Emmanuel Macron, à l’aube d’une nouvelle France ?2 min de lecture

Après les violons sur fond de crise, Emmanuel Macron jubilait ce soir, en parfait contraste avec le ton mélodramatique. En réalité, ce discours préparait les esprits à « l’après », et c’est ça qu’il faut en retenir. Comme il l’a exprimé, cette crise peut aussi se transformer en chance, en sa chance. Le syndrome de don Quichotte a porté ses fruits, désormais mûrs pour la récolte des lauriers. Le président n’a pas parlé de guerre ni de victoire, il est déjà dans l’après.

​Il jubilait, on peut le comprendre : plus personne n’est dans la rue, il exerce le pouvoir en toute tranquillité, et dispose de toute la place pour ses projets. Deux ambitions sont avancées ce soir : nationale et européenne.

​A la de Gaulle, il veut relancer le « made in France », le fleuron industriel et de la recherche. Il souhaite aussi plus d’Europe, conformément à sa position originelle. Cependant, combiner grande ambition nationale d’un côté et ferme volonté européenne de l’autre reste compliqué, à moins d’opter pour une Europe des Nations. Cette idée jusque là portée par le Rassemblement National vient peut-être de se voir accaparée par le président, qui se placerait là encore, tel de Gaulle, son médiateur.

​Il l’a bien rappelé : la crise peut être une chance. C’est sa chance, sa possibilité de sauver son trône présidentiel, d’entrer dans l’Histoire, et de faire du 11 mai son jour férié. Il passe de président par défaut à homme providentiel. Il vient de balayer l’opposition en quelques semaines et s’empare des principaux discours souverainistes en y ajoutant des ambitions européennes poussées. Sur quel domaine peut-il désormais être combattu ? Il lui faudra tout de même clarifier sa position européenne, mais s’il désire plus d’Union européenne, ce sera compliqué pour lui de mener à terme ses ambitions nationales. Et comment établir durablement une Union lorsqu’on veut faire de son pays en particulier un des leaders mondiaux ? Dans une telle Union, l’ambition est commune, ici elle est particulière. D’où la possibilité d’une Europe des Nations avec l’acceptation de « frontières européennes ». Si ça prend racine, ce qui se passe est historique. La position sera pour le projet que porte Macron, ou contre lui. Mais comment être contre la relance élitiste à la française ? Les discours vont devoir être réadaptés mais l’opposition devra se contenter des débats de fond qui lui faudra mettre en tête : culture, identité, société, immigration.

​Emmanuel Macron dans un discours sous des allures d’homme d’affaires, vient tout de même de se placer en « paternel éclairé » et de lancer comme un face à face avec la Chine qui revendique le premier plan industriel. Ce premier plan restera sans doute sur la quantité, mais notre président semble venir la contester sur l’excellence. C’est ambitieux et très intéressant car la Chine ne va sûrement pas entendre d’une oreille favorable cette concurrence.

​Enfin, notre président passe du « vivre ensemble » à une « raison de vivre ensemble ». Le constat de l’échec socialiste est indéniable, les quartiers sont quasiment perdus. Si le vivre ensemble ne peut pas être naturel comme l’idéologie le martèle, il faut qu’elle soit basée sur la volonté de vivre ensemble, donc sur l’esprit. C’est du Renan, mais en discount. Or s’il repose sur la volonté, que se passe-t-il lorsqu’on ne veut pas ?

​Ce discours du 13 avril est donc fondamental pour notre futur avec un basculement politique important, à condition que les positions présidentielles prennent racine au sein du peuple.

Article écrit par Guy-Alexandre Le Roux

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.