L’arnaque de la théorie du genre dévoilée par un de ses concepteurs !2 min de lecture

Christopher Dummitt, historien « expert en études du genre » a récemment avoué « avoir globalement tout inventé de A à Z » dans le magazine Quillette. Longtemps reconnu comme une sommité dans le domaine du genre, Christopher Dummitt vient donc de rendre caduques toutes les prétendues études scientifiques sur le genre qui affirment que les identités sexuelles sont des constructions sociales. Dans son « CheckNews », Libération  a tenté de discréditer ces aveux. Ainsi selon Libération, qui prétend faire un vrai travail journalistique, les témoignages de pseudo-scientifiques vivant de la diffusion de la théorie du genre sont des sources fiables qu’il faudrait croire plus que Christopher Dummitt. Rien d’étonnant que tous n’aient pas le courage d’avouer leur imposture.

Malgré ce mea culpa, la théorie du genre continue dangereusement de se développer, notamment en France. Après cet aveu, il est urgent de mettre un terme à cette mascarade qui a duré bien trop longtemps.

UNE THÉORIE DE LA DÉCONSTRUCTION

Dans ses aveux repris par Le Point cette semaine, Christopher Dummitt reconnait que ses conclusions affirmant l’existence du genre n’avaient rien de scientifique. De fait, « ses recherches ne prouvaient rien », et ce pseudo-chercheur tirait « ses réponses de ses convictions idéologiques ». Malgré tout, les études de genre ont été sacralisées dans de nombreux pays.

Mais, Christopher Dummitt met ainsi en lumière la supercherie des études de genre au caractère purement idéologique. Et cette théorie du genre a des conséquences désastreuses. Elle entraîne un mensonge sémantique où « homme » et « femme », « masculin » et « féminin » ne renvoient plus à aucune réalité biologique mais à des constructions sociales qu’il faudrait déconstruire. Or, comme le rappelle Platon, « la perversion de la cité commence par la fraude des mots ».

Et cette perversion a déjà commencé. La théorie du genre vient volontairement déconstruire la figure de la mère et celle du père : une mère et un père sont désormais équivalents et interchangeables. Comment s’étonner après que des lois, comme celle actuellement débattue sur la PMA sans père, soient votées en France ?

Au vu des effets pervers de la théorie du genre, il est nécessaire de stopper cette déconstruction.

UNE THÉORIE DÉSASTREUSE

Les désastres de la théorie du genre ne sont plus à prouver. Dès les années 1960, les expériences médicales de John Money, alors une figure éminente du genre, ont conduit au suicide de son cobaye. Malgré tout, ces pseudo-études sur le genre ont réussi à gangrener toute notre société et en premier lieu notre système éducatif. Après le dramatique échec médical de Money et les aveux de Christopher Dummitt, il serait donc temps que l’Education nationale prenne conscience des dangers de diffuser cette idéologie.

La liste des enseignements noyautés par la théorie du genre est longue : on se souvient de l’expérience des « ABCD de l’égalité », du chapitre « Devenir homme, devenir femme » en SVT ou encore des spectacles scolaires tel que L’histoire de Julie qui avait une ombre de garçon. Aujourd’hui, on demande aux élèves de justifier qu’on «ne naît pas femme, on le devient » (Magnard, SES 2nde, p. 93). Ce formatage des élèves est intolérable surtout après la disqualification de cette théorie. Une refonte des programmes scolaires s’impose !

Ainsi, comme l’écrivait si justement Matthieu Bock-Côté, « être un homme ou une femme n’est pas une question de ressenti. C’est d’abord un fait naturel […] Il est étrange qu’un tel rappel soit aujourd’hui subversif » Ainsi, n’en déplaise à Simone de Beauvoir, on naît femme, on ne le devient pas !

Clémence de Longraye.

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu? Partagez-le! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.