Immigration : le cardinal Sarah fustige l’attitude « irresponsable » de l’Europe5 min de lecture

Il y a plus d’un an, le Cardinal Sarah criait son indignation à une Europe qui prétendait pouvoir faire face au tsunami migratoire, refusant de voir que le bateau était déjà prêt à couler.

Aujourd’hui, ses mots semblent plus justes que jamais, car à l’écouter, on réalise combien l’Europe adopte une attitude paradoxale. Alors qu’elle est engluée dans un chômage qui la rend incapable de donner un emploi à ceux qui en ont besoin, elle s’obstine à vouloir accueillir des millions de migrants en recherche d’une vie meilleure, et donc d’un emploi.
Quelle attitude généreuse de sa part, de vouloir partager le peu qu’elle a, pourrait-on dire. Ne serait-ce pas plutôt profondément irresponsable, voire même orgueilleux ?

L’Europe irresponsable, selon le Cardinal Sarah:

Tout d’abord, irresponsable sur le plan économique. Le Cardinal Sarah le dit bien : « Accueillir, ce n’est pas seulement laisser entrer les gens chez c’est leur donner du travail ». Comment imaginer pouvoir offrir un travail aux nouveaux arrivants, alors qu’en 2020, 16 millions d’Européens sont toujours au chômage ? Si finalement, les migrants obtiennent un travail, ce pourrait être au détriment des Européens eux-mêmes ; ou bien, au prix de conditions de travail déplorables. Ainsi, selon le Cardinal, cette migration massive pourrait bien aboutir à l’établissement d’un « nouvel esclavage ».

L’Europe serait aussi irresponsable en ce qu’elle ne prendrait pas en compte le risque culturel que représente l’installation définitive sur son territoire de populations diverses et variées : Pakistanais, Syriens, Irakiens, Afghans, Nigérians et bien d’autres encore, importent leur propre vision du monde, de l’Homme, et du sacré. Ils arrivent ainsi, modelés par les valeurs de l’Islam, dans une Europe fondée par la Chrétienté Médiévale.
Conscient de la nature prosélyte de l’islam et du risque de développement d’un djihad en Occident, le Cardinal Sarah souligne que « Si vous renoncez à votre identité, si vous êtes noyés par une population qui ne partage pas votre culture, vos valeurs chrétiennes et votre identité risquent de disparaître ». S’il est nécessaire de ne pas faire de généralisation absurde, du type « tous les migrants sont musulmans voire terroristes », il est tout aussi important de ne pas tomber dans la bêtise contraire, qui consisterait à présupposer que la majorité de ceux-ci arriverait prête à abandonner sa religion, sa culture et ses pratiques.
Ceci pose concrètement de nombreux problèmes sociétaux et parmi eux, celui de la considération de la femme. En effet, sachant que le Mali, le Tchad, le Niger, la Centrafrique, le Nigéria ou encore la Sierra Leone sont les pays les moins bien classés en termes de traitement des femmes et des filles, on réalise vite que ce ne sera pas en franchissant la mer Méditerranée que le respect jaillira miraculeusement, et fera disparaître la conviction de leur supériorité des hommes sur les femmes européennes qu’ils rencontreront. Bref, l’accueil à bras ouvert de migrants souvent convaincus du bien-fondé de l’organisation patriarcale et religieuse de leur société, semble quelque peu contradictoire pour une Europe qui combat justement ce patriarcat et qui prône la laïcité !

Une attitude orgueilleuse de l’Europe :

Enfin, le cardinal pointe du doigt la posture orgueilleuse adoptée par l’Europe. Celle-ci, convaincue d’être un eldorado de civilisation, voire même un « paradis terrestre », concentre ses efforts sur l’accueil des migrants, plutôt que de chercher à régler les conflits, réduire la pauvreté, et leur permettre de regagner les terres de leurs ancêtres, dans les meilleures conditions possibles. Ceci laisse donc entendre que quoi que l’on fasse, le migrant sera toujours mieux loti sur le sol Européen que dans son pays d’origine. Dès lors, nous voici de retour aux conceptions faussement humanistes de Jules Ferry, porte-parole de la gauche colonialiste à la fin du XIX°, qui justifiait le placage du système français sur le système africain par son « devoir de civiliser les races inférieures ».

