Alarme de la France Archipel : l’échec de la politique extérieure3 min de lecture

La France décidait d’engager un bras de fer contre la Turquie qui se prend à rêver son grand Empire passé. Erdogan s’est dressé en adversaire déterminé qui n’a plus grand chose à perdre aux vues de ses échecs successifs (économie, révolution culturelle) et de la contestation croissante dans son pays. La France désirait montrer une certaine fermeté vis à vis d’Ankara tant au niveau géostratégique qu’à l’idée qu’elle se fait de la démocratie (droit au blasphème). Cette double tentative d’autorité française qui a coûté la vie de quatre personnes suite à l’appel au djihad d’Erdogan, débouche finalement sur la volonté de temporiser par un discours exprimant l’amitié envers la Turquie, à l’OTAN. Ce rétropédalage apparent montre que la France n’a pas les moyens de mener des politiques extérieures fortes, quand la 16e Nation fait ployer la 6e Puissance mondiale. 

L’Archipel multidentitaire et le terrorisme de proximité

Le pays qui imposait jadis ses vues à Westphalie ou à Versailles est aujourd’hui pieds et poings liés à son immigration. Lorsqu’il exprime son opposition à Ankara, les Loups Gris défilent dans la rue, font reculer la police, interdisent toute main tendue aux Arméniens, des décapitations sont commises suite à l’appel islamique d’Erdogan. Que se passera t-il en cas d’une même opposition à l’Algérie ou tout autre pays arabe ? La même chose, peut-être en pire.

L’échec de la politique étrangère de la France fait émerger l’Archipel multidentitaire qui la compose. Notre pays ne peut plus mener de projet concret et ferme car l’intérêt commun n’existe plus. Les différentes identités et religions s’opposent et se détachent désormais les unes des autres. La France doit payer aujourd’hui ses positions internationales vis à vis des pays musulmans par un terrorisme total de proximité. Le Loup peut frapper n’importe où, n’importe qui. Il est proche, et peut enlever mère ou frère à tout instant. Désormais, toute prise de position internationale forte envers l’Orient se soldera par des massacres et une insécurité permanente au sein du Territoire. Peut-on encore appeler Puissance un État qui perd son autorité internationale pour incapacité interne ?

Cet échec face à la Turquie rend justice à toute une génération de Cassandre qui prévinrent les Hommes des conséquences funestes d’une telle immigration, malgré les insultes et les attaques basses. L’Histoire leur donne raison en ce moment même. 

La laïcité, le papier passé d’âge

Face à l’Archipel multidentitaire surgissant et le terrorisme de proximité, la France tend la laïcité pour se défendre. Papacito a su trouver la bonne formule pour exprimer à sa façon la contraception de solutions qu’elle s’inflige. On ne combat pas le fer et le feu avec du papier passé d’âge. Seule la force puisée dans l’identité peut armer efficacement un peuple face à ses monstres. 

Contre l’absence d’esprit de Nation, l’identité

Remarquons que les chrétiens et les symboles de la France sont les premières cibles. Nd de l’Assomption, nom baptismal de la basilique niçoise, est patronne principale de la France depuis le voeu de Louis XIII en 1632-1638. Les voûtes de la basilique ont vu horrifiées l’âme de la France égorgée une nouvelle fois. Cela montre une chose, qu’en dépit de la déconstruction culturelle de soi même, la France est toujours perçue comme la terre des croisés et des moines. Soyons en fiers, et tant que nos dirigeants ne l’assumeront pas, ils ne se donneront jamais les moyens de mettre fin à ces tourments. La fierté, l’identité et l’unité d’un grand peuple font de lui une grande Nation. L’échec de fermeté dans notre politique étrangère montre que nous n’avons pas l’esprit de Nation, l’ambition d’être toujours plus grands ensemble, de poursuivre un immense projet commun, que l’Archipel des divisions mine toujours plus. 

Considérer des alliés européens

Face à tout cela, nous devons accepter humblement qu’il nous faut des alliés fiers de leur identité et forts de leur projet. Les pays tels que la Hongrie peuvent nous être d’une aide honnête. La Russie doit intégrer le dialogue européen dont elle est légitime à participer. La Russie est européenne, nul ne peut en douter, elle est restée un bloc culturel stable et uni dont nous avons beaucoup à apprendre. Le vieil ogre soviétique a disparu et sans considérer la nouvelle Russie comme une soeur – il n’y a pas de familiarités en Relation internationales – on peut la penser comme alliée. Elle fait partie des rares États européens encore capable de mener des politiques ambitieuses et fermes, ce que nous troquons contre quelques mois de paix sociale. 

Article écrit par Guy-Alexandre Le Roux

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.