Emmanuel Macron a fait le repentir de la colonisation qu’il a jugé être « une erreur profonde, une faute de la République »3 min de lecture

Lors d’une conférence de presse à Abidjan en compagnie du président ivoirien, Emmanuel Macron a fait le repentir de la colonisation qu’il a jugé être « une erreur profonde, une faute de la République ». Il a estimé en outre que la France est à cause de cela perçue comme ayant « un regard d’hégémonie » et porte des « oripeaux d’un colonialisme ». 

Il semble d’abord évident qu’un Etat comme la France a une volonté hégémonique pour défendre ses intérêts et s’assurer sa place de Puissance vis-à-vis des autres. Sans volonté d’hégémonie, il y a difficilement désir de Puissance. Emmanuel Macron a lui-même posé cette volonté d’hégémonie à Biarritz l’été dernier notamment, où il a montré à travers le G7 le leadership français à l’échelle européenne dans les Relations internationales. Cela dit, hégémonie ne veut pas forcément dire danger puisque cela peut être aussi protection ou tout simplement leadership. On le comprend, le monsieur Macron veut montrer que la France n’intervient pas en Afrique comme un conquérant mais comme une aide.

D’autre part, la colonisation est beaucoup plus complexe et nuancée que le bilan qu’en tire notre président. Elle est un désir d’expansion territoriale généralisée (européenne et américaine surtout). Certains y voient les Territoires, les richesses, les peuples, d’autres y voient un Monde où tout est à construire et d’autres encore y voient des âmes à convertir pour leur apporter la Paix. Donc les intentions sont différentes. Ensuite, elle passe par la conquête, donc bien souvent par des expéditions qui tournent plus ou moins bien, dont les victimes sont plus ou moins nombreuses et forcément, le vainqueur domine puisqu’il est maître du Territoire. Evidemment, des abus sont commis. Vient ensuite la construction : l’Europe exporte ses nouvelles techniques, que personne encore ne possède, développe des infrastructures, construit le Territoire, soigne les habitants, fait reculer les maladies, éduque, forme, emploie. 

Dans le Territoire colonisé, les Européens étaient les maîtres et abusaient pour certains de leur statut dominant, mais les autochtones profitaient évidemment des nouvelles infrastructures, médicaments, formations. Donc d’un côté, la partie sombre de la colonisation est l’aspect domination abusive de l’Europe sur les peuples, mais d’un autre côté, la modernisation par les Européens a permis à l’Afrique de se développer réellement. Si l’Afrique se modernise toujours plus aujourd’hui, c’est grâce aux techniques du Vieux Continent, à la médecine européenne, etc. Le bilan de la colonisation est donc bien plus complexe qu’on voudrait le faire croire aujourd’hui parce qu’on veut toujours imposer cette vision post Deuxième Guerre mondiale de la déconstruction blanche. 

Nous sommes de cette ère de la décolonisation, où même celle-ci n’est plus un sujet. Emmanuel Macron est donc de cette génération. Ce qu’il représente par contre, en France, rappelle ces hommes de la colonisation abusive. Les pionniers largement abusifs ont été les membres du Parti colonial : socialistes, porte-paroles de la modernité à outrance et de l’avancée, des principes républicains, et regroupement de franc-maçons. Clémenceau en fut le pur produit. Or finalement, c’est aussi un peu ces idées que représente Emmanuel Macron en France, il est de même identité que ces personnages qui ont commis les abus sous couvert des beaux principes. Cela dit, il a tout à fait raison lorsqu’il met en garde des Africains de ne pas rejeter la faute sur la colonisation, d’autant plus que c’est bien par l’Europe que l’Afrique existe aujourd’hui aux yeux du monde. L’erreur énorme que paye l’Afrique est le dessein des frontières, qui ne représente absolument pas les zones tribales et géographiques, fondement du fonctionnement africain. Cette faute est grave parce que nombre de tensions sont dues à ces dernières. Mais aussi, le problème vient d’Afrique. En vérité, elle n’arrive pas à s’organiser réellement. D’ailleurs, les chefs d’Etats viennent régulièrement demander de l’aide aux Français et font notamment appel aux entreprises de Formation professionnelle telles que les AGEFOS PME pour organiser la création d’emplois et le fonctionnement des entreprises. En plus de ce manque crucial d’organisation, l’Afrique développée conçoit mal l’équité sociale : ceux qui gagnent beaucoup dans les exploitations minières ou les classes dirigeantes ne prévoient pas la redistribution. Enfin, les luttes claniques ou religieuses ne permettent une véritable cohérence territoriale, fondement d’un juste et efficace développement. 

Enfin, Emmanuel Macron est d’une assez mauvaise foi. Pourquoi est-il en Afrique si ce n’est pour défendre les intérêts français ? Si la France intervient militairement, c’est pour limiter l’immigration et pacifier des zones proches d’elle. Si la France polit ses relations, c’est pour les Affaires car l’Afrique regorge de ressources inexploitées. Le président veut montrer que la France n’intervient pas en Afrique comme un conquérant mais comme une aide. On le comprend, mais les pleurnicheries sur la colonisation sont une erreur de communication énorme car la liaison France-colonisation se fait d’autant plus évidente. Emmanuel Macron souffle sur les braises, et il est fort possible que cela mette en danger les soldats sur place par exemple, comme le souligne Marine Le Pen. On connaît les limites et les réussites de la colonisation, plus besoin d’en parler. Il faut passer à autre chose, et ce n’est pas par des pleurnicheries de mauvaise foi que la France va inspirer confiance aux Africains. 

  

 

Article écrit par Guy-Alexandre Le Roux

L'article vous a plu? Partagez-le! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.