Le cardinal invite l’Europe à se reprendre, car en prétendant pouvoir accueillir l’autre, lorsqu’elle n’en est capable ni sur le plan culturel, ni sur le plan matériel, celle-ci essaie de se donner des airs de continent humaniste et généreux pour mieux cacher sa joie de se retrouver au centre du monde – « grâce » à la question migratoire, de façon tragique – et son plaisir de se sentir gonfler d’importance devant une Chine et des Etats-Unis qui lui ont volé la vedette depuis bien longtemps. Enfin, le Cardinal Sarah alerte sur le tsunami que peut devenir cette vague migratoire, risquant d’emporter la culture, et les valeurs européennes sur son passage.

Les paroles du Cardinal, tirées d’une interview pour l’Incorrect, à l’occasion de la sortie de son livre : Le soir approche et déjà le jour baisse :
« Je suis scandalisé par tous ces hommes qui meurent en mer, par les trafics humains, par les réseaux mafieux, par l’esclavage organisé. Je reste perplexe devant ces gens qui émigrent sans papier, sans projet, sans famille. Ils pensent trouver ici le paradis terrestre ? Il n’est pas en Occident ! S’il faut les aider, je pense que c’est sur place, dans leurs villages, dans leurs ethnies. On ne peut cautionner ces déséquilibres économiques et ces drames humains. Vous ne pouvez pas accueillir tous les migrants du monde. Accueillir, ce n’est pas seulement laisser entrer les gens chez c’est leur donner du travail. Vous en avez ? Non. Leur donner un logement Vous en avez ? Non. Les parquer dans un endroit indécent, sans dignité, sans travail, ce n’est pas ce que j’appelle accueillir les gens. Cela ressemble plus à une organisation mafieuse ! L’Église ne peut pas coopérer à des trafics humains, qui ressemblent à un nouvel esclavage.
Ce que je trouve également scandaleux, c’est qu’on utilise la Parole de Dieu pour justifier cela, Dieu ne veut pas la migration. Le Christ, enfant, s’est réfugié en Égypte, à cause d’Hérode, mais il est rentré chez lui ensuite. De même, Dieu a toujours ramené son peuple en Israël, après chaque famine et chaque déportation en Babylonie. Un pays est un grand trésor, c’est là que nous sommes nés, c’est là où sont enterrés nos ancêtres. Quand on accueille quelqu’un, c’est pour qu’il ait une vie meilleure, et ce n’est pas dans un camp qu’on a une vie meilleure. Quand on est nourri sans travailler, on n’a aucune dignité. Quelle culture avez-vous à leur offrir ? Est-ce que vous êtes encore capable de partager votre culture et vos racines chrétiennes? J’ai peur que le déséquilibre démographique engendré par ces vagues migratoires vous fasse perdre votre identité et ce qui fait votre spécificité. L’Europe a une mission spéciale que Dieu lui a donnée : c’est par vous que nous avons connu l’Évangile, que nous avons connu les valeurs de la famille, la dignité de la personne, et la liberté. Si vous renoncez à votre identité, si vous êtes noyés par une population qui ne partage pas votre culture, vos valeurs chrétiennes et votre identité risquent de disparaître. C’est comme la Rome ancienne envahie par les barbares. Il faut réfléchir aux migrations c’est un nouvel esclavage qu’on organise parce qu’on a besoin de travailleurs. […]
Vous avez été façonnés par le christianisme, tout est chrétien en Europe. Pourquoi nier cela ? Aucun musulman ne nie son identité.

Si vous ne retrouvez pas ce que vous êtes, vous disparaîtrez. Et si l’Europe disparaît, il y aura un bouleversement épouvantable: le christianisme risquerait de disparaître sur la surface de la terre. Voyez bien que vous êtes envahis par l’islam: ils veulent islamiser le monde entier, et ils ont les moyens financiers. Ils ne réussiront pas, parce que le Seigneur est avec nous jusqu’à la fin du monde. Mais il ne faut pas nier ce que vous êtes : ceux que vous accueillez doivent s’intégrer à votre culture. Encore faut-il que vous ayez une culture: vous ne pourrez pas les accueillir dans votre athéisme, dans votre matérialisme, dont ils ne veulent pas. »

Eléonore de G.

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.