Le plan immigration qui fait réagir !lecture express

Le plan immigration doit être rendu public demain mercredi et a été présenté lundi soir devant une cinquantaine de parlementaires de La République En Marche par le chef du gouvernement. En effet, celui-ci a préparé un plan regroupant vingt mesures alliant contrôle et accueil, alliant fermeté et humanité : une sorte de “en même temps” pas encore officiel mais qui fait déjà réagir. 

Il y a la volonté de renforcer la lutte contre la fraude au titre de séjour délivré aux parents d’enfants français (depuis 2006, la loi prévoyait déjà un “délit de paternité de complaisance). De plus,  les conditions d’accès à certaines aides pourraient être durcies. La PUM (Protection Universelle Maladie) dont peuvent bénéficier aujourd’hui les demandeurs d’asiles dès dépôt du dossier pourrait se voir attribuée sous condition d’un délai de carence de trois mois. Une autre aide, l’AME (Aide Médicale d’Etat pour les sans papiers), au centre du dialogue pourrait changer, être restreinte. Le débat ici, est que pour en bénéficier, il faut pouvoir justifier de résider depuis trois mois en France. Une proposition de l’exécutif a été faite pour réduire cette aide aux résidents en situation irrégulière, coupant alors les possesseurs d’un visa touristique du bénéfice de celle-ci. Aussi, les demandeurs d’asile devraient faire une demande préalable à la Sécu pour les “actes non urgents”.

Enfin, c’est l’emploi du terme “quota” qui a fait beaucoup réagir. Muriel Pénicaud, ministre du Travail affirmait aujourd’hui que “l’idée est d’avoir des objectifs chiffrés, des quotas”, en parlant une régulation de l’immigration professionnelle, forte de 33 000 personnes par an. Elle aimerait initier cet élan dès l’été 2020 avec une volonté d‘ajustement en fonction des besoins de la main d’oeuvre, élan aidé par un débat annuel au Parlement sur le sujet.

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT (Confédération Française Démocratique du Travail) s’est dit “choqué” hier sur France Inter, par l’emploi de ce terme. La ministre du Travail se défendant en faisant remarquer que cette approche sera nouvelle pour la France mais c’est celle “qu’à (déjà) le Canada et l’Australie”.

Louis Lallement.

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu? Partagez-le! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.