L'Étudiant Libre

Pour l’OMS, Noël n’est qu’un « événement » qu’il faudrait annuler face à la flambée épidémique

À l’occasion d’une conférence de presse donnée à Genève, à l’ONU, hier, le chef de l’Organisation Mondiale de la Santé a fait allusion à Noël et a suggéré son annulation.
Crédits : Pixabay
Quelques jours après l’annonce des jauges dérisoires de quatre invités par foyer aux Pays-Bas pour Noël et la Saint-Sylvestre, le chef de l’OMS a tout bonnement suggéré « d’annuler » les festivités de fin d’année. Ces festivités ont pourtant une forte signification dans les religions chrétiennes puisqu’elles marquent l’avènement de Dieu sur Terre. C’est bien la même OMS qui, au moment du Ramadan, à l’occasion de la troisième vague, avait suggéré de tout mettre en place pour maintenir les célébrations religieuses. L’organisation avait même publié une circulaire pour « concilier les pratiques du Ramadan et la sécurité des personnes ». En France, lors de la troisième vague, il avait été observé de manière locale, une tolérance particulière face au couvre-feu pour les musulmans pratiquants.

L’ensemble du discours de l’OMS à l’ONU appelait par ailleurs à arrêter un « événement » pour célébrer la vie après. Comme un retour du mirage du « monde d’après » qui nous est vendu depuis presque deux ans maintenant. La religion chrétienne dans ce qu’elle a de calme, de non-violent est encore une fois lésée, prise pour cible. On pourrait dire que cette suggestion est anodine, qu’elle concerne tout le monde, c’est vrai. En effet, tout le monde peut fêter Noël. Mais ce serait oublier l’importance religieuse majeure qu’a cette date que de réduire Noël au simple repas familial. De plus, rompre cet instant de retrouvailles, c’est également rompre cet instant de communion des Églises. Il reste évident que, si la fête commerciale a pu prendre le pas sur le religieux pour beaucoup de gens, il est encore des croyants pour qui cette fête n’est pas un simple événement que l’on pourrait annuler. Ce n’est donc pas si anodin de demander l’annulation d’une telle fête, et si tel est le cas, il faudrait une égalité parfaite et interdire ou « annuler » les rassemblements et fêtes religieuses qu’importe la confession. Voilà qui ne sera jamais fait. L’égalité et la neutralité s’aveuglent gaiement quand il y a des protestations. L’Église se tait. On lui marche sur les pieds.

Pendant que le gouvernement précise sa loi sur le pass vaccinal, pendant que partout en Europe les frontières se ferment et les pays se reconfinent, la religion n’est donc qu’un « événement » tout comme les messes n’étaient pas essentielles, et bientôt, pour protéger les autres, les chrétiens seront priés de suspendre leur foi.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Pour l’OMS, Noël n’est qu’un « événement » qu’il faudrait annuler face à la flambée épidémique
Retour en haut