La loi Avia, ou le début de la censure2 min de lecture

Aujourd’hui à 15H sera examinée puis votée par les députés de l’Assemblée Nationales la loi dite Avia, « contre les propos haineux sur internet ». Portée par la députée LREM Laetitia Avia, ce texte connaît un ultime débat devant l’Assemblée nationale. Il devait être voté en mars mais a été repoussé par le confinement. Il est le premier texte, depuis le début de cette crise sanitaire, à ne pas concerner le Covid-19.

Cette loi vise la suppression de tout contenu violent ou « manifestement illicite » dans les 24h sous peine d’amende, ainsi que le renforcement du rôle du Conseil supérieur de l’Audiovisuel (CSA) et la création d’un parquet numérique spécialisé, l’appréciation des critères de violence de ces messages en ligne est laissée à la police. Elle donnera dans les faits aux GAFA notamment, la capacité de censurer les contenus. Le droit français autorisera et se soumettra à des organismes internationaux pour juger des contenus autorisables ou non.

Cette proposition de loi inquiète autant qu’elle peut prêter à sourire ; en effet l’ironie pousse Mme Avia à défendre un projet anti-violence alors qu’elle-même est accusée  d’y avoir eut recours, en 2017, en mordant un chauffeur de taxi avec qui elle s’était disputée. Cette loi empêchera selon la député les propos haineux racistes ou homophobes, la députée LREM utilise elle-même certaines expressions qui frisent ces terrains-là lorsqu’elle évoque « l’amendement des PD » ou écrit « ça sent le chinois ! ».

Cependant, si l’ironie de la situation est flagrante, son caractère inquiétant l’est aussi ; de nombreux organismes comme la quadrature du net, un organisme de défense des libertés individuelles, s’inquiètent de ces mesures qu’elle juge peu novatrices, la censure des contenus illicites existait déjà mais pas le délai de 24H, et difficilement réalisable dans la mesure où, lors des attentats de Christchurch, Facebook avait mis des moyens importants en œuvre pour supprimer la vidéo sans succès. Les plateformes privées préfèreront supprimer par précaution étant donnés la brièveté du temps d’examen et les lourdes sanctions encourues.

A l’instar de cet organisme, l’éditorialiste Eric Zemmour s’interroge sur le sujet craignant qu’il soit liberticide et s’offusque qu’il donne à des organismes privés (réseaux sociaux) et étrangers « le droit de décider à la place de notre justice ». La jugeant mal encadrée, il craint la sélection des sujets à censurer et donc un basculement encore plus important dans le politiquement correct où l’islam, l’homosexualité seront protégés et désormais intouchables au détriment de certaines religions ou mouvement. Cette censure sélective était déjà présente. Comme nous l’avons vu récemment, tout contenu lié à génération identitaire serait supprimée de Facebook.

Cette loi, en voulant toujours plus encadrer la liberté d’expression, va en réalité la brider dans un des derniers endroits où elle était à peu près libre : internet.

Charlotte C.

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.