Entretien avec Jean-Eudes Gannat co-président de Solidarité Arménie5 min de lecture

L’Etudiant Libre a questionné Jean-Eudes Gannat, sur la situation en Arménie, sur l’aide qu’apporte son association « Solidarité Arménie » au quotidien et sur les évènements à venir dans cette région agitée. 

https://www.solidarite-armenie.fr/

1.Quelle est la finalité de votre association Solidarité Arménie? Comment parvenez-vous à financer vos projets?

Solidarité Arménie a été créée il y a 2 ans à Angers, par des militants angevins désireux de mener une action humanitaire conforme à leurs idées et un camarade franco-arménien retourné vivre sur place depuis. Sa finalité est d’aider les foyers démunis en Arménie et de participer au développement culturel et économique de ce vieux pays si durement éprouvé.

2. Comment faire pour vous aider depuis la France?

D’abord en nous suivant sur nos réseaux sociaux pour suivre et relayer nos campagnes (FB et Instagram), ensuite en nous aidant à faire connaître l’Arménie et en participant à nos actions depuis la France, soit en aidant aux collectes, soit en faisant un don. Il y a enfin la possibilité de participer à nos missions sur place plusieurs fois par an.

3.Il y a quelques jours le Président Macron a réaffirmé son amitié avec l’Arménie et son peuple. Il souhaite des solutions «justes, et acceptables pour toutes les fêtes» au Haut-Karabakh. D’après vous, les mesures qui ont menés à l’arrêt des combats s’inscrivent-elles dans ce propos ?

En tant que Français, j’ai été profondément déçu de l’attitude passive du gouvernement vis-à-vis de l’Arménie. Comme en Syrie ou ailleurs, la France passe encore une fois à côté de sa vocation historique de protectrice des chrétiens d’Orient, au profit de la Russie. Cependant partout où nous allons, les arméniens ont été très touchés par ces déclarations du Président Macron ; face au silence assourdissant de la communauté internationale, il a été l’un des rares à s’exprimer. C’est mieux que rien.
Concernant les conditions du cessez-le-feu, elles ne paraissent «justes, d’acceptables et équitables» ni pour les Arméniens, ni pour les Azerbaïdjanais. Pour les Arméniens, cet accord est une peine immense qui acte la perte de territoires millénaires et l’exode de dizaines de milliers de civils chassés de chez eux. Beaucoup y voient une trahison de leur gouvernement, soupçonné de corruption.
Pour la partie adverse, cet accord qui valide la conquête des deux tiers de l’Artsakh n’est qu’une étape du plan panturquiste qui prévoit d’annexer tout le Haut-Karabagh puis de faire disparaître l’Arménie.
En somme, on peut dire raisonnablement que ces mesures ne sont justes, d’acceptables, équitables pour personne … Ici chacun craint une reprise des combats dans l’avenir. Cela peut être dans 6 mois comme dans 2 ans, mais personne ne croit à la paix.

4. Emmanuel Macron semble défendre les intérêts arméniens tandis que le ministre des affaires étrangères appelle à rester neutre dans le conflit, que doit-on comprendre de cette politique internationale?

On doit comprendre qu’il y a 2 discours différents; et que c’est le propre des traîtrises. Certes la France prétend être aux côtés des Arméniens par la voix de Macron, mais dans les faits elle reste neutre, comme le dit le ministre des Affaires étrangères. «La France parle, son président est un larynx, mais elle ne fait rien, son chef de l’État est un cul-de-jatte» a déclaré Michel Onfray que nous avons croisé à l’aéroport à Paris et qui était dans notre vol pour l’Arménie.

5. L’Arménie se retrouve de plus en plus isolée du monde, abandonnée par les puissances occidentales, quelles sont les raisons de cet abandon et de cette lâcheté commune?

La vérité est que nos gouvernants ouest-européens sont tétanisés à l’idée de s’opposer réellement à Erdogan en raison de la présence sur leur sol de millions de Turcs et de Musulmans. En plus de cela, ces gens sont incapables de penser en terme de blocs civilisationnels, empêtrés qu’ils sont dans leur idéologie mondialiste. Le Marché seul les guide, et s’ils déclarent une guerre c’est rarement pour des motifs nobles comme cela aurait pu être le cas pour l’Arménie, même s’ils invoquent toujours les Droits de l’Homme (d’affaire) …

6. Vous êtes sur le sol arménien, quel accueil vous ont fait les habitants?

Un accueil admirable. D’abord parce que l’Arménien moyen a déjà été touché profondément du soutien – fût-il de façade – du président Macron. Ensuite parce que notre présence et notre aide -même modeste – sont pour eux des signes forts d’amitié et de solidarité. Nous avons été accueillis dans des familles, on nous a fait des cadeaux, certains taxis ont refusé de nous faire payer en apprenant le motif de notre présence ici.

