaires contemporaines de cette nation qui en manque tant. C’est bien dans la France entière, communauté des communautés, famille des familles, que Jean-Pierre Pernaut tient son rang.

« Qui, pendant trente ans, a prouvé jour après jour aux français que l’âme de leur pays résistait vaille que vaille aux assauts de la société globale ? »

JPP n’est certes pas héros de guerre, ni foudroyant penseur, et ici comme en toutes choses il faut raison garder. Si le présentateur star n’a jamais renié la teinte « populiste et poujadiste » de son journal (qualificatifs encore validés par lui ce matin-même, sur Franceinfo), il ne s’agit pas pour autant d’en faire le porte-voix d’une cause nationale qui s’en cherche. Jean-Pierre Pernaut n’est pas – et n’a jamais été – un militant. Au reste, si certains de ses commentaires les plus tranchants ont pu nous réjouir, son plus gros « coup politique » est très certainement ailleurs. Plus que sa longévité, bien davantage que sa bonhommie, c’est en effet à un exploit bien particulier que Jean-Pierre Pernaut doit sa popularité : celui d’avoir installé, en plein Paris, la substantifique moelle des petites patries qui font encore tenir debout ce pays hagard.

« Le 13 heures de Jean-Pierre Pernaut, c’était le salon de l’Agriculture tous les jours, et c’est pour cela que nous l’avons tant aimé »

Il faut tenter, autant que faire se peut en cette journée particulière, de prendre du recul sur l’ère Pernaut : mesure-t-on le monumental tour de force qu’est l’irruption, au cœur du plus gros journal télévisé d’Europe, des éleveurs normands et des coutelleries de Thiers ? Depuis quand Paris n’avait-elle pas entendu parler des trésors du savoir-faire artisanal français ? Qui, plus que JPP, a bien voulu faire le don entier de son audience à cette France des marchés, des jolis centre-villes et des racines encore vives ? Qui, pendant trente ans, a prouvé jour après jour aux français que l’âme de leur pays résistait vaille que vaille aux assauts de la société globale ?

Le 13 heures de Jean-Pierre Pernaut, c’était le salon de l’Agriculture tous les jours, et c’est pour cela que nous l’avons tant aimé. Oh, il a été moqué, ce journal paysan, dernier représentant d’un pays réel si étranger à l’univers mental du tout-Paris médiatique. Moqueries bien légitimes, d’ailleurs : que pouvaient bien faire la horde de post-humains sans attaches, face aux millions de français fidèles à JPP ?  Vox populi, vox dei : ne reste que la mesquinierie. C’est peut-être même Libération qui lui décerna sa plus belle médaille en 2010, en voulant ridiculiser « un JT en sabots crottés révérant les belles régions, les métiers oubliés et la maouche ardéchoise cuisinée comme grand-maman ».

Les journalistes de Libé avaient-ils seulement idée qu’en-dehors de leur lectorat peau-de-chagrin, ce qui se voulait être une critique acerbe et bien sentie était en réalité le plus beau des compliments ?

Merci, Jean-Pierre Pernaut.

Article écrit par Étienne de Solages

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.