Enquête sur la chasse : action écologique ou action meurtrière?3 min de lecture

La chasse, plus précisément la chasse à courre, est aujourd’hui remise en cause. Les chasseurs étaient 2,5 millions en 1980 et sont aujourd’hui seulement un peu plus d’un million. Faut-il à tout prix interdire cette pratique barbare?

La chasse à travers l’histoire

Depuis le début de l’humanité, l’homme chasse, étant considéré comme prédateur dans le cycle naturel de la vie. Mais le droit de chasse a lui été acquis le 4 août 1789. (1)  Depuis, la chasse n’est plus réservée aux privilégiés ni aux fortunés: elle est ouverte à tous.

En effet, déjà en 1893 des mouvements ouvriers (2) se penchent sur la question cynégétique non pour interdire la chasse mais pour démocratiser la pratique. Cette ambition sociale qui a été celle d’une gauche triomphante est cependant aujourd’hui remise en cause.

Que se passe-t-il vraiment à la chasse à courre?

La chasse à courre est une pratique de chasse qui prélève le moins d’animaux, sans armes, uniquement avec des chiens et parfois même des chevaux. Il y a effectivement 390 meutes à travers la France (3), dont seulement 37 chassent le cerf à cheval (3). Plus de 120 meutes suivent le lièvre, avec des chasseurs à pied accompagnés seulement de leurs chiens. (3)

Côte-d'Or - Chasse. Rentrée à courre, à cor et à cri

 

Malgré ce que l’on peut penser, la chasse à courre, exactement comme toute pratique de chasse, est encadrée par des règles. Par exemple, c’est le maître d’équipage qui décide quel animal sera poursuivi durant tout le temps de la chasse. Une bête est choisie et elle seule sera traquée jusqu’à la fin. (4)

Mais la fin n’est pas synonyme de mort pour l’animal sauvage : seulement 1/3 des chasses à courre aboutissent à la curée. Soit l’animal parvient à semer ses prédateurs ou bien il s’arrête par épuisement pour se battre contre les chiens. Ce sont à ces derniers à qui est attribué le rôle principal, mais il est de leur instinct de poursuivre une proie et dans celui des animaux sauvages de fuir leurs prédateurs.

D’ailleurs, les chiens sont extrêmement endurants, pouvant parcourir plusieurs dizaines de kilomètres par jour de chasse, tout comme l’animal poursuivi.

La chasse: une activité qui ne respecte pas l’animal et la nature?

Interdire la chasse, d’accord, mais connaissons nous réellement la pratique? Et si la chasse était au contraire propice à la protection des espèces ? Contrairement à ce que l’on peut penser, la chasse est encadrée par de strictes règles: un permis de chasse doit être obligatoire pour tirer, il y a souvent un nombre limité par espèce dans chaque chasse et des animaux auxquels on ne peut pas chasser pour protection d’espèce. De plus, la chasse ne se pratique pas quand on le souhaite: il y a une période spécifique dans l’année pour la chasse. Elle est interdite pendant les périodes de couvaison et de mise bas. (4)

Les chasseurs font tout leur possible pour que l’animal ne souffre pas : ils sont en totale liberté et tuésn d’une simple balle. Comparé à l’abattoir, dont toute viande du supermarché est issue, les animaux meurent rapidement et dans la nature.

Des honneurs sont rendus aux animaux: après chaque chasse à courre, il y a les « honneurs » en faveur des animaux: des trompes de chasse chantent une symphonie respectable à leur égard. Il y a aussi le « tableau » par lequel sont exposés tous les gibiers. D’ailleurs, les chasseurs possèdent des trophées, une forme d’honneur pour rendre éternellement l’animal vivant. (5)

Mais encore, pour régulariser la surproduction, les chasseurs sont bien contraints de tuer quelques sangliers pour éviter une surpopulation. La chasse est-elle vraiment contre le bien de l’animal?

Le paradoxe des antispécistes

Pourquoi vouloir à tout prix en 1789 démocratiser cette pratique et aujourd’hui en vouloir le contraire ?

Si nous sommes contre la chasse, devons nous obligatoirement être végans ?

Les anti-vénerie se rassemblent à Vieux-Moulin ce samedi 2 novembre

Beaucoup en effet sont contre la chasse mais en réalité n’en ont jamais participé et se nourrissent quand même de viande et généralement la viande issue d’abattages, très populaire pour son côté industriel et de maltraitance animale.

Ceux qui sont contre la chasse, avez vous réellement assisté à une chasse ? Pensez-vous que la viande que vous mangez soit issue d’un animal mieux traité?

Ainsi, l’on peut énoncer qu’il est tout à fait légitime d’être contre la chasse; seulement il faut pour cela connaître parfaitement la chasse et être crédible dans ses propos et non point de se nourrir de viande issue d’un traitement beaucoup plus barbare envers l’animal (celle des supermarchés). Les chasseurs, malgré le fait qu’ils tuent des gibiers, ne sont pas moins sensibles à la nature et aux animaux qu’un autre. C’est pour lui tout à fait naturel.

Devons nous au contraire valoriser la chasse ainsi que le local ? Valoriser les pratiques naturelles si contestée et songer à proscrire la nourriture purement industrielle des abattages si ignorée?

L. Delayance

 

Notes:

1 : Entrée « nuit du 4 août 1789 » [archive] de l’Encyclopédie Larousse[en ligne], sur le site des éditions Larousse
2 : La chasse aux étrangers Grégoire Chamayou Dans Les chasses à l’homme (2010), pages 157 à 172
3 : Données 2018 du site www.venerie.org :
(http://www.venerie.org/wp-content/uploads/2018/10/booklet-compresse.pdf)
4 : voir page 10 à 13 sur le lien précédent, “ un mode de chasse écologique et naturel)
5  : https://fr.browning-blog.eu/les-trophees-de-chasse-historique-categorisation-cotation/

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.