Au bord du gouffre2 min de lecture

« Le peuple français est un composé. C’est mieux qu’une race : c’est une nation ». Cette idée, si simplement exprimée par Jacques Bainville dans son Histoire de France (1924), résume parfaitement ce qui a longtemps fait la grandeur de notre pays : loin d’un bloc de granit sempiternel et inamovible, la France est une aventure, un mouvement permanent initié par la triple alliance des Francs, de l’Empire Romain et du christianisme, et perpétué – vaille que vaille – jusqu’à aujourd’hui par ses plus ardents représentants.

Synthèse de tout ce qui, au gré des siècles et des conflits, a fait de la France un corps vivant, la nation française est aujourd’hui disloquée, menacée jusque dans son existence par l’éclatement de ses corps sociaux. L’actualité, chaque jour plus lourde, illustre les tensions grandissantes traversées par une société française où la violence semble définitivement installée. Hier encore, les Sapeurs Pompiers manifestaient à Paris. Les moyens financiers et humains manquent terriblement aux soldats du feu, confrontés chaque jour à la violence déjà évoquée. Insultés, caillassés, parfois agressés, entre 7.000 et 10.000 pompiers venus de toute la France venaient réclamer des mesures à Christophe Castaner. Au cours de l’après-midi, et alors qu’un rendez-vous entre représentants syndicaux et personnel ministériel n’a rien donné, la situation se tend. De plus en plus nombreux (ils étaient en 7.000 et 10.000) les pompiers tentent de bloquer le périphérique, et finissent – pour certains d’entre eux – par aller à l’affrontement avec les CRS, qui répliquent à grands coups de canons à eau (sic) et grenades lacrymogènes.

Cette situation exceptionnelle, dont on a vu des photos particulièrement impressionnantes, « c’est le résultat d’un malaise profond, bien antérieur à ces derniers mois, et qui est dû au fait que nous subissons toutes les évolutions de la société sans avoir les moyens de les traiter », analyse à chaud un responsable syndical. C’est surtout l’illustration terrible d’une France au bord de l’implosion, qui s’oppose sur tout et que plus rien ne rassemble. Les Gilets Jaunes, les lois bioéthiques, l’Islam, le progressisme, le service public, les forces de l’ordre, les conflits internationaux, etc. sont autant de sujets sur lesquels les français se déchirent chaque jour un peu plus, et finissent par se dresser les uns contre les autres.

Privés de racines, incapables de s’imaginer un avenir commun, perdus dans l’océan furieux du mondialisme, les français ne semblent plus capables de vivre ensemble. La France est un baril de poudre prêt à exploser. Au bord du gouffre, la nation française doit impérativement se régénérer, se trouver un principe fédératif, et repartir à la conquête de son propre destin. En trois mots, et pour citer le Maréchal de Lattre de Tassigny : « Ne pas subir ! ».

Article écrit par Étienne de Solages

L'article vous a plu? Partagez-le! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.