Action de GI dans les Pyrénées, le porte-parole s’exprime4 min de lecture

Jérémie Piano a 26 ans, il est militant à Génération Identitaire depuis bientôt 11 ans. Responsable de la fédération d’Aix en Provence, il a participé à beaucoup d’actions (comme celle de Defend Europ) et est aujourd’hui porte parole du mouvement. 

Vous avez lancé cette semaine une action dans les Pyrénées, en quoi consiste-telle ?

Les militants de Génération Identitaire sont présents depuis lundi matin dans les Pyrénées afin de surveiller la frontière franco-espagnole qui est depuis des années une véritable passoire. La préfecture locale ayant décidé de fermer temporairement le col du Portillon – par lequel des milliers de clandestins sont entrés en France – nous nous sommes rendus sur place afin de garantir l’inviolabilité de cette frontière et d’empêcher l’installation de nouveaux migrants-clandestins en Europe.

 

Qu’en attendez-vous ? N’est-ce pas seulement une énième « coup de buzz » comme certains peuvent vous accuser d’en faire ?

Par notre présence, nous voulons inciter l’Etat à envoyer plus de renforts de police et de gendarmerie afin de protéger la frontière. C’est ce que nous avions obtenu de Gérard Collomb à la frontière Franco-italienne lors de la mission Defend Europe Alpes en 2018. Il est tout à fait anormal que le gouvernement fasse si peu dans la lutte contre l’immigration illégale, notre présence ici permet donc de le rappeler à ses responsabilités. Enfin, cette action participe au réveil d’une partie de la jeunesse de France et d’Europe, qui souhaite mettre fin à l’immigration et voir appliquée la remigration, soit le retour au pays d’origine d’une majorité d’extra-européens présents sur notre sol !

 

Qui a participé à cette action ?

Une trentaine de militants âgés de 18 à 25 ans – tous Français – participent à cette mission de surveillance. Si quelques groupes de jeunes déterminés parviennent à protéger leurs frontières, l’État a donc largement les moyens d’assurer leur inviolabilité, à condition d’y mettre de la volonté.

 

Pourquoi considérez-vous que c’est à vous de faire ce travail aux frontières ? N’est-ce pas le rôle de l’État de s’en occuper, sachant que la préfecture de Haute Garonne avait de toute façon décrété la fermeture de ce col ?

Si le col du Portillon est théoriquement fermé par la Préfecture, nous avons pu constater qu’aucune force de police n’était présente sur place lorsque nous sommes arrivés ! Cela démontre une nouvelle fois que le gouvernement se moque des Français et de leur sécurité. Ce n’est justement pas normal qu’il incombe à des jeunes de vingt ans de protéger leurs frontières à cause d’un État qui se révèle, dans les faits, complice de l’invasion-migratoire.

 

N’avez-vous pas peur des conséquences judiciaires comme après votre action dans les Alpes en 2018 ?

Après une âpre bataille judiciaire de deux ans pour faire annuler notre odieuse condamnation, Génération Identitaire a été relaxé, ce qui bien prouve que la mission Defend Europe avait été attaquée par l’État non pas sur des bases juridiques mais sur des bases politiques. Surveiller nos frontières est parfaitement légal et notre présence ici est d’ailleurs souhaitée par une grande partie des Français qui ne supporte plus ni l’invasion migratoire, ni les mensonges du gouvernement. C’est plutôt ce dernier qui devrait être poursuivi pour avoir manqué à tous ses devoirs envers notre peuple. Le premier droit des Français, c’est de vivre en sécurité.

 

Au-delà de l’aspect judiciaire, n’avez-vous pas peur que cela donne une mauvaise image de votre mouvement  ? On a par exemple vu de nouveau des demandes de dissolution de GI.

Depuis des années, nous savons que ce ne sont pas des réfugiés qui entrent sur notre territoire de façon illégale mais des clandestins, parmis lesquels se trouvent criminels et terroristes en puissance. Notre peuple en amèrement fait les frais lors des nombreux attentats perpétrés par des clandestins tchétchènes, pakistanais et tunisiens. Notre sang doit cesser de couler ! Si les complices de l’invasion-migratoire souhaitent notre dissolution, cette action sera en revanche plébiscitée par les Français.

 

Vous avez organisé le week-end dernier un rassemblement à Paris en hommage à sainte Geneviève. Pourquoi cette figure est-elle importante pour vous ? Y-a-t’il un rapport avec l’action dans les Pyrénées ?

Chaque année depuis dix ans, l’association identitaire Paris Fierté rend hommage à la sainte-patronne de Paris, qui a permis la défense de la ville face à l’invasion des Huns d’Attila en 451. Si un hasard de calendrier explique la proximité de notre mission avec le rassemblement de samedi, le souvenir de Sainte-Geneviève est en revanche très prégnant chez les militants identitaires et les galvanisent dans leur militantisme au quotidien !

Pourquoi la dimension européenne est-elle très forte dans votre mouvement ? N’est-ce pas incohérent avec le nationalisme auquel vous appartenez ?

La défense de la civilisation européenne est en effet l’une des prérogatives principales de Génération Identitaire. Nous considérons que les nations européennes ne sont pas des nations hors sol mais qu’elles sont au contraire les composantes d’un merveilleux ensemble civilisationnel. Les européens ont en commun un héritage grec, latin, et chrétien, créateurs d’une culture et d’une identité commune, qu’il nous a fallu défendre à Lépante comme à Vienne face à des envahisseurs musulmans. Des siècles plus tard, nous poursuivons la même lutte civilisationnelle face aux mêmes agresseurs. Menacés de disparition, certains européens s’unissent et dépassent le cadre poussiéreux et désuet du nationalisme : ce sont les identitaires.

 

Comment les jeunes peuvent-ils vous aider ?

Jamais ni la France ni l’Europe n’ont connu de péril semblable à ce que nous sommes en train de vivre aujourd’hui. L’invasion migratoire, l’islamisation du territoire, l’insécurité grimpante et le racisme anti-blanc préparent notre remplacement. C’est donc sur les épaules de la jeunesse que reposent le salut de la France et l’Europe, de notre pays et de notre civilisation assiégés. J’invite chaque jeune Français conscient de son héritage et désireux de le défendre à rejoindre les rangs de Génération Identitaire et à participer à de telles actions, afin de faire bouger les lignes et d’un jour stopper l’immigration, dans le but d’imposer la remigration, seule solution possible pour protéger notre peuple !

Article écrit par La Rédaction

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.