[Rediff] Le procès Mélenchon ou l’absolutisme républicain2 min de lecture

Imper beige et cravate rouge, écharpe tricolore et poings levés, Jean-Luc Mélenchon monte les marches du tribunal de Bobigny ce jeudi 19 septembre, le visage grave et farouchement décidé à en découdre.

Jugé en correctionnel pour « actes d’intimidation contre l’autorité judiciaire, rébellion et provocation », suite à son attitude virulente lors des perquisitions menées le 16 octobre 2018 au siège de la France Insoumise, le leader d’extrême gauche a assuré lui-même la promotion de son procès par une campagne savamment orchestrée depuis le mois d’août, qui a commencé par une visite de fraternité à Lula, l’ancien président du Brésil emprisonné depuis 2018 pour corruption. On ne choisit pas toujours ses camarades de lutte.

À défaut d’incarner l’opposition dans le paysage politique, Jean-Luc Mélenchon aimerait devenir la tête de turc du système pour ne pas se faire oublier. Dépassé dans son propre parti, depuis l’émergence de nouvelles figures comme François Ruffin, le leader des insoumis ne peut exister politiquement que par la polémique : s’il est convoqué au tribunal, c’est un procès politique. Si un policier lui barre le passage, c’est une atteinte au représentant du peuple. À chaque fois que Mélenchon respire, il aime à rappeler que ses sept millions d’électeurs sont avec lui.

Mais les 19% d’avril 2017 sont bien loin derrière le tribun. Alors, pour rattraper le rendez-vous manqué de la fête de l’humanité, Jean-Luc Mélenchon transforme son procès en manif. Militants, banderoles, chants et micro mal réglé, c’est entouré du dernier carré de la garde qu’il dénonce tour à tour le parquet, les policiers, les juges, la partie civile et les avocats. Quitte à être en procès, autant rentabiliser l’instant. Duel entre Mélenchon et Dupont-Morreti, Quotidien, la justice, l’état. Mélenchon seul contre tous, cherchant de nouveaux ennemis pour alimenter sa légende d’homme à abattre.

Véritable spectacle mêlant justice et politique, Mélenchon, comme d’habitude, en fait trop. Au point de décrédibiliser l’événement. On veut bien croire que Ferrand, Benalla et consorts ont bénéficié d’alliés puissants et d’une impunité curieuse, mais c’est bien le même traitement de faveur que réclame le député d’extrême gauche. Drôle de manière de dénoncer le système qu’appeler de ses vœux la généralisation des privilèges plutôt que leur remise en cause.

« La république, c’est moi » : la phrase avait marqué les esprits il y a un an. Jean-Luc Mélenchon semble oublier que la république, c’est les électeurs. Nul patriarche en république, nul souverain en démocratie autre que le peuple.

Après deux jours d’audience tumultueuse, le parquet a requis 3 mois de prison avec sursis et 8000€ d’amende, loin des flétrissures alarmistes prophétisées par le parti des semaines durant. L’occasion pour les accusés d’affirmer que l’affaire se dégonfle, en attendant impatiemment le verdict du 9 décembre. Le procès politique se transforme en fait divers. Tout est bon pour Mélenchon, surtout lorsqu’il s’agit de faire de la com’.

 

Charles de Sourceval

 

Article écrit par Charles de Sourceval

L'article vous a plu? Partagez-le! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.