Entretien exclusif avec Résistance Bioéthique3 min de lecture

L’Etudiant Libre : Bonjour Lucien, tu es un jeune qui a participé à une action du groupe
Résistance Bioéthique samedi dernier. Peux-tu nous dire ce que vous avez fait et pourquoi ?

Lucien : Bonjour, en manifestant samedi dernier contre le projet de loi dit « de bioéthique »,
nous appelons les jeunes et les étudiants à nous rejoindre pour défendre le bon sens et
l’intégrité de l’homme. L’actualité, dans nos facultés et écoles, nous est rabâchée en
permanence par l’importance de l’écologie et du principe de précaution. Aujourd’hui pour
des raisons idéologique, le gouvernement balaie tout cela pour faire avancer des idées
complètement folles. Nous voulons manifester notre opposition, et surtout proposer une
autre vision de l’homme. Certains d’entre nous ont décidé de montrer cette opposition avec
une banderole devant l’Assemblée nationale, comme nous l’avions déjà fait il y a un an. Et la
police est venue arrêter quelques jeunes en les menaçant d’une amende de 135€… Se
servir du prétexte du covid pour museler la parole politique voilà un mode d’action de
répression qui semble à la mode en ce moment.

L’Etudiant Libre : Qu’est ce qui pose problème dans le projet de loi ?

Trop de choses posent problème et l’on a bien vu pendant les débats précédant le projet de
loi qu’il n’y avait aucun consensus dans la population. Pourtant le gouvernement continue en
allant à l’encontre de sa promesse qui était de rechercher un consensus. Le parlement et le
sénat ne sont eux même pas d’accord…
Il y a beaucoup de chose qui nous semble choquante dans ce projet de loi :
La recherche sur des chimères animaux/hommes ou hommes/animales ont été évoqués
dans un pays ou les OGM sont interdits.
L’autoconservation des ovocytes… c’est mettre en place un système où, pour la poursuite
d’une carrière ou tout simplement du bien-être, on va contrôler médicalement la
fécondation…
La recherche sur les cellules souches embryonnaires pose également question. On veut
développer les premières cellules d’un enfant dans un laboratoire, pour faire de la
recherche. Les banques de sperme et d’ovocytes déshumanisent la filiation.
La recherche génétique de pathologie pour les enfants à naître conduira évidemment à des
décisions eugéniques qui n’auront plus besoin d’être justifiées car il suffira d’invoquer un
détresse « psycho sociale » pour avorter jusqu’au dernier jour. Tout devient possible ! L’idée
d’une PMA qui serait remboursée et accessible à tous sans raison médicale ! Tout cela
induit un changement millénaire du but de la médecine. On comprend à travers cet
ensemble d’articles de loi que le but de la médecine, pour le gouvernement, n’est plus de
guérir mais de réaliser par la technique le désir de chacun, et le tout remboursé par la
Sécu… Quelles seront les limites à cela ?

L’Etudiant Libre : Que craignez-vous ?

La toute puissance de certains chercheurs qui rêvent au meilleur des mondes, du
gouvernement qui veut « établir un nouveau mode de filiation », tout cela n’est que le début
d’un changement anthropologique majeur qu’ils espèrent. Mais on ne les craint pas car nous
sommes sûr d’être du bon côté de l’histoire. Nous allons leur montrer que la jeunesse veut
se battre pour défendre la nature et celle de l’homme intelligemment ! Nous voulons aussi
nous saisir de cette occasion pour avoir une réflexion sur l’écologie sans idéologie
déconnectée du réel, et préparer de futur combats.

L’Etudiant Libre : Parce que vous pensez que le gouvernement veut aller plus loin ?

Au départ le projet de loi voulait légaliser le « bébé médicament », faire naître un frère ou
une sœur compatible (donc génétiquement sélectionné) pour sauver le premier né. Et
certains veulent la GPA qui conduira à l’achat d’enfants sur catalogue, où racisme et
eugénisme auront également toute leur place. Tout cela nous indique qu’il y a nécessité à se
former et se battre pour défendre l’homme Bio à l’avenir.

L’Etudiant Libre : Comment voulez vous faire ?

C’est pour cela que nous allons continuer à nous manifester partout en France, des actions
auront lieu dans d’autres villes, pour défendre un véritable Homme Bio et naturel ! Samedi
dernier il y avait des jeunes issus de 5 mouvements différents. Ce qui prouve que beaucoup
se sentent concernés et nous souhaitons continuer à montrer notre détermination
grandissante avec l’aide de tous.
Rejoignez-nous ! Rejoignez la Résistance Bioéthique.

Article écrit par La Rédaction

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.