Selon le Global Slavery Index, environ 9,2 millions d’hommes, de femmes et d’enfants vivaient dans l’esclavage moderne en Afrique en 2016lecture express

Avec 9,2 millions de victimes, l’Afrique est la 1ère région esclavagiste au monde

Selon le Global Slavery Index, environ 9,2 millions d’hommes, de femmes et d’enfants vivaient dans l’esclavage moderne en Afrique en 2016. La région a le taux le plus élevé au monde, avec 7,6 personnes pour 1000 vivant dans l’esclavage moderne.

Si l’on considère les formes d’esclavage moderne, le taux de mariage forcé (4,8 victimes pour 1 000 personnes dans la région) était supérieur au taux de travail forcé (2,8 victimes pour 1 000 personnes dans la région).

54% de toutes les victimes de l’exploitation du travail forcé étaient emprisonnées pour dettes, une dépendance financière permettant de contourner l’interdiction de principe de l’esclavage.

On estime que 400 000 enfants africains ont été victimes d’exploitation sexuelle forcée, ce qui représente 8% de toutes les victimes d’exploitation sexuelle forcée et d’exploitation sexuelle commerciale des enfants dans le monde.

L’Érythrée, le Burundi et la République centrafricaine sont les pays où le pourcentage d’esclaves est le plus élevé.

Le Nigéria et la République démocratique du Congo ont quant à eux le nombre absolu le plus grand et représentent plus du quart (26,3%) de toutes les victimes en Afrique.

Le rapport précise que ces chiffre, bien qu’importants, doivent être interprétés avec prudence étant donné les lacunes et les limites des données dans certains pays. Par exemple, il n’est pas possible d’enquêter dans les pays qui connaissent des conflits profonds et actuels, comme la Libye, le Soudan du Sud et certaines parties du Nigéria. Le manque de données provenant des pays en conflit signifie que les estimations de l’esclavage moderne dans ces pays sont susceptibles de sous-estimer le problème.

Source: https://www.globalslaveryindex.org/2018/findings/regional-analysis/africa/ 

 

Article écrit par Rémi d’Antoigné

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.