L’esclavagisme : un crime occidental ?4 min de lecture

L’on parle souvent de la traite occidentale, coupable de la maltraitance de 9 à 12 millions d’esclaves noirs*. Qu’en est-t-il de la traite arabo-musulmane et de l’esclavage des blancs ?

Aujourd’hui, l’on a connaissance de la sombre traite négrière ayant fait l’objet d’un grand commerce durant la période médiévale jusqu’à l’époque contemporaine. Mais est-ce réellement le seul commerce d’humain qui a existé?

L’esclavage dans l’Histoire

Le terme “esclave” vient du latin “sclavus” désignant l’homme slave asservi (1).

La “schiavitù dei bianchi”: quella dimenticata e quella possibile • Imola Oggi

Dans l’Histoire de l’humanité, l’on peut y distinguer trois grandes traites principales (2) : la traite Intra-Africaine concernant les Africains entre eux bien avant l’arrivée des occidentaux ( 14 millions d’esclaves (2,3), la traite Occidentale (environ 11 millions) durant 4 siècles et la traite arabo-musulmane (17 millions (2,3,4) pendant 13 siècles). Nous pouvons alors remarquer que la traite atlantique n’est pas celle qui recense le plus d’esclaves.

L’esclavage existe dès l’Antiquité autant en Egypte, en Grèce que dans l’Empire Romain. Ces trois civilisations du bassin méditerranéen, outre l’esclavage domestique, ont toujours eu besoin d’esclaves de traite pour construire leurs cités et leurs temples, et pour manœuvrer les galères. C’est l’influence du christianisme qui amène une évolution d’émancipation par l’Église qui considère maîtres et esclaves comme égaux devant Dieu et condamne le fait que des chrétiens appartiennent à d’autres chrétiens (6,7,8).

En outre, dès la fin de l’Antiquité, l’on assiste en Occident à une transition progressive de l’esclavage au servage. Contrairement à l’esclave qui est un bien « meuble », le serf jouit d’une personnalité juridique, il possède des biens, peut aller et témoigner en justice et peut se marier. Il n’appartient pas à son seigneur mais lui doit obéissance.

La traite intra-africaine

Quel est le bilan humain de la traite négrière ? - L'Afrique des Idées

Bien qu’elle soit très peu connue et que l’on en dispose moins de données que sur la traite Atlantique, la traite intra-africaine a bel et bien existé. Les esclaves sont vendus entre africains (5) contre de l’or dont profitent les rois africains du Bénin, du Congo ou d’Angola. En Mauritanie l’esclavage n’est aboli que depuis 1980.

La traite des blancs

Depuis l’Anatolie et le Maghreb, la traite des blancs débute au même moment que celles de noirs. En effet, les côtes européennes sont victimes de nombreux raids notamment suite à l’invasion arabo-musulmane de l’Espagne, repoussée en Gaule par les forces militaires de Charles Martel. Le Coran, texte sacré de l’islam, entérine l’existence de l’esclavage (9) C’est à Béjaïa, dans l’actuelle Algérie où prospère le plus grand marché aux esclaves qui s’intensifie à l’apogée de l’Empire ottoman. Plusieurs millions d’esclaves sont capturés avec une zone d’influence allant d’Afrique du Nord au Yémen en passant par les Balkans.

L’esclavage de Berbérie

La Barbarie ou les côtes des Barbaresques ( entre le Maroc et la Tripolitaine) a aussi été le lieu d’un grand marché d’esclaves où on été vendus des européens asservis, des prisonniers de guerre, ou ceux ayant été capturés lors d’incursions rapides de territoires étrangers.

Traite des blanches. Les Musulmans doivent payer!" - Storia in Rete

Les statistiques indiquent que plus d’un million d’Européens furent capturés de 1500 à 1800, période correspondant à l’apogée d’une pratique commencée dès l’arrivée de l’Islam en Afrique du Nord. Ainsi, de 1500 à 1600 le nombre d’esclaves blancs dépasse largement celui des esclaves noirs.

Les esclaves blancs vendus et maltraités n’ont qu’une seule issue: se convertir à l’Islam (10), de gré ou de force. C’est le cas de Jan Janszoon (11), soit Mourad Reis, un renégat hollandais qui est devenu l’un des pirates les plus riches après s’être converti à l’Islam pour échapper à l’esclavage lorsqu’il s’est fait capturer en 1618. Les Ottomans créent même des unités d’élite composées d’esclaves chrétiens, les janissaires: 1,5 millions d’enfants ont été réduits en esclave soit 1/10 des garçons de leurs colonies européennes.

Des émissaires chrétiens se spécialisent dans le rachat d’esclaves comme Miguel de Cervantes (12), arrêté, vendu comme esclave à Alger puis racheté en Espagne.

