CORONAVIRUS: Ce que pourrait signifier le confinement du pays2 min de lecture

Les images de badauds se rassemblant au soleil sur les bords de Seine ont marqué l’exécutif, alors que dans la soirée, un bilan actualisé annonçait plus de 900 cas supplémentaires, soit un total de 5423 Français contaminés et 127 décès liés au coronavirus. Mais ce sont d’abord les prévisions alarmantes des chercheurs qui ont poussé l’exécutif à prendre des mesures drastiques d’endiguement de l’épidémie, qui pourraient aller au confinement total du pays, comme en Italie ou en Espagne.

Des scénarios inquiétants

L’équipe de l’Imperial College de Londres, mandatée par plusieurs pays européens pour modéliser l’expansion du virus a établi plusieurs scénarios. Les prévisions pour la France ont été présentées jeudi dernier au chef de l’Etat: sans mesure d’endiguement, la conséquence du Covid-19 pourrait se chiffrer entre 300 000 et 500 000 morts. 

L’épidémiologiste Neil Ferguson, qui dirige l’équipe de recherche, a estimé entre 30 000 à 100 000 les besoins de lits de soins intensifs nécessaires pour recevoir les patients malades pendant le pic de l’épidémie. A ce jour, la France ne dispose que de 5 000 lits de réanimation et 7 364 lits de soins intensifs disponibles en France, d’après le directeur général de la Santé Jérôme Salomon.

L’Italie confinée “a casa”

En Italie, pays le plus durement touché par le virus est en quarantaine depuis le 9 Mars, et jusqu’au 3 Avril. Le décret Lo resto a casa (je reste à la maison) interdit toute sortie des habitants, excepté pour des « impératifs professionnels dûment vérifiés » ou « des situations d’urgence, pour des raisons de santé », sous peine d’une amende de 206 euros et d’une peine de 3 mois d’emprisonnement. Dans le village de Porto Empedocle, en Sicile, une cinquantaine de personnes a ainsi été verbalisée pour avoir participé au cortège funèbre d’un enterrement.  

L’ensemble des services régaliens de la péninsule sont mobilisés: des patrouilles de police qui circulent dans les villes pour assurer le respect du décret, jusqu’à l’armée, appelée en renfort pour évacuer des malades.

L’Espagne en état d’alerte.

Autre pays d’Europe durement touché par le virus, l’Espagne est elle aussi en quarantaine quasi-totale. Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a déclaré l’état d’alerte pour quinze jours: les habitants n’ont plus le droit de sortir ni de circuler, excepté pour aller travailler, se soigner, ou faire des courses alimentaires. L’armée y a aussi été mise à contribution pour assurer le bon respect des mesures de confinement.

Ce que dit le droit

Sur le plan juridique, un simple décret en conseil des ministres, signé du président et du premier ministre, peut prendre des mesures de restriction des libertés individuelles, comme nous l’avons vu avec l’interdiction des rassemblements.

Dans ce cas, le Conseil d’Etat aura à apprécier la légalité d’un tel acte, qui en l’espèce se justifie par les circonstances exceptionnelles liées à la pandémie de Coronavirus. Lors de la première guerre mondiale, le Conseil d’Etat avait déjà estimé, dans l’arrêt Dames Dol et Laurent du 28 Février 1919, qu’au vu des circonstances exceptionnelles, le pouvoir public pouvait étendre ses compétences en matière de maintien de l’ordre et de la sécurité.

Rémi d’Antoigné.

 

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.