Tribune : Pourquoi faut-il continuer à verser les dividendes ?2 min de lecture

La crise sanitaire du Covid-19 que nous connaissons depuis maintenant quelques semaines a permis à certains partis politiques et certains courants de pensée d’en profiter pour défendre des idées toutes aussi absurdes les unes que les autres. Dernier fait en date : le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a annoncé ce vendredi que les entreprises ne devaient pas verser de dividendes durant le reste de l’année 2020.

Les dividendes sont la rémunération de l’investissement des actionnaires dans l’entreprise. Ce capital aide l’entreprise à se développer et il est en contrepartie rémunéré. Si la rémunération disparaît, il n’y a plus aucune raison d’investir de l’argent et les actionnaires iront le placer ailleurs. D’un côté, les salariés apportent leur travail. De l’autre côté, les actionnaires apportent leur capital. C’est comme ça que fonctionne une entreprise.
Lors du récent krach boursier, la valeur des actions détenues a perdu 50 %. Annuler le versement des dividendes pour l’année 2020 serait une double peine et un scandale absolu. Pourquoi ?
D’une part, si les entreprises du CAC 40 ne versent plus de dividendes, cela déclenchera inévitablement une « hémorragie » des actionnaires et un effondrement du capital des entreprises, avec toutes les conséquences imaginables, comme la faillite.
D’autre part, l’État n’a aucun intérêt à ce que les entreprises du CAC 40 ne versent plus de dividendes, car ils sont fiscalisés par une Flat Tax de 30 %, qui lui rapporte plusieurs milliards d’euros chaque année.
Enfin, le dividende est un revenu du capital, au même titre qu’un revenu du travail. Ce revenu, complémentaire ou principal, permet à des gens de vivre. Une personne ayant une pension d’invalidité de 830 euros par mois, après avoir été obligé d’arrêter de travailler il y a 5 ans mais détenant un certain nombre d’actions ne pourrait pas vivre sans, c’est son revenu complémentaire.
En somme, l’annulation du versement des dividendes aux actionnaires n’est bon ni pour les entreprises, ni pour l’État, et encore moins pour les particuliers qui possèdent des actions.
Un très bon livre du patriarche Michelin fait fi de la vision biaisée de la lutte des classes toujours défendue par les courants d’extrême gauche :
Il avait posé cette question à ses employés : « Qui est le patron ? » Et les employés lui ont répondu : « C’est vous bien sûr ». Le chef leur a répondu : « Non, le patron, c’est le client ». Il comparait l’entreprise à un paquebot sur lequel patron, cadres et employés étaient embarqués dans la même destinée et devaient être solidaires, fraternels et avancer dans une totale cohésion.
En France, des organisations syndicales et politiques de type marxistes comme la CGT ou la France insoumise sont incapables de comprendre ces valeurs humaines, sont incapables de savoir comment une entreprise et une économie fonctionnent et profitent de la crise du coronavirus pour véhiculer leurs idées absurdes et les rajouter à l’amateurisme ambiant .

Article écrit par Germain Kuen

Étudiant à l'Université Paris Dauphine. Auditeur à l'Institut de Formation Politique.
Retrouvez tous ses articles

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.