La traite des blancs se termine vers 1830, date à laquelle la France a conquis l’Algérie. Pourtant l’ex-ambassadeur des Etats Unis à Constantinople explique dans ses mémoires que des esclaves blancs se négocient encore entre 1913 et 1916.

Ainsi, l’esclavage n’est pas une question d’éthnie: des blancs et des noirs ont été asservis et ont fait l’objet d’un commerce humain. L’Empire Ottoman, bien que l’on ne le mentionne que très peu, a lui aussi eu un rôle grandiloquent dans la traite dans l’histoire de l’humanité.

L. Delayance

Voir aussi:
L’Église face à la traite des esclaves
Le Coran face à la traite des esclaves.

Références
1 : https://www.cnrtl.fr/etymologie/esclave
2 : Patrick Manning, Slavery and African Life : Occidental, Oriental, and African Slave Trades, Cambridge University Press, 25 octobre 1990, 248 p.(ISBN 978-0-521-34396-1), p. 47
3 : Mémoire de la traite négrière, Marcel Dorigny, www.monde-diplomatique.fr, novembre 2007 [archive] 4 : «L’autre esclavage : un aperçu de la traite arabo-musulmane » [archive] 5 : Sparks, Randy J. (trad. de l’anglais par Marie-Anne de Béru et Myriam Dennehy), Là où les nègres sont maîtres : Un port africain au temps de la traite [« Where The Negroes Are Masters : An African Port in the Erea of the Slave Trade »], Paris, Alma Editeur, 2017, 369 p. (ISBN 978-2-36279-222-9).
6 : Christian Delacampagne, Histoire de l’esclavage. De l’Antiquité à nos jours, Paris, Le livre de poche, 2002
7 : L’esclavage est considéré comme un crime grave pour l’Église quelle que soit sa forme : l’esclavage traditionnel comme la traite. Cette position est rappelée à toute la chrétienté et assortie d’une interdiction par le pape Paul III dans Veritas ipsa en 1537.
8 : (épître aux Galates de Saint Paul): « Il n’y a ni hommes ni femmes, ni Juifs ni Grecs, ni hommes libres ni esclaves, vous êtes tous un en Jésus-Christ »
9 : La loi islamique ou Sharia, qui s’appuie sur le Coran et les dires du prophète (hadiths), considère qu’en terre d’islam, seuls sont esclaves les enfants d’esclaves et les prisonniers de guerre. Elle autorise d’autre part la réduction en esclavage de quiconque provient d’un pays non musulman. Le Coran, voir la sourate XVI ( les abeilles): 71. Dieu a favorisé certains d’entre vous, plus que d’autres, dans la répartition de ses dons. Que ceux qui ont été favorisés ne reversent pas ce qui leur a été accordé à leurs  esclaves, au point que ceux-ci deviennent leurs égaux.
10 : -The Quran with Annotated Interpretation in Modern English par Ali Ünal, page 1323, archivé le 16 juin 2016 sur Wayback Machine
– Encyclopaedia of the Qurʾān, Slaves and Slavery
– Bilal b. Rabah, Encyclopédia of Islam
– The Cambridge History of Islam (1977), p.36
11 : Chapitre 13 : Les grands raïs : 2. Éléments biographiques, Dans Recherches sur l’Algérie à l’époque ottomane (2007), pages 191 à 206
12 :Cervantès de jean canavaggio

Article écrit par Auteur Ponctuel

L'article vous a plu ? Partagez-le ! L'Étudiant Libre vit de vos partages.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur reddit
Reddit

Dans la même catégorie:

Du même auteur:

Rejoignez-nous!

Restez informés de notre actualité.

Lassé des newsletter? Optez pour nos notifications!

Partager sur twitter
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Twitter?

Partager sur facebook
Je partage
Bonjour Lecteur!

Vous alliez partir? Pourquoi ne pas partager votre lecture sur Facebook?

Entrez votre mail

et recevez le dernier numéro de l’Etudiant Libre par email !

L'Étudiant Libre

Bienvenue sur L'Étudiant libre cher lecteur, c'est votre première visite ici? Lisez notre présentation!

Pourquoi?

Pour partager aux jeunes Français un message incitant à l’engagement et au Bien Commun.

Par qui?

Par des étudiants. Tout le monde peut travailler avec l’Étudiant Libre, il suffit de nous contacter. Vous voulez distribuer ? Vous voulez rédiger des articles ? Écrivez-nous.

Pour qui?

Pour la jeunesse qui ne demande qu’une étincelle pour s’embraser, s’exprimer et s’assumer.

Abonnez-vous

Retrouvez au creux de votre main l’information indépendante! Abonnez-vous pour seulement 3 euros par mois et accédez à toutes nos publications.