«Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France» Et aujourd’hui ?2 min de lecture

« Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France » (1638, Sully). Il y a désormais 380 ans, Sully, surintendant des finances d’Henri IV, prononçait ces mots. Qu’en est-il aujourd’hui ?

On voit se développer depuis quelques temps déjà, chez la jeunesse parisienne, et urbaine en général, ce que la bien-pensance médiatique appelle communément une « prise de conscience ».  Mais, est-ce autre chose que de l’hypocrisie ? Rarement. Les actions chocs et coup de points d’associations comme Extinction Rébellion ou L214 se multiplient. Des blocages. Des campagnes d’affichages sauvages. Des vidéos-tribunes. Tout cela dans quel but ? Dénoncer les excès de l’activité humaine sur la planète. Quelle belle cause, vraiment ! Mais donner une tribune à ces vegans urbains est du même acabit que de demander à un furet — animal mignon mais cruel — de résoudre une crise financière internationale. Ridicule. Car bien souvent, ces personnes n’ont jamais mis les pieds dans une forêt, ne distinguent pas un pré d’un champ, ou une écurie d’une étable.

Le problème se situe dans la violence à laquelle ces pseudos néo-activistes s’adonnent à l’encontre des paysans et autres artisans du monde agricole ; ces oubliés de la mondialisation. Un débat ? Nul besoin d’être un expert pour reconnaître la vision biaisée de leurs arguments et l’ignorance latente dans leur raisonnement.

Que deviendra la France, sans son agriculture ? Que deviendra la France sans paysans ? En cherchant à balayer toute l’Histoire qu’a la France, la République Française se déconnecte de la réalité. Aujourd’hui, la MSA (Mutualité Sociale Agricole) comptabilise 605 suicides d’agriculteurs en France. C’est un chiffre supérieur de 12% à celui des autres corporations. La cellule «Agri’Ecoute » recense plus de 300 appels d’agriculteurs en détresse par mois.

Et des citadins écolos-urbains qui se nourrissent à l’avocat Bio(la nuance est importante) du Mexique, au soja du Brésil et au thé asiatique veulent condamner nos agriculteurs français ? Qu’ils commencent par cesser cette hypocrisie et cette bien-pensance de façade.

Le rapport du Sénat, présidé par Laurent Duplomb (Sénateur LR de Haute-Loire), prévoit que la France importera (en valeur) plus de produits agricoles que ce qu’elle n’en n’exportera dès 2023. Mais où est passé notre modèle agricole ? Mais où est passé notre savoir-faire ? La France était en 2005, le 3èmeexportateur mondial de produits agroalimentaires. Elle est aujourd’hui 6ème. 50% des fruits et légumes sont importés. C’est symptomatique.

Il est évident qu’un changement de la consommation doit se faire. Les élites brandissent ce message à tout-va sur des plateaux TV acquis à leur pensée, bien que dominante, minoritaire. Une hypocrisie à grande échelle encore une fois, puisque c’est cette même élite qui demande et encourage cette surconsommation, c’est elle qui créé des besoins qui n’existent pas. Et tout cela, depuis plus de 50 ans.

La culpabilité des élites mondialistes de la misère de l’agriculture française est consternante. L’oxymore est parfait. « La France n’abandonne jamais ses enfants » (Emmanuel Macron). Il a doublement tort. La France n’abandonne pas ses enfants. L’élite hors-sol le fait. Et celle-ci ne les abandonne pas, elle les tue. Elle tue à petit feu, et ses enfants ne disent rien. Ils meurent en silence, dignes.

Et de cette classe hors-sol, les vegans écolos-urbains, kombinistes et consorts, sont les premiers complices. Car ils se trompent de coupables à leurs maux. Le coupable n’est pas celui qui tente de survivre à 300€ par mois. C’est celui qui importe, qui signe des traités d’importation de bœuf canadien.

Ensemble, ils ont du sang sur les mains. Et arrivera un jour, où ils devront en répondre. Quand ?

Thomas de Bastard

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu? Partagez-le! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.