7. Pouvez-vous nous décrire votre quotidien en Arménie? Quelles sont vos activités?

Nous sommes venus avec des dons pour les militaires (lunettes de vision nocturne, jumelles) et pour des hôpitaux (bandages, médicaments, etc.), et nous avons aidé ponctuellement des familles en leur apportant des couvertures, du chauffage ou autre. Nous avons également pas mal voyagé à travers le pays, tant pour rencontrer des acteurs locaux (députés de l’Arménie et de la République d’Artsakh, militaires, acteurs associatifs, responsables hospitaliers) que pour interroger les Arméniens sur leur quotidien et sur la situation politique. Cela nous a permis de prendre la mesure des besoins et de préparer nos trois grands axes d’aide humanitaire;
– Parrainage de familles arméniennes par des familles françaises ; échanges épistolaires et aide financière de famille à famille.
– Récolte de couvertures et de vêtements à destination des familles de réfugiés.
– Levée de fonds pour envoyer du matériel médical à Erevan afin d’aider des grands brûlés de guerre bénis soit par les bombardements lors des combats, soit par les attaques au phosphore, une arme chimique interdite par toutes les conventions internationales. (https://www.facebook.com/solidaritearmenie/posts/823300085132474 )

8. Pour certains aider les Arméniens est une bonne chose en soi, mais ils ne comprennent pas l’urgence de cette aide, pouvez-vous nous l’expliquer ?

Nous aidons au quotidien dans notre pays les français les plus démunis (avec l’Alvarium entre autres) et sommes bien conscients de la priorité d’aider les nôtres avant les autres. Cependant, aider sur place en Arménie nous semble en totale cohérence avec notre combat politique. D’abord parce que c’est une nation chrétienne, la première du monde, dont la riche civilisation est très proche de la nôtre, et avec laquelle nous partageons une histoire commune. Pour l’anecdote, les catholiques arméniens sont écrits ici «les francs» en mémoire du passage des français. Ils sont minoritaires, la majorité de la population suivant le clergé apostolique, dépendant du Catholicos, chef de l’Eglise arménienne séparée de Rome depuis des siècles, mais extrêmement proche de la nôtre d’un point de vue théologique.
Ensuite parce que tous ceux qui sont en première ligne contre Erdogan sont nos alliés naturels.
Enfin, nous avons décidé d’aider en Arménie il y a 2 ou 3 ans alors que personne en France ne s’en souciait et qu’aucune association  franco-française ne s’y développait pour une raison très simple; nous voulions aider des frères d’Orient qui combattent et meurent les armes à la main, loin de l’image traditionnelle du chrétien oriental dhimmisé qui semble être bientôt le sort des occidentaux s’ils ne prennent pas exemple sur l’Arménie. Quoiqu’il arrive nous préférons aider sur place que d’assister passivement à des événements historiques qui favorisent l’émigration vers l’Europe.

9. Sylvain Tesson, de retour d’Arménie, a déclaré «Où croyez-vous qu’Erdogan va s’arrêter? Est-ce qu’il va falloir que les Mamelouks viennent camper devant Vienne pour qu’il se passe quelque chose? » Qu’en pensez-vous?

Sylvain Tesson a raison en partie; Erdogan est à la tête d’une nation à la démographie extrêmement dynamique et à l’esprit conquérant. Là où Sylvain Tesson se trompe, c’est que non seulement les Mamelouks campent aux portes de Vienne, mais ils sont dans la plupart des agglomérations de France, représentent le gros de la pratique religieuse de notre pays et de l’Ouest européen, et profitent ici d’une démographie qui supplante celle des autochtones. Enfin, ils ont conscience de qui ils sont et ne s’embarrassent pas de bons sentiments ni de littérature.
Peut-être Sylvain Tesson l’ignore-t-il. Peut-être se refuse-t-il à l’énoncer clairement, de peur de voir sa tour d’ivoire et son image s’écrouler. Quoiqu’il en soit c’est dommage car il est sans doute la plus belle plume de notre époque; poétique, incisive, vivante et libre – du moins tant qu’elle reste dans le domaine de l’aventure et du voyage. Car au-delà …

Lien du site :  https://www.solidarite-armenie.fr

Article écrit par La redaction

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.