Contre vents et marées2 min de lecture

 Les catholiques ont tremblé, les débats ont fait rage, l’Église aurait pu trébucher. Il n’en est rien. Par ses conclusions sur le synode de l’Amazonie, le pape François vient de trancher. Fidèle à la tradition du message de l’Église, il s’est prononcé contre l’ordination d’hommes mariés ainsi que contre la perspective d’ordonner diacre des femmes. De part cette prise de position, le pape François vient de réaffirmer la continuité de la Rome éternelle dans un monde déraciné et déchristianisé. Cette prise de position, en plus de réaffirmer l’identité de l’Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique permet également de repositionner l’institution comme modèle au cœur du monde.

Au-delà, des rapports de force internes à l’Église, le choix du pape permet d’éclaircir la notion de sacerdoce. De fait, en refusant de le pervertir par un contournement du célibat, propre à cette vocation, le pape reconnaît la vitalité de la grâce céleste pour l’accomplissement de cette mission terrestre. Bien que le manque de prêtres dans de nombreuses régions du monde et la spécificité de certaines populations reculées ont été mises en avant pour permettre une modernisation du sacerdoce, le pape maintient que seul le ciel donne les hommes et les grâces nécessaires pour guider son peuple. Afin de répondre à la communément appelée « crise des vocations », le pape apparaît très clair : l’Homme ne peut lui-même construire ses pasteurs, seul le Ciel les donne, seule la prière et la vitalité de l’Église permettront de palier ce manque. Nous assistons clairement à un rejet de toute forme de constructivisme spirituel. On ne fabrique pas des prêtres avec des normes purement humaines, l’humanité trouve ses guides à travers des hommes ayant rejeté leur penchants naturels pour servir entièrement et simplement le Christ dans le monde. En effet, instituer des prêtres ancrés charnellement dans la vie terrestre les rendraient incapable d’élever spirituellement le peuple de Dieu.

Cette décision papale, au-delà de redéfinir les contours d’une institution immortelle, met en avant le caractère intemporel de celle-ci. De fait, en réaffirmant le lien entre le célibat masculin et le sacerdoce, l’Église se place comme repère et modèle civilisationnel. Il s’agit de témoigner de l’incarnation d’une vie spirituelle au cœur d’une vie terrestre, d’un don total par amour pour le Bon, le Bien, le Beau. Le prêtre, par cette prise de parole du Vatican, se voit renforcer et conforter dans son rôle de modèle spirituelle pour les fidèles et les païens. Enfin, en refusant de céder sur la question du célibat des prêtres, l’Église vient de prouver publiquement qu’elle ne fléchit point le genou devant les modes et les lubies du temps qui passe. Elle renforce ainsi son message, ne se corrompt pas par complaisance pour les difficultés du monde mais les surmonte par une conversion des mœurs et des cœurs.  Elle confirme ainsi sa mission d’annoncer l’Évangile à travers le monde. Sa ligne de conduite se voit confirmée et éclaircie : elle a été, est et sera dans le monde sans être du monde, elle demeure ancrée dans le réel pour mieux élever l’Homme par la grâce. L’Église, par ce refus, se donne ainsi les moyens d’être à l’image du Christ et non du monde. La foi ne se brade pas, la foi ne s’abaisse pas aux attentes humaines, la foi se vit pleinement ancrée dans une tradition doctrinale. C’est en cela qu’elle est un phare au milieu de la tempête.

Contre vents et marées, cette protection du sacerdoce enracine toujours plus l’Église comme institution intemporelle au cœur du monde.

  Arthur Perrier

Article écrit par Arthur Perrier

L'article vous a plu? Partagez-le! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.