Viktor Orbán, ou le réveil de la Hongrie3 min de lecture

La Hongrie est un pays d’Europe centrale dirigé par Viktor Orbán. Ce dirigeant est perçu par Bruxelles et les élites européens comme un dictateur populiste et un démagogue. Pourtant ce premier ministre hongrois charismatique estimé par son peuple reconnait les valeurs chrétiennes de l’Europe et son élection souligne l’échec et l’inefficacité d’une Europe technocratique proposée par Bruxelles.

Tout d’abord, il est important de rappeler les bases, Viktor Orbán est un homme au service de son peuple. En effet souvent critiqué, il faut surtout préciser qu’il a une grande expérience politique. Premièrement, il est député à l’assemblée nationale depuis 1990, il a été élu premier ministre en 1998, puis il a été élu avec la majorité absolue des voix en 2010 avec 52 % des voix et il acquit 263 sièges sur 386. Il rédige une nouvelle constitution en 2012, et il exerce en 2014 un troisième mandats. De plus il gagne les élections européennes de 2019 avec 52% des voix. C’est donc un candidat élu par son peuple et un candidat voulu par son peuple. L’élection de Viktor Orbán marque un tournant dans le destin de l’Europe, la volonté d’un peuple qui ne pas mourir écrasé par le fardeau d’un projet Européen devenue impossible.

La politique de Viktor Orbán vise à redonner au Peuple Hongrois, une fierté d’appartenance à une même nation. C’est à travers la censure des médias que le premier ministre hongrois favorise cette fierté d’appartenance à un même drapeau. Souvent perçu comme une politique de dictateur, elle renforce la solidarité et l’adhérence d’un peuple derrière son dirigeant, elle empêche l’émergence d’une discorde interétatique (les médias étant source de division). De plus Viktor Orbán défend une identité culturelle hongroise. Il développe la construction de musées. Quand certains sont consacré à la photographie, d’autres sont dédiés à l’architecture, à l’étiologie, … Le premier ministre l’a attesté : « nous devons défendre notre identité et notre souveraineté culturelle dans le tourbillon de la guerre culturelle européenne ».

La stratégie deViktor Orbán est simple : faire de la Hongrie, une puissance régionale compétitive. Il se place dans une position très stratégique pour atteindre ce but. En effet La Hongrie bénéficie des avantages de l’Union Européenne, sans subir les effets négatifs. Autrement dit, la Hongrie bénéficie de 4,049 milliards d’euros, versés par l’UE. Ainsi, Grâce à ces crédits, elle peut alors renforcer les infrastructures nationales, lutter contre le chômage (qui est passé de 11% en 2013 à 3,4% en 2019)et de réduire la pauvreté qui reste importante. La Hongrie est favorable à la mise en place de politiques d’avenir pour les questions liées à l’énergie, l’environnement, ou la recherche et développement. Budapest a même obtenu l’attribution du siège de l’Institut européen de technologie en 2008.

La Hongrie renforce sa puissance niveau internationale. Elle s’implique de plus en plus dans les questions de sécurité et de défense, commeen Bosnie contre le crime organisé,(Opération ALTHEA). De plus, son adhérence à l’OTAN, qu’elle a rejoint en 1999, fait de la Hongrie un Etats reconnue à l’internationale. Ainsi, par exemple Budapest participe au programme Strategic Airlift Capability, qui est une unité de transport aérien, et depuis 2009, la capitale accueille le centre d’excellence de la médecine militaire (COE MILMED). La Hongrie participe également à l’action de la force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS).

Viktor Orbán est un Homme avide de permettre à la Hongrie de s’imposer sur la scène régionale et internationale. La Hongrie se situe dans une position stratégique, du fait qu’elle bénéficie des avantages de l’Union Européenne, sans en subir les inconvenants. En effet, la Hongrie reçoit des subventions importantes de L’UE ; elle ne possède pas l’euro, ce qui la rend indépendante de la BCE, et donc moins vulnérables aux variations de l’euro ; le territoire hongrois ne subit presque par d’immigration, le gouvernement hongrois ayant décidé de construire en 2015 une barrière entre la Hongrie et la Serbie, suite à plus de 100 000 entrées illégales, lors de la crise migratoire en Europe.

Viktor Orbán est la personnalité ayant exercé le plus longtemps la fonction de Premier ministre de Hongriedémocratiquement, apprécié par son peuple, et soucieux de redorer le blason de la Hongrie, il constitue avec de nombreux autres dirigeants européens, le refus d’abandonner la souveraineté nationale, au profit d’une Europe supranationale.

T.Baudu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.