L'Étudiant Libre

Les Tuche : lauriers du succès, épines de l’imaginaire

Les salles grand public ont accueilli dans leur programmation de cette semaine le dernier film de la franchise « Les Tuche ». Série à succès (économique) s’il en est, qui a vu il y a dix ans son premier volet se muer en blockbuster à la française avec 1,5 million d’entrées.
Les Tuche 4
À l’heure d’une quatrième fournée, Les Tuche sont devenus un événement de sortie cinéma populaire, au point qu’un cinquième épisode est déjà prévu après la mouture de cet hiver. Le cinéma français est donc vivant, de quoi se plaint-on ? Les producteurs investissent, les spectacteurs remplissent les salles. Mais c’est alors que plus une production est appréciée et suivie, plus la responsabilité des producteurs quant aux images dévoilées aux yeux d’un public se devrait d’être méditée.

Notons que ce qui plaît, ce qui amuse, ce que l’esprit s’accorde à intégrer inconsciemment avec Les Tuche… est une image du français résolument plouc. Dans « Les Tuche 4 », les beaux-frères Jeff Tuche (Jean-Paul Rouve) et Jean-Yves Marteau (Michel Blanc) se tirent la bourre, la faute à un précédent qui les antagonise. Afin de bien les distinguer, le scénario du film les oppose en s’appuyant sur le rapport au travail de chacun : l’un nourrit le culte du chômage raplapla, l’autre l’adoration du profit sec et cynique. Dans les deux cas toutefois, aucun n’échappe à la règle : Jeff et Jean-Yves sont ringards bien comme il faut. Jeff Tuche commence sa journée avec une bière ; son logiciel moral et intellectuel est basé sur une dépendance aux aides sociales. Jean-Yves Marteau, pour sa part, est petit, pâle, gros, roux-chauve et, bien sûr, miséreux sexuel. Charmant programme ! Ajoutez à cela que ces Français bien ancrés dans leur Bouzolles chérie en perdent leur français académique, à en prononcer des « je voudrais que ma sœur soye là », et la messe est dite.

Dans la nécessité de la caricature pour faire intrigue, émanent des conséquences épineuses dans la confection d’une psychologie collective : le Français est un beauf, quelle que soit sa classe, plus ou moins moyenne. Au fur et à mesure que le film progresse, l’esprit s’habitue peu à peu à observer des franchouillards un peu couillons, jusqu’à s’accorder naturellement que tous ces personnages ne puissent être finalement que des catastrophes en puissance.

À l’habitude d’un tel cinéma, face à l’idée qu’on leur donne de se faire d’un Français, certains pourraient se demander de quelle légitimité viendrait leur obligation à s’intégrer à cet univers tout à fait arriéré, à imiter des gens au look ridicule qui ne savent pas s’exprimer correctement. Et ils auraient raison. En cela, la communication des Tuche est l’écume encore bien épaisse d’un courant de pensée et d’observation dégradant pour la France et ses habitants. Le constat que prête à formuler la franchise rappelle le traitement que subissait déjà la classe moyenne française à la fin des années 80, décrit par le géographe Christophe Guilluy dans son ouvrage No Society. La fin de la classe moyenne occidentale. Un temps structurelle dans un modèle de société résilient par sa politique d’assimilation, cette classe moyenne dépassée affronte une nouvelle cohérence à ce d’aucuns veuillent expressément se différencier d’elle. Heureusement, Les Tuche n’ont pas tout à jeter : ils veulent sauver Noël. À moins que le rêve ne soit aussi un idéal de kéké…

par Achille Ossmann
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Les Tuche : lauriers du succès, épines de l’imaginaire
Retour en haut