Jean-Luc Mélenchon, lorsque la politique est un art3 min de lecture

Jean-Luc Mélenchon est-il un anachronisme ? La question mérite réflexion tant le leader de la France Insoumise, député de Marseille, est étranger à son époque. Véritable tribun dressé contre toutes les forces, il aurait tout aussi bien pu faire une brillante carrière politique sous la 3ème République. Il se serait plu aux côtés des Jaurès, Clemenceau, Poincaré, haranguant l’Assemblée nationale, enflammant l’hémicycle, provoquant les monarchistes ! Car Jean-Luc Mélenchon n’a pas à rougir de la comparaison ; il est, sans nul doute, le dernier à élever la politique au rang d’art. 

Le leader de la France Insoumise est le meilleur orateur de la classe politique actuelle, et de très loin. Seul Jean-Marie Le Pen, François Mitterrand ou Philippe Séguin auraient pu tenir la comparaison sur les 40 dernières décennies. Sa capacité à haranguer les foules est hallucinante. Il faut le regarder faire un meeting, si possible pendant sa campagne présidentielle de 2017 : il est capable d’emmener une foule de plusieurs milliers de personnes jusqu’à l’extase collective. Avec lui, la politique prend une dimension cathartique, c’est-à-dire de défoulement des passions. On ne vient pas à un meeting de Mélenchon pour écouter un programme, du moins pas que, on y vient pour faire corps avec la foule et sentir le vent de l’histoire. Le député de Marseille est polyvalent, et est aussi un très bon débatteur. Il est excellent sur les plateaux de télévision et face aux journalistes. Sa spontanéité est très bonne et n’est pas travaillée ; il a ce don de savoir placer les bons mots au bon moment (l’art du prime time diraient certains). De plus, Jean-Luc Mélenchon est un fin lettré. Il n’a pas fait Sciences Po, ni même l’ENA ou l’Ecole Normale Supérieure. Il n’est pas avocat, et encore moins inspecteur des finances. Non, il est professeur de français, et ce après avoir obtenu une modeste licence de philosophie. Pourtant, et paradoxalement, il est une des personnalités politiques actuelles parmi les plus littéraires. Il a beaucoup lu. Il a lui-même écrit, et est bien un des seuls à le faire de nos jours. Il s’exprime très bien, et ne fait pas trois fautes de français par phrase (contrairement à beaucoup d’autres). Il a des références culturelles, historiques, philosophiques, capables de susciter des émotions chez le citoyen français. Lors de ses interventions, il cite régulièrement ses lectures et donne à son discours une profondeur historique. Bref, Jean-Luc Mélenchon n’est pas caractérisé par la médiocrité et la bassesse intellectuelle de nos représentants : la recherche de l’esthétique est chez lui une quête permanente. 

Le leader de la France Insoumise est capable de parler à l’inconscient du peuple français. Mélenchon ne fait pas de la technocratie : il n’est pas dans la pure gestion comptable, mais propose au contraire au demos de reprendre la maîtrise de son destin. Il faut l’écouter parler de la France : si sa perception le range dans la tradition républicaine jacobine, il y a une forme de patriotisme indéniable chez lui. Il cherche à réveiller l’inconscient révolutionnaire français. Il passe son temps à évoquer Robespierre et Danton. Il cite à qui veut bien l’entendre les mémoires de Léon Trotski. Il perpétue la mémoire de son panthéon historique : la Révolution française, la Commune de Paris de 1871, le Front populaire de 1936, le Conseil national de la Résistance. 

Enfin, Jean-Luc Mélenchon peut s’enorgueillir de posséder des qualités bien étrangères à notre époque : le courage, la loyauté, la constance. Alors bien évidemment, le député de Marseille compte de très nombreux défauts, et pas des moindres : il est orgueilleux, colérique, impatient, râleur et impulsif. Il est d’une mauvaise foi abyssale et n’est jamais satisfait (à l’image des Française peut-être). C’est un professionnel de la politique, un cumulard à l’ancienne. Il veut ouvrir la France à toute l’immigration du monde et sombre à intervalle de temps régulier dans une complaisance regrettable à l’égard de l’islamisme conquérant. Pour autant, il est bel et bien le dernier à faire de la politique à l’ancienne. La politique, en effet, ne se saurait se limiter à l’éthique : c’est aussi un art et donc des émotions. Un art qui n’obéit qu’à ses propres codes. Avec Jean-Luc Mélenchon, il y a une recherche de l’esthétique. C’est rafraîchissant, et ça nous change de l’insignifiance d’Edouard Philippe, de l’opacité de François Bayrou, de la rigidité de Marine Le Pen, et de la médiocrité de ce qui nous sert de président de la République, Emmanuel Macron. Il nous reste Mélenchon, mais bien loin de nous la grandeur des Charles de Gaulle, Georges Clemenceau, Jean Jaurès, Maurice Barrès et tant d’autres.

Article écrit par Elouan Picault

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.