Reprise des tensions au Haut-Karabagh, le franchissement de la ligne rouge par Bakou.4 min de lecture

En cette matinée du 27 Septembre 2020, lAzerbaïdjan lance une offensive sur la région de facto indépendante du Haut-Karabagh / Artsakh.

Cette opération de grande échelle formatée par le régime azéri vise à la fois les lignes de contact des deux armées qui sopposent dans ce conflit trentenaire, mais également la capitale de la République dArtsakh, Stepanakert.

Depuis la reprise des tirs, il semblerait que lAzerbaïdjan compte déjà des pertes humaines et matérielles (chars, drones et hélicoptères).

Du côté arménien, des pertes civiles humaines et matérielles sont à déplorer au sein de Stepanakert à la suite du bombardement surprise.

Le Gouvernement arménien et son Premier Ministre Nikol Pashinian prennent la menace au sérieux, et la loi Martial est décrétée

Le Gouvernement arménien et son Premier Ministre Nikol Pashinian prennent la menace au sérieux, et la loi Martial est décrétée depuis 11h du matin afin de permettre la mobilisation générale des troupes et mettre lensemble du pays en alerte face aux intentions bellicistes de Bakou.

Pour rappel, les tensions de ce jour sont les conséquences dun conflit gelé dû à l’éclatement de lUnion Soviétique en 1991.

Faisons lhistorique de cette escalade de tensions :

En 1921, après la soviétisation de lArménie et de lAzerbaïdjan, les bolcheviks décident, avec le concours de Joseph Staline, de rattacher la région du Haut-Karabagh à la République Soviétique de lAzerbaïdjan, sans le consentement des populations arméniennes qui représentaient et représentent toujours une très grande majorité de la population de ce territoire (près de 80% de la population).

Un statu-quo est maintenu pendant près de 70 ans, notamment du fait de la forme totalitaire du régime soviétique qui empêchait toute forme de revendications indépendantistes ou identitaires.

Avec la fragilisation progressive et la chute de lUnion Soviétique à lissu de la Guerre Froide, les tensions reprirent progressivement, dans un premier temps avec les pogroms anti-arméniens de Soumgaït et Bakou en 1990, et dans un second temps avec le conflit meurtrier du Haut-Karabagh qui prit fin en 1994, causant près 5000 morts du côté arménien et 20.000 morts du côté azéri, et se soldant par une victoire des forces armées du Haut-Karabagh.

Mais officiellement, un cessez-le-feu fût prononcé après intervention du Conseil de Sécurité de lONU, les deux pays étant toujours en état guerre.

Cest dans ce contexte que le Groupe de Minsk fût créé au sein de lOrganisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) afin de trouver une solution de paix durable dans cette zone du Sud-Caucase, ledit groupe étant composé des deux parties belligérantes, et sous la présidence conjointe de la Russie, des États-Unis dAmérique ainsi que de la France.

Pendant 20 ans, le conflit connu une nouvelle période de statu-quo malgré des violations mutuelles du cessez-le-feu.

Du côté politique, lArménie a très rapidement adopté la forme de République Semi-Présidentiel puis Parlementaire. Si le pays fût dominé par loligarchie pendant 20 ans, la Révolution de Velours davril 2018 marqua larrivée au pouvoir du nouveau Premier Ministre Nikol Pashinian.

Concernant lAzerbaïdjan, cest également la forme républicaine qui fût choisie, mais très rapidement, le clan Aliev sempara du pouvoir avec Heydar Aliev dans un premier temps et dans un second temps avec son fils, Ilham Aliev.

De nombreux indicateurs démontrent que lAzerbaïdjan est une dictature déguisée en République

De nombreux indicateurs démontrent que lAzerbaïdjan est une dictature déguisée en République puisquelle a toujours fait parti des pays les plus corrompus au monde (152e pays le plus corrompu en 2018 au regard de lindice de perception de la corruption¹) et dont la liberté de la presse est quasi-inexistante (168e pays au classement mondial de la Liberté de la presse 2020 effectué par Reporters Sans Frontières²).

L’État azerbaïdjanais fait également régner une violente propagande anti-arménienne afin de maintenir une certaine haine de larménien sur son territoire.

À partir de 2016 et de la Guerre de Quatre Jours, le conflit prend une nouvelle tournure et cest une véritable escalade de la violence qui a lieu dans cette région.

Le 13 juillet 2020, alors que la crise sanitaire mondiale liée au COVID-19 est en pleine essor, lAzerbaïdjan sen prend directement au territoire de lArménie et sa région nord (Tavush), et en menaçant de bombarder la centrale nucléaire arménienne de Metsamor.

Une fois de plus, lagression azerbaïdjanaise sinscrit dans un contexte de haine contre le peuple arménien et sa chrétienté, haine alimentée depuis plusieurs décennies par Bakou notamment par la propagande et la destruction de lieux saints arméniens (ICOMOS World Report 2006/2007³).

La situation doit donc être prise au sérieux, aussi bien par la France qui occupe une position diplomatique forte par sa présidence du Groupe de Minsk, mais également par les autres puissances et organisations internationales.

Les simples demandes de cessez-le-feu à chaque agression de lAzerbaïdjan ne suffisent plus à dissuader Bakou dans son entreprise de violence et sa volonté de détruire le long processus de paix mis en oeuvre par la Communauté internationale.

Comme si cela ne suffisait pas, lombre grise et noire de la Turquie dErdogan plane dans cette région, notamment du fait du soutien logistique dAnkara à Bakou.

Aujourdhui, le régime azéri a franchi une ligne rouge dans ce conflit en sattaquant officiellement à des populations civiles, le Gouvernement arménien dénonçant des destructions de bâtiments et de graves blessures sur des civiles.

Alexandre SARADJIAN

¹https://fr.countryeconomy.com/gouvernement/indice-perception-corruption/azerbaidjan

²https://rsf.org/fr/azerbaidjan

³https://www.icomos.org/risk/world_report/2006-2007/pdf/H@R_2006-2007_09_National_Report_Azerbaijan.pdf ; https://www.icomos.org/risk/world_report/2006-2007/pdf/H@R_2006-2007_09_National_Report_Azerbaijan.pdf

https://twitter.com/armgov/status/1310127343625699329 ; https://twitter.com/ArmenianUnified/status/1310166968893411328 ; https://twitter.com/armgov/status/1310169906965622784